La Russie veut construire une cyber-protection sur son réseau Internet

Les données personnelles des Russes doivent rester en Russie. Telle est, en substance, la nouvelle loi que vient de voter la Douma, le parlement russe, vis-à-vis des fournisseurs de services Internet. Ces derniers auront jusqu’à septembre 2016 pour se mettre en conformité, date à laquelle ce nouveau texte de loi deviendra effectif.

 

Evidemment, cette loi va toucher en priorité les fournisseurs américains tels que Google, Facebook ou Amazon. Ils vont devoir, s’ils veulent continuer à proposer leurs services aux résidents russes, installer des serveurs au pays des tsars et respecter tout un tas de procédures technico-administratives. 

Ainsi, le fournisseur devra prouver que le stockage et le traitement des données des utilisateurs se fait bien en local, et que rien ne sort des frontières. Si le contraire était avéré, le régulateur des télécoms du pays (Roskomnadzor) aura la possibilité de restreindre l’accès des services contrevenants.

Les raisons profondes de cette nouvelle loi ne sont pas très claires. Officiellement, il s’agit de protéger les données des utilisateurs, ce qui est parfaitement justifiable compte tenu des révélations d’Edward Snowden. Mais cela pourrait aussi être un moyen de renforcer la surveillance étatique. Tout dépend quelles obligations « administratives » les fournisseurs vont devoir respecter en détail.

Lire aussi :

Camtel et Ringo ont du mal à se détourner du satellite

L’Art rejette les tarifs d’interconnexion d’Orange et de Mtn

Si vous avez aimé ce texte, vous aimerez bien bien d'autres. Rejoignez notre canal Telegram et notre chaîne WhatsApp pour ne rien manquer de nos infos stratégiques et de nos exclusivités. Aussi, merci de nous laisser votre commentaire au bas de cet article. Bonne navigation.

LAISSER UNE RÉPONSE

SVP, entrez votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici

spot_img

Plus d'infos

Economie numérique et environnement, l’Onu dénonce les méfaits d’une...

Economie numérique et environnement, l’Onu dénonce les méfaits d'une croissance rapide

Au Colloque mondial des Régulateurs, l’ART soutient l’exploitation saine de...

Au Colloque mondial des Régulateurs, l’ART soutient l’exploitation saine de la technologie

SIPEN 2024 : Le baptême du feu pour le...

SIPEN 2024 : Le baptême du feu pour le ministre en charge du Numérique Alioune Sall