Kenya : condamné à payer 100 000 shillings pour usurpation d’identité sur Facebook

Liverson Alama Mwashube a comparu devant Paul Biwott, le magistrat principal de Nairobi le 24 septembre 2012. Il a été reconnu coupable d’usurpation d’identité en créant un compte Facebook au nom de Danson Mwazo, le député de Voi. Le contrevenant a été condamné à payer une amende de 100 000 shillings.

Pour the-star.co.ke, la décision du magistrat a été motivée par la volonté de fraude du contrevenant. En effet, en témoignant devant la cour, le député Danson Mwazo a déclaré n’avoir pas créé de compte Facebook qui comporte par ailleurs un compte M-Pesa couplé à un compte à chez Equity Bank.

Robert Kyaa, l’inspecteur en chef, a ajouté que l’accusé n’est pas à ses premiers faits du genre. Entre mai et septembre 2012, il s’est illustré par diverses tentatives de fraude dans le district de Voi où il a réussi à escroquer Diana Mwachofi de 2600 shilling.

Malgré tout, le magistrat principal a refusé de poursuivre Liverson Alama Mwashube pour fraude électronique qui serait contraire aux dispositions de la loi kenyane sur l’information et la communication en sa section 84B.

Source : Agence Ecofin

Si vous avez aimé ce texte, vous aimerez bien bien d'autres. Rejoignez notre canal Telegram et notre chaîne WhatsApp pour ne rien manquer de nos infos stratégiques et de nos exclusivités. Aussi, merci de nous laisser votre commentaire au bas de cet article. Bonne navigation.

LAISSER UNE RÉPONSE

SVP, entrez votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici

spot_img

Plus d'infos

La RCA recrute un cabinet pour renforcer les capacités de l'Arcep, le régulateur des communications électroniques

La CEDEAO recrute un consultant pour la conception d’un...

- Dans son budget de l’exercice 2024, la Commission de la CEDEAO a prévu des fonds...

Economie numérique et environnement, l’Onu dénonce les méfaits d’une...

Economie numérique et environnement, l’Onu dénonce les méfaits d'une croissance rapide

Au Colloque mondial des Régulateurs, l’ART soutient l’exploitation saine de...

Au Colloque mondial des Régulateurs, l’ART soutient l’exploitation saine de la technologie