Marc-André LOKO : “La souveraineté digitale passe par l’accélération des projets permettant de développer des compétences numériques”

Marc-André Loko: « Dans sa stratégie numérique, le Bénin est dans une logique de diversification des partenaires best in class »

Marc-André LOKO est le Directeur général de l’Agence des Systèmes d’Information et du Numérique (ASIN) du Bénin suite à la fusion des quatre (4) agences d’exécution du secteur du numérique incluant l’Agence pour le Développement du Numérique (ADN) dont il était le Directeur général depuis 2021. Il pilote l’implémentation des projets phares numériques du Programme d’Action du Gouvernement béninois.

Marc-André Loko
Marc-André Loko

Cette interview est disponible en anglais.

Quelle est la stratégie de développement du numérique au Bénin ? Comment cette stratégie compte-t-elle résorber l’écart digital qui prévaut dans certaines parties du pays et comment cette stratégie s’insère-t-elle plus largement au niveau régional africain ?

Le volet numérique du Plan d’Action Gouvernemental (PAG) 2016 a été bâti en collaboration avec Deloitte Monitor. Le nouveau plan 2021-2026 s’inscrit dans la continuité et devient la nouvelle référence. La nouvelle stratégie doit s’animer sur une nouvelle approche plus endogène et axée sur l’adoption des services numériques. Certains pans du plan sont allés plus vite que d’autres. C’est le cas des infrastructures et plateformes numériques de paiement et des projets liés à l’inclusion financière (dont le mobile money). Le développement des compétences numériques et l’entreprenariat deviennent des priorités pour atteindre notre vision et la mettre au service de tous. L’insertion dans le cadre régional constitue un grand défi. Nous n’avons pas les mêmes frameworks. Le Bénin dispose d’un code numérique par exemple qui traite tous les leviers nécessaires pour mettre le numérique au service des autres secteurs. Au Bénin, le code numérique a été réalisé avec la collaboration du cabinet Jones Day et intègre le cadre légal et règlementaire tant des communications électroniques, que la cybersécurité ou la protection des données à caractère personnel. Le domaine de la cybersécurité est celui où il y a le plus de collaboration au niveau régional et la synergie est très forte. Au niveau des infrastructures numériques, la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) fait collaborer les états sur les interconnexions d’infrastructures de fibres optiques. De même, dans le domaine de l’enseignement et de la recherche, le réseau ouest africain d’éducation et de recherche (WACREN) favorise les synergies entre pays sur les thématiques de la recherche dans l’enseignement supérieur. Cela permet de mettre en réseau les enseignants-chercheurs notamment au niveau du volet enseignement. Avoir une infrastructure commune sur différents thèmes permet d’interconnecter les différents réseaux d’éducation et de recherche de ces pays en Afrique de l’Ouest et centrale. Enfin, l’organisation Smart Africa finance le projet sur l’identité numérique, dont le Bénin a le lead, vise, entre autres, à mettre en place un cadre d’interopérabilité des données d’identité en toute confiance et une solution technique pour permettre aux citoyens d’un pays de s’abonner aux services mobiles d’un autre pays avec leur identité nationale notamment le Sénégal, le Togo et bientôt le Ghana.

Quel rôle pour les partenaires extérieurs dans l’élaboration et la mise en œuvre de cette stratégie digitale ? Quels sont les principaux partenaires ? Quel est le rôle de la Chine qui semble particulièrement active tant au niveau de la fourniture des équipements que du développement des infrastructures numériques ?​​​​​​

