Accueil Afrique Centrale Jean-Jacques Massima-Landji : « Les paiements électroniques vont poser un problème déontologique...

Jean-Jacques Massima-Landji : « Les paiements électroniques vont poser un problème déontologique » [Vidéo]

[Digital Business Africa] – Votre plateforme web d’informations stratégiques sur les TIC, les Télécoms et le Numérique, Digital Business Africa, a organisé en collaboration avec la Fondation Inter-Progress la première édition d’Innovation 4 Human. L’événement s’est tenu du 18 au 22 février 2019 au Palais des Congrès de Yaoundé dans le pavillon numérique de Promote 2019, le salon international de l’investissement. 

Jean-Jacques Massima-Landji, le Représentant de l’UIT pour l’Afrique Centrale et Madagascar, a été panéliste à la conférence Innovation 4 Human modérée par Beaugas Orain Djoyum, DG de ICT Media STRATEGIES et DP de Digital Business Africa, à Yaoundé le 20 février 2019. C’était sur le thème : «Monnaie électronique et régulation en Afrique centrale : quels défis ?».

Etaient également présents à ce panel modéré par Beaugas – Orain DJOYUM, DG de ICT Media STRATEGIES et DP de DIGITAL Business Africa, Patrick Kengne, le PDG de Wouri TV ; Alain Nono, le Directeur de MTN Mobile Money (Cameroun) et Valentin Mbozo’o,  le directeur général du GIMAC (le Groupement interbancaire monétique de l’Afrique centrale).

Lors de cette conférence, le Représentant de l’UIT pour l’Afrique Centrale et Madagascar a présenté ce que l’UIT a fait au niveau mondial pour la normalisation des services de paiement mobile, mais a également présenté les bonnes pratiques en matière de sécurité des paiements mobiles.

Dans cette vidéo, Digital Business Africa vous présente les grandes séquences de l’intervention de Jean-Jacques Massima-Landji à cette conférence Innovation 4 Human.

Jean-Jacques Massima-Landji : « Les paiements électroniques vont poser un problème déontologique » [Vidéo]


On peut bien estimer une fuite de capitaux colossale dans une économie fragile par un million d’abonnés qui font chacun un virement d’un million de francs Cfa. Vous voyez combien de milliards cela fait. C’est une fuite de capitaux qui ne dit pas son nom(…) Donc, c’est pour des raisons de sécurité financière, mais aussi, pour des raisons de sécurité de la bourse. (…) Nous saluons les accords banques et opérateurs mobiles sur les paiements mobiles  Jean-Jacques Massima-Landji

Jean-Jacques Massima-Landji : « Les paiements électroniques vont poser un problème déontologique. Vous allez avoir des opérateurs mobiles qui vont avoir le volet des services financiers qui génère plus de revenus et plus importants que la source de leur métier qui est celui de véhiculer les télécommunications. Ce ne sera plus le trafic des télécommunications qui sera important, mais le volume des transactions financières qu’ils génèrent qui les amène à déployer des stratégies. C’est pour cela que nous avons mis des normes au niveau de l’UIT qui sont des normes mondiales. On n’entre pas dans les spécifications que ce soit l’espace Cémac ou l’espace ouest africain, ou celui de la Sadec, que ce soit des opérateurs ou des banquiers.

Le DG du Gimac l’a dit, il s’agit de traçabilité et de protocole existentiel. Vous savez que les fraudeurs sont toujours à l’avance. On peut bien estimer une fuite de capitaux colossale dans une économie fragile par un million d’abonnés qui font chacun un virement d’un million de francs Cfa. Vous voyez combien de milliards cela fait. C’est une fuite de capitaux qui ne dit pas son nom(…) Donc, c’est pour des raisons de sécurité financière, mais aussi, pour des raisons de sécurité de la bourse. (…) Nous saluons les accords banques et opérateurs mobiles. Il n’y a plus tellement de choix au vue de l’évolution dans ce segment. Il faut maintenant mettre des mécanismes de coordination et de contrôle efficace pour que le citoyen qui a pris l’habitude de payer sa facture d’eau, d’électricité et ses impôts via les moyens de paiement électronique qui facilitent sa vie, n’ait pas de problème.  Nous le suivons effectivement, mais nous n’intervenons pas dans la régularité bancaire qui est du ressort des spécialistes. »

Innovation 4 Human

D’après Beaugas Orain Djoyum, Innovation 4 Human à Promote 2019 consistait à animer le pavillon numérique de Promote avec un accent sur les Conférences thématiques, ateliers et débats sur des thèmes collés à l’accélération du développement numérique au Cameroun. 

Le thème général d’Innovation 4 Human était « Accélérer le développement d’un Cameroun numérique ». L’objectif général étant de créer un cadre de rencontres professionnelles entre entreprises, de regrouper des experts sur des thématiques importantes du numérique avec un accent sur les retours d’expériences et bonnes pratiques, de proposer des solutions adaptées aux entreprises entamant leur transformation numérique, de découvrir des services et solutions innovantes adaptées aux entreprises, de partager les enjeux, opportunités et innovations du numérique.

Par Digital Business Africa 

Promote 2019 : Revivre en vidéos les conférences Innovation for Human

Cet article fait partie du Dossier spécial : Promote 2019 : Revivre en vidéos les conférences Innovation 4 Human. Lire également et voir les interventions des autres panélistes.

Laisser une réponse

SVP, commentez
SVP, entrez votre nom ici

TELECHARGEZ NOTRE VERSION MAG

NEWSLETTER WHATSAPP

Recevez gratuitement notre newsletter quotidienne

Votre adresse e-mail est en sécurité

SUIVEZ NOUS SUR TWITTER

Maroc : La cession des parts de l’Etat dans Maroc Telecom se fera en deux volets

- Au Maroc, on en sait désormais un peu plus sur l’opération de cession de 8% des parts de l’Etat au...

E-agriculture : La Tunisie va utiliser les drones pour la sécurisation de ses récoltes

- En Tunisie, les drones seront désormais utilisés pour la sécurisation des récoltes agricoles. La décision du déploiement de ces drones...

« Le fait que SGS Renovo soit une solution auto-financée est très intéressant pour le Ghana »

– Moïse YAKAN, Directeur Régional Afrique Centrale et de l’Ouest du Programme SGS Renovo, et Alexandre Lusenti, Product Manager du programme...

Cameroun : En raison du refus de baisser ses coûts, l’ART rejette le catalogue d’offres de IHS

- Au Cameroun, la filiale locale du fournisseur d’infrastructures de télécommunications IHS devra revoir sa copie, notamment son catalogue d’offres pour la fourniture...

Nicolas Yenoussi : « A Yaoundé, l’expérience du Bénin en matière de digitalisation de l’administration fiscale a suscité suffisamment d’engouement »

- Le directeur général des Impôts du Bénin, Nicolas Yenoussi, participe aux travaux de la 34e conférence annuelle du Cercle de...

James G. Claude au TAS 2019 : « A GVG, nous sommes les pionniers de tout ce qui concerne les technologies réglementaires »

– La cinquième édition de Transform Africa Summit 2019 (TAS 2019), qui s’est tenue au Centre de convention de Kigali du 14 au 17...