21 C
Yaounde
lundi, 14 octobre 2019 19:46
Acceuil INTERNET Actualités Internet Pastor Ngoua N’Neme : « Les TIC sont au cœur de notre politique au...

Pastor Ngoua N’Neme : « Les TIC sont au cœur de notre politique au Gabon » [Vidéo]

(TIC Mag) – L’architecture institutionnel mis en place au Gabon pour développer le numérique et les télécommunications est saluée par bon nombre de pays qui n’hésitent pas à se rendre au Gabon pour explorer de près les avantages de l’exemple gabonais. Le ministre de l’Economie numérique et de la Poste, Pastor Ngoua N’Neme, affirme que son pays a déjà stabilisé l’environnement institutionnel des TIC et Télécoms.  Une organisation institutionnelle d’ailleurs saluée par la Banque mondiale. Pour Michel Rogy, conseiller en politiques des TIC à la représentation gabonaise de la Banque mondiale, le pays a déjà pris un excellent départ dans ce domaine et il reste à présent à consolider les acquis.

Comment cet environnement est-il organisé institutionnel ? Le pays a en effet mis en place au moins quatre institutions pour développer le programme Gabon numérique du PSGE (Plan stratégique Gabon émergent). Il s’agit d’un ministère de l’Economie numérique et de la Poste, d’une Autorité de régulation des communications électroniques et de la Poste (Arcep), d’une Agence nationale des infrastructures numériques et des fréquences (Aninf) et d’une Société de patrimoine des infrastructures numériques (SPIN).

D’après les explications du ministre de l’Economie numérique et de la Poste, Pastor Ngoua N’Neme, cette architecture institutionnelle mise en place dans le cadre du Plan Gabon numérique a permis au Gabon de stabiliser l’environnement institutionnel des TIC et Télécoms en assignant notamment aux acteurs publics des missions précises. Brièvement, l’Etat définit les objectifs stratégiques ; la régulation du secteur est assurée par une autorité administrative indépendante qui est l’ARCEP ; une agence (Aninf), maître d’ouvrage délégué de l’Etat, est chargée de la construction des infrastructures numériques et une autre (la SPIN) est chargée de leur gestion.

A chacun son rôle

Dans le détail, explique le ministre, l’Etat est chargée de la mission régalienne. Il définit la norme et la stratégie. L’ANINF, maître d’ouvrage délégué de l’Etat, construit les infrastructures pour le compte de l’Etat. L’Arcep, le régulateur, veille sur le bon fonctionnement du marché : c’est elle le gendarme du marché des télécoms au Gabon. La Spin qui intervient dans un modèle neutre pour les opérateurs, commercialise et gère les infrastructures construits par l’ANINF.  Ces infrastructures construites par l’Etat sont ainsi partagées à l’ensemble des opérateurs télécoms du pays sans discrimination aucune.

Une architecture qui évite des conflits de compétence ou encore des accusations de concurrence déloyale comme on l’observe dans d’autres pays.

« Imaginez qu’un opérateur ait la propriété d’un câble sous-marin. Rien ne garantit que cet opérateur ne va pas d’abord privilégier ses propres besoins. Le modèle qu’on a créé avec la Société de patrimoine des infrastructures numériques est un modèle qui consiste à faire en sorte qu’une fois une infrastructure construite, sa gestion est rétrocédée à la SPIN. Nous l’avons fait pour le câble sous-marin ACE et le backbone en cours de construction dans le cadre du projet CAB4. Pour ces infrastructures, il y a une convention de rétrocession qui a été signée entre l’ANINF et la SPIN. La SPIN va donc pouvoir vendre les capacités à tous les opérateurs sans aucun parti pris et selon les besoins. C’est le modèle économique que nous avons choisi », explique le ministre.

S’il reconnaît qu’aucun modèle n’est parfait, le ministre Pastor Ngoua N’Neme affirme que celui appliqué au Gabon est d’une parfaite lisibilité et prémunit contre toute forme de conflits de compétence et de tentations hégémoniques. Il explique que cet agencement institutionnel est « porteur de stabilité et de prévisibilité, d’où sa réelle attractivité ». Les opérateurs télécoms peuvent ainsi réaliser leurs projets sans crainte de compétition déloyale et sans implication directe de l’Etat qui n’a plus besoin de leur dire ce qu’il y a à faire ou ce qui est bon pour eux hormis le respect de la loi. « Nous invitons les entreprises à venir investir au Gabon.  Ce cadre attractif va être renforcé par l’adoption de dispositions favorisant le partenariat public- privé dans le cadre de la loi PPP (Partenariat Public-Privé, ndlr) », promet le ministre.

