Accueil Afrique Centrale Cameroun Isidore BIYIHA : « Les évolutions du numérique nécessitent un temps d’adaptation...

Isidore BIYIHA : « Les évolutions du numérique nécessitent un temps d’adaptation »

[Digital Business Africa] – En marge de la 6e édition du Forum international Afrique développement organisé à Casablanca par le groupe bancaire marocain Attijariwafa Bank, les 14 et 15 mars 2018, Isidore BIYIHA, le président du Comité exécutif de l’Alliance africaine pour le commerce électronique (Aace) évoque les enjeux du développement de l’économie numérique en Afrique.

Digital Business Africa : Quelle est l’intérêt que vous avez à participer au Forum international Afrique Développement ?

Isidore BIYIHA : Ma présence se justifie à deux titres. En premier, en tant que directeur général du Guichet unique du commerce extérieur de Douala, et en tant que président de l’Alliance africaine pour le commerce électronique, c’est-à-dire le regroupement des Guichets unique d’Afrique. Je me réjouis d’être là, parce que c’est un forum de très haut niveau. Je pense que c’est une occasion très indiquée pour des échanges sur des préoccupations que nous partageons tous à savoir l’intégration régionale, mais également la digitalisation.

Ce sont des préoccupations qui sont au cœur de notre association. Tous nos projets sont des projets d’interopérabilité, de voir comment les Guichets Unique peuvent communiquer entre eux. C’est un sujet sur lequel nous travaillons depuis un certain moment. On parle de digitalisation également, ce qui est un sujet d’actualité.

Digital Business Africa : Les évolutions digitales dans les Guichets Uniques rencontrent encore quelques résistances sur le terrain. Quelles sont les principales barrières ?

Isidore BIYIHA : Je crois qu’il faut partir d’un constat : c’est que nous ne reviendrons plus en arrière. L’économie numérique est une évolution irréversible. Pour ce qui concerne le Cameroun, c’est une orientation très forte du chef de l’Etat. C’est évident qu’il s’agit d’un nouveau mode opératoire. C’est une autre manière de fonctionner. Et dans tous les pays du monde, dès qu’il y a un changement fondamental, il est tout à fait normal qu’on observe une forme de réticence. Il s’agit davantage d’une réticence liée au fait qu’on n’a juste pas envie de changer des habitudes. Au Cameroun, nous avons un programme qui est très important et qui est au cœur de notre plan d’action. Il s’agit de la conduite du changement.

Digital Business Africa : Quid du challenge que représente la formation ?

Justement, il faut que tous les acteurs, tous ceux qui sont concernés comprennent qu’il faut se former, qu’il faut s’informer et s’adapter à ce nouveau contexte. Nous ne pouvons pas dire aujourd’hui que nous avons un choix à faire. Il faut simplement trouver la bonne formule pour y aller.

Cela veut dire que nos jeunes qui sortent de l’école commencent à se former. A cet effet, un certain nombre de programmes de formation a déjà été mis sur pied pour que nos jeunes ne soient pas complètement déphasés par rapport à ces évolutions. En résumé, je crois que les évolutions du numérique nécessitent un temps d’adaptation. Et je souhaite que ce temps soit le plus court possible.

Propos recueillis par Jephté TCHEMEDIE

Laisser une réponse

SVP, commentez
SVP, entrez votre nom ici

TELECHARGEZ NOTRE VERSION MAG

NEWSLETTER WHATSAPP

Recevez gratuitement notre newsletter quotidienne

Votre adresse e-mail est en sécurité

SUIVEZ NOUS SUR TWITTER

L’ère de l’interdépendance numérique : Résumé des propositions du rapport du Groupe de haut niveau sur la coopération numérique

- Les technologies numériques ne connaissent pas de frontières. Elles transcendent les frontières, les secteurs et les disciplines, ouvrent de nouvelles perspectives qui transforment...

Quel agenda pour les Rendez-vous Vivatech 2020

L'édition 2019 des Rendez-vous Vivatech, tenu du 16 au 18 mai, à Paris, avec 124 000 participants et 3 milliards de vues...

L’ONUDI et SGS s’associent pour développer les capacités nationales de gestion des déchets électroniques

- Le directeur du Département de l'environnement de l'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI), Stephan Sicars, et la...

« Le fait que SGS Renovo soit une solution auto-financée est très intéressant pour le Ghana »

– Moïse YAKAN, Directeur Régional Afrique Centrale et de l’Ouest du Programme SGS Renovo, et Alexandre Lusenti, Product Manager du programme...

Cameroun : En raison du refus de baisser ses coûts, l’ART rejette le catalogue d’offres de IHS

- Au Cameroun, la filiale locale du fournisseur d’infrastructures de télécommunications IHS devra revoir sa copie, notamment son catalogue d’offres pour la fourniture...

Nicolas Yenoussi : « A Yaoundé, l’expérience du Bénin en matière de digitalisation de l’administration fiscale a suscité suffisamment d’engouement »

- Le directeur général des Impôts du Bénin, Nicolas Yenoussi, participe aux travaux de la 34e conférence annuelle du Cercle de...