Nous travaillons avec deux catégories de partenariats. Ceux qui nous accompagnent dans nos orientations stratégiques avec des partenariats pour développer le savoir-faire comme l’Estonie ou le Rwanda avec lesquels le Bénin développe une approche dans la durée. Ils apportent des solutions (dont l’ e-government) que nous mettons en place avec des compagnies de technologies comme Cybernetica et eGA. L’autre catégorie concerne des partenariats à orientation business qui se mettent en place à travers des projets spécifiques inscrits dans notre cahier des charges. A ce niveau, les entreprises chinoises sont des partenaires privilégiés car ils apportent des financements (Huawei ou CITCC via China Development Bank et China EximBank par exemple) et offrent des reports de paiement de la dette intéressants. Nous avons également des partenariats avec des entreprises agréées par Microsoft et Oracle. Les études de faisabilité des projets d’infrastructure ont été souvent commandées auprès d’entreprises françaises comme Sofrecom, Tactis ou Horus. Cela nous permet de bénéficier des compétences et du savoir-faire français. Dans sa stratégie numérique, le Bénin est dans une logique de diversification des partenaires best in class avec notamment des acteurs Tunisiens comme Digitalis ou MGI BFC pour les études économiques sur des thématiques les parcours d’adoptions aux services numériques et les modèles économiques comme la PKI. Cette collaboration sud-sud s’est confirmée en 2021 par la mise en place du contrat de gestion déléguée de la Société béninoise d’infrastructures numériques avec Sonatel l’opérateur global sénégalais filiale du groupe Orange.

Comment se négocient ces contrats ? Quid du transfert de technologies et compétences dans ces contrats ?

De manière générale, la Chine est un partenaire flexible dans les négociations à condition d’avoir une équipe de négociation bien étoffée et structurée. Outre le défi mondial de la guerre des standards technologiques, on sent qu’ils veulent faire du business ce qui les amène à être moins rigides. Les entreprises chinoises ont aussi des filiales locales établies en Afrique avec qui on peut dialoguer directement. Huawei par exemple met beaucoup en avant l’aspect transfert des compétences. Ce n’est pas le cas de certaines entreprises occidentales qui sont plus rigides, viennent avec des frameworks préétablis dans lesquels on doit essayer de s’insérer. Dès que le projet atteint une certaine taille, le Bénin utilise des cabinets de contrôle occidentaux comme AMOA en amont au niveau de la définition du projet, pendant son exécution et après le projet pour l’évaluation.

Par ailleurs, l’alliance Smart Africa apporte une expertise technique, des retours d’expérience, une expertise pour des projets pilote et accompagne les pays africains pour mutualiser les ressources. L’alliance apparait plus réactive que l’Union Africaine qui est plus administrative. Le Bénin partage par exemple son expertise en matière d’identité numérique, le Kenya sur les infrastructures large bandes… Smart Africa est financée par beaucoup d’acteurs privés. Chaque pays porte un projet. Ils peuvent également aider à financer un cabinet de contrôle mais sur des projets régionaux.

Pour la conclusion des contrats, le Bénin dispose d’un code des marchés publics qui prend en compte un aspect communautaire avec exigence de la présence de consultants nationaux pour les marchés publics de prestations intellectuels. Il s’agit aussi de favoriser des groupements entre partenaires internationaux et nationaux pour réduire les dépendances. Mais cette pratique est encore à la marge et pas assez volontariste notamment pour les contrats PPP. Au niveau de l’exécution des projets, il y a une forte présence des entreprises locales afin de favoriser l’écosystème local. Les questions de la conduite du changement, de la formation et du transfert de compétences sont dorénavant systématiquement inclus dans les cahiers des charges et abordés dans les négociations au même titre que les questions financières.

Il y a beaucoup de rivalités entre puissances dans le domaine du numérique surtout entre les Etats-Unis et la Chine. Les pays africains réclament davantage de souveraineté digitale. Quelle est votre analyse ?

La posture business que j’observe au niveau du Bénin me semble pragmatique : l’ennemi de mon ami n’est pas forcément mon ennemi du moins dans le cadre des conclusions de contrats. Ces rivalités obéissent avant tout à une logique protectionniste. Des entreprises comme Huawei sont plus grandes que la réunion de leaders européens comme Ericsson et Nokia. L’enjeu pour nous est d’accélérer notre transformation en l’occurrence celle du digital.

Nous sommes conscients qu’il y a une bataille mondiale autour des questions de souveraineté digitale. Les pays africains ont identifié les risques cyber-sécuritaires auxquels ils sont exposés et la guerre en Ukraine a conforté cette réalité géopolitique. La concertation autour d’une stratégie/politique nationale de cybersécurité notamment sur les infrastructures critiques est constante grâce au cadre règlementaire en place. Tous les infrastructures et systèmes d’information avec des risques systémiques bénéficieront bientôt d’un dispositif d’audit et d’inspection. Il y a également plus de collaboration entre les structures étatiques origine de cyberattaques notamment comme la Chine.

