Cameroun : le régulateur remet en question la 4G annoncée par Mtn et Orange

(TIC Mag) – Après la folle journée du mercredi 16 décembre 2015 au cours de laquelle Orange et Mtn Cameroun revendiquaient chacun par médias interposés la primeur du lancement de la 4G au Cameroun, les abonnés peinent à retrouver sur le terrain les vitesses annoncées par les opérateurs : « Au moment des annonces, on nous a parlé des débits d’au moins 100 Mb/sec. Seulement, je me rends compte que c’est à peine que j’atteins les 2Mb/sec. Je ne comprends pas ce qui se passe. J’espère que ce n’était pas un bluff », explique Benoit Tchami.

Du côté de l’Agence de régulation des télécommunications (Art) le régulateur camerounais, on émet certaines réserves sur l’effectivité du déploiement de la 4G dans le pays. D’après Mengang Bekono, le directeur technique de l’Art, il est illogique de parler de 4G lorsque la 3G peine à être effective : « l’ART n’a même pas encore testé les performances de la 3G et je ne peux pas dire que les opérateurs aient vraiment fait leurs preuves sur cette dernière génération. Nous sommes en train de préparer le contrôle pour certifier de l’effectivité de la 3G. Mais au niveau du consommateur, certaines données peuvent s’afficher lui faisant croire que tout est ok. Seulement, la qualité n’y est pas par rapport à ce à quoi on se serait attendu. Il devrait juste comprendre que techniquement, c’est une migration qui se fait d’une manière progressive », explique-t-il indiqué dans une interview accordée à Cameroon Tribune  dans sa livraison du 18 décembre 2015.

Pour le Directeur technique de l’Art, les annonces du 16 décembre dernier avait surtout des allures de campagne commerciale pour un produit à venir, vu que techniquement, plusieurs étapes doivent encore être franchies avant de parvenir à la 4G : « C’est une sorte de jeu de la concurrence entre les opérateurs, une publicité. Alors que techniquement, ils sont encore au niveau du perfectionnement de la 3G. Même s’ils ont déjà la 4G, il ne faut pas s’attendre à l’avoir maintenant dans les téléphones. Parce qu’il y a une génération intermédiaire que forcément les consommateurs et le grand public ne connaissent pas. Il s’agit, par exemple, de la 2,5G et la 2,75G. L’opérateur ajoute module par module, ce qui permet d’améliorer technologiquement le service. Ce sont les étapes qui donnent une meilleure condition d’écoute, en termes de voix, de signal de données, etc. C’est un processus de migration », renchérit Mengang Bekono.

On apprend également du directeur technique de l’Art que pour lancer la 4G, Orange et Mtn n’auront plus besoin d’une autorisation de l’Art, vu que les licences attribuées en mars 2015 concernaient la 3G et la 4G. Seulement, cette migration prendra du temps : « Maintenant, il y a un temps pour la nouvelle technologie et un autre pour remplacer le système qui existait. Entre-temps, les deux système

Si vous avez aimé ce texte, vous aimerez bien bien d'autres. Rejoignez notre canal Telegram et notre chaîne WhatsApp pour ne rien manquer de nos infos stratégiques et de nos exclusivités. Aussi, merci de nous laisser votre commentaire au bas de cet article. Bonne navigation.

spot_img

Plus d'infos

Bénin : Vers des Centres intégrés économique, social et...

Bénin : Vers des Centres intégrés économique, social et numérique pour faciliter l'accès des citoyens aux services...

Bénin : MTN signe un accord Naas de 200...

Bénin : MTN signe un accord Naas de 200 sites avec Nuran Wireless Inc.

Cameroun/Patnuc : 40 millions de FCFA pour le meilleur...

Cameroun/Patnuc : 40 millions de FCFA pour le meilleur projet du concours Agritech Innovation Challenge