Le Cameroun va solliciter l’accompagnement de l’Afrique du Sud dans son processus de migration à la TNT

0
Issa Tchiroma et Zanele Makina

Issa Tchiroma et Zanele MakinaMoins d’une année avant la date limite de passage à la télévision numérique terrestre fixé par l’Union internationale des télécommunications (UIT) à juin 2015, la CRTV cherche encore ses marques. Vendredi dernier, le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary (Photo), a reçu en audience le Haut-Commissaire de l’Afrique du Sud au Cameroun, pour étudier les enjeux de la collaboration de l’Afrique du sud dans le processus de migration du Cameroun à la TNT.

« Nous avons besoin de partenaires pour des formations et l’Afrique du Sud peut bien nous aider », a déclaré Issa Tchiroma Bakary. Pour lui, en matière de technologie, de développement industriel, l’Afrique du Sud est sans aucun doute le premier pays africain. « Il serait donc inutile d’aller chercher hors du continent africain ce qu’on peut trouver sur place », a-t-il conclu.

Son Excellence Zanele Makina, Haut-Commissaire  d’Afrique du Sud au Cameroun a pour sa part promis d’entrer en contact avec des industriels et des entreprises spécialisées en TIC.

Le passage dès le 17 juin 2014 à la télévision numérique va d’une part libérer et accroître la capacité fréquentielle nécessaire à l’ouverture de l’espace télévisuel aux opérateurs privés. D’autres parts, a TNT pourra accroître l’offre télévisuelle nationale, favorisant ainsi le pluralisme des médias et la diversité du paysage. Ce sera aussi l’occasion d’introduire de nouveaux services inexistants sur le réseau hertzien analogique : multi-chaînes, TV mobile, VOD, HD, 3D et services interactifs.

Economiquement, la transition numérique s’annonce avantageuse, notamment pour les secteurs des télécommunications et de l’audiovisuel. La libération des fréquences analogiques permettra l’extension d’autres services comme ceux des télécommunications mobiles et autres.

Par la même occasion, les opérateurs audiovisuels pourront réaliser de substantielles économies liées à l’abandon de la maintenance et le renouvellement des équipements analogiques. La diffusion numérique (via des émetteurs beaucoup moins puissants) étant plus efficace avec un coût pouvant être divisé par deux, voire par quatre par rapport à celui de la diffusion analogique terrestre.

Lire aussi :

La CRTV veut se doter d’équipements pour l’expérimentation de la TNT

La RDC crée son Comité de pilotage de la transition à la TNT

Télévision numérique terrestre : ce qui va vraiment changer

Pub-DBA-en-GIF-3.gif

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrez votre nom ici