Nouvelle loi télécoms

Aussi, le Gabon est entrain de réformer sa loi sur les communications électroniques. Après près de quinze ans sans mise à jour, le Gabon a confié au mois de juin 2016 la refonte de son cadre légal des télécommunications au cabinet international Bird & Bird, qui sera chargé de conduire cette réforme. Michel Rogy, le conseiller en politiques des TIC à la représentation gabonaise de la Banque mondiale, indique que dans le cadre des réformes, ce qui est conseillé généralement c’est de tirer parti de l’expérience internationale des pays qui ont déjà derrière eux la révolution du haut débit et d’appliquer les principes de neutralité technologique, de convergence des technologies, de limiter les licences individuelles uniquement en ce qui concerne les ressources rares et d’avoir une politique d’autorisation générale pour faciliter l’investissement du maximum des acteurs sur le marché. Des propositions qui seront sans doute pris en compte par le cabinet Bird & Bird.

Beaugas Orain DJOYUM
Beaugas Orain DJOYUM
Beaugas Orain DJOYUM est un passionné des TIC, des Télécoms et du Numérique. Il est le Directeur de publication de Digital Business Africa, la plateforme web d'informations stratégiques sur les TIC, les Télécoms et le Numérique en Afrique. Journaliste diplômé de l'ESSTIC et consultant en e-Réputation, il dirige le cabinet ICT Media STRATEGIES. Un cabinet spécialisé en veille stratégique dans le secteur des TIC, des Télécoms et du Numérique, en e-Réputation, en communication digitale, en édition web & magazine et en production des contenus médiatiques spécialisés. Pour le contacter : [email protected]. Téléphone fixe : +237 243 25 64 36. Téléphone mobile : +237 674 61 01 68

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

SUIVEZ NOUS SUR VOS RÉSEAUX SOCIAUX

33,029FansLike
6,424FollowersFollow
331SubscribersSubscribe

TELECHARGEZ NOTRE VERSION MAG

Recevez gratuitement notre newsletter quotidienne

Votre adresse e-mail est en sécurité

Régulation : Comment faire face aux grands acteurs télécoms ? Les stratégies de Sébastien Soriano dans Digital Business Africa N°004

- Aujourd’hui, le constat est là. Dans plusieurs pays, la sanction des opérateurs télécoms pour mauvaise qualité de service n’apporte pas toujours la...

Classement : Le TOP 15 des pays africains qui ont le plus développé les TIC en 2017, selon l’UIT

(TIC Mag) - La neuvième édition du rapport annuel de l'UIT intitulé « Mesurer la société de l’information 2017 » a été publiée aujourd’hui, 15 novembre 2017....

PricewaterhouseCoopers livre à l’Etat gabonais les études de faisabilité du Projet CAB-Gabon

– Le cabinet d’audit PricewaterhouseCoopers a procédé à la restitution au gouvernement gabonais représenté par l’Agence nationale des infrastructures numériques et des fréquences (Aninf)...

La Côte d’Ivoire désignée championne dans l’impulsion de la suppression des tarifs de roaming dans la zone CEDEAO

– La 16ème  réunion des Ministres en charge des Télécoms et des TIC de la CEDEAO s’est achevée à Ouagadougou le...

NEWSLETTER WHATSAPP

SUIVEZ NOUS SUR TWITTER

Côte d'Ivoire : Dr GUIBESSONGUI N’Datien prend officiellement ses fonctions de nouveau Directeur de Cabinet du ministère du numérique - https://t.co/cGXHetQXlj

Kenya : Safaricom distribue plus de 720 millions de dollars de dividende à ses actionnaires - https://t.co/mNiINPTC0J

Télécommunications : La SADC veut supprimer le roaming entre ses membres avant la fin 2019 - https://t.co/cDYnVycgTx

Voir plus...

PricewaterhouseCoopers livre à l’Etat gabonais les études de faisabilité du Projet CAB-Gabon

– Le cabinet d’audit PricewaterhouseCoopers a procédé à la restitution au gouvernement gabonais représenté par l’Agence nationale des infrastructures numériques et des fréquences (Aninf)...

La Côte d’Ivoire désignée championne dans l’impulsion de la suppression des tarifs de roaming dans la zone CEDEAO

– La 16ème  réunion des Ministres en charge des Télécoms et des TIC de la CEDEAO s’est achevée à Ouagadougou le...

Les sept conseils d’Yves Castanou aux jeunes innovateurs africains : « Rêvez grand ! Préparez-vous pour l’adversité !… »

– La 10e édition de la conférence JCertif 2019 s’est ouverte ce 03 octobre 2019 au Palais des Congrès de Brazzaville...

Les 15 recommandations des experts pour accélérer le développement de l’économie numérique en Afrique centrale

- La Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique et le gouvernement de la Guinée équatoriale ont organisé du 23 au...

César A. Mba Abogo : « En Afrique centrale, nous risquons de devenir de simples spectateurs/consommateurs de l’économie numérique »

– Près de 100 experts du numérique de la sous-région Afrique centrale sont présents à Malabo en Guinée équatoriale pour discuter...

Régulation : Comment faire face aux grands acteurs télécoms ? Les stratégies de Sébastien Soriano dans Digital Business Africa N°004

- Aujourd’hui, le constat est là. Dans plusieurs pays, la sanction des opérateurs télécoms pour mauvaise qualité de service n’apporte pas toujours la...