Les financements publics dont a bénéficié le Bénin concernent surtout l’énergie et le routier mais des opportunités pourraient s’ouvrir dans le contexte géopolitique actuel. Les financements USAID se focalisent essentiellement, en ce qui concerne le secteur du numérique, sur les études de faisabilité dans le cadre des usages numériques au profit des secteurs de la santé ou des affaires sociales par exemple.

Nous avons observé dans d’autres pays de la sous-région ou sur une thématique comme la mise en œuvre de projets de vidéosurveillance, des rivalités peuvent impacter le choix des partenaires technologiques. Outre les dimensions liées aux conditions de financement, aux technlogies implémentées dans les équipements, la dimension de la souveraineté numérique commence à prendre de la place. Je rappelle que le Bénin a réalisé son premier Datacenter tier 3. Ce projet a permis de former des béninois au niveau national, qui ont gagné en technicité et contribué à faire progresser notre maturité numérique. L’orientation avec ce datacenter national est de pouvoir stocker les données sensibles localement pour une meilleure maitrise de l’usage de nos données.

Mais le gap est encore énorme en ce qui concerne la souveraineté digitale. Cette souveraineté passe par l’accélération des projets permettant de développer des compétences numériques et faciliter l’émergence d’acteurs technologiques béninois dans le digital. Mais cette souveraineté au sens strict est un défi pour tous les pays : nos données sont partout, les données trafiquent via différents opérateurs et carriers internationaux. Nous allons investir dans notre point d’échanges internet local afin de confiner autant que possible le trafic au niveau local et améliorer la qualité des services vers les utilisateurs. Les efforts actuels contribuent à remonter le curseur sur cette préoccupation de la souveraineté numérique. En attendant, il faut choisir et collaborer avec les acteurs qui évoluent dans un cadre législatif plus proche du nôtre. Cela contribuera à réduire nos sources de vulnérabilités.

Quelle est la position du Bénin sur les questions liées à la gouvernance de l’internet, les droits digitaux et la protection des données dans les instances internationales ?

Le Bénin va bientôt ratifier les Convention de Malabo sur la cybersécurité et la protection des données personnelles, et de Budapest sur la cybercriminalité. Le Bénin est conscient de ces enjeux et participe au sein des instances multilatérales comme l’IUT, l’ICANN. Nous ne disposons pas encore de stratégie de lobbying pour peser plus dans les orientations. Les équipes de négociation sont peu étoffées. Il y a cependant une conscience en interne qu’il faut bâtir une stratégie, nouer des alliances. Le Ministère du numérique et du digital assure la coordination de ces questions multilatérales.

 

Cet entretien fait partie de la série d’entretiens intitulée “Negotiating Africa’s digital partnerships” (Négocier les partenariats numériques de l’Afrique), menée par le Dr Folashade Soule auprès de hauts responsables politiques, de ministres et d’acteurs privés et civiques africains afin de mettre en lumière la manière dont les acteurs africains construisent, négocient et gèrent des partenariats stratégiques dans le secteur numérique, dans un contexte de rivalité géopolitique. Cette série fait partie du projet de recherche sur les politiques de négociation des partenariats numériques de l’Afrique, hébergé par le programme de gouvernance économique mondiale (Université d’Oxford) et soutenu par le Centre pour l’innovation dans la gouvernance internationale (CIGI).

Source: Geg.ox.ac.uk 

Si vous avez aimé ce texte, vous aimerez bien bien d'autres. Rejoignez notre canal Telegram et notre chaîne WhatsApp pour ne rien manquer de nos infos stratégiques et de nos exclusivités. Aussi, merci de nous laisser votre commentaire au bas de cet article. Bonne navigation.

LAISSER UNE RÉPONSE

SVP, entrez votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici

spot_img

Plus d'infos

Régulation de la 5G:DG de l'ARTP et la déléguation de l'ARTP de Guinnée

Régulation de la 5G : L’ARPT Guinée s’inspire de...

- Le DG de l’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP) du Sénégal, M....

Données : La politique de confidentialité de Facebook va...

Données : La politique de confidentialité de Facebook va changer dès le 26 juin 2024

IA: ChatGPT un plus pour les entreprises, les 10...

IA: ChatGPT un plus pour les entreprises, les 10 usages de la technologie par les pros du...