21.4 C
Yaounde
samedi, 21 septembre 2019 21:22
Acceuil Articles recommandés Emery Okundji Ndjovu : Pourquoi j’ai coupé l’Internet en RD Congo après...

Emery Okundji Ndjovu : Pourquoi j’ai coupé l’Internet en RD Congo après l’élection présidentielle

[Digital Business Africa] – L’accès à internet et aux réseaux sociaux a été coupé en RD Congo  le 31 décembre 2018 au lendemain des élections générales y compris de la présidentielle du 30 décembre. Cette coupure est intervenue « sur instruction du gouvernement ». L’Internet a été rétabli 20 jours plus tard. L’objectif déclaré de cette coupure  était d’éviter « un soulèvement populaire » au moment crucial de la centralisation des résultats. 

Invité lors de la troisième édition du Salon des technologies de l’information et de l’innovation (Osiane) qui s’est tenue du 16 au 18 avril 2019 à Brazzaville au Congo, Emery Okundji Ndjovu, le ministre des Postes, Télécommunications, Nouvelles Technologies de l’Information & de la Communication, a donné plus d’explications sur les raisons qui l’ont conduit à exiger la coupure de l’Internet. C’était lors du panel animé par le journaliste Babylas Boton sur le thème : « Développer la confiance numérique pour garantir une économie prospère ».

De prime abord, le ministre a regretté que le fait que de nombreux Africains manquent de culture numérique : « Dans un pays, il y a des règles et des normes. Dans nos pays, il y a un gros effort à faire pour avoir et promouvoir une culture numérique. Dans cette culture numérique, il y a le respect.  C’est comme dans le journalisme il y a la déontologie journalistique. Lorsque vous ne la respectez pas, vous savez ce que vous commettez et ce qui vous arrive », a-t-il indiqué.

« Dans mon domaine du numérique, poursuit le ministre, il y a une loi cadre qui régit le secteur. Nous avons également un projet de loi qui attend sa promulgation. Cette nouvelle loi va intégrer les paramètres de l’évolution technologique. Mais aujourd’hui, la loi existante dans le domaine des communications électroniques, dans son article 46 donne le pouvoir au ministre que je suis, lorsque la sécurité du pays est menacée, lorsque la paix civile est menacée, de prendre des mesures conservatoires. Et c’est dans ce cadre que nous agissons ».

« La paix civile et la paix sociale en dépendent »

En effet, en RDC, cette coupure est légale, en vertu de l’article 46 de la loi cadre du 16 octobre 2002 sur les télécommunications en RDC qui stipule que « l‘Etat peut, soit pour des raisons de sécurité publique ou de la défense du territoire soit dans l’intérêt du service public de télécommunications soit pour tout autre motif, interdire en tout ou en partie, et durant le temps qu’il détermine, l’usage des installations de télécommunications ».

Après les élections, le ministre a donc agi selon ses propos pour préserver la paix sociale. « Lorsque vous êtes dans un pays, il y a une structure qui a le pouvoir d’organiser les élections et de proclamer les résultats. C’est à cette structure, seule, que la loi accorde la possibilité de pouvoir publier les résultats. La paix civile et la paix sociale en dépendent. Quand il y a des observateurs d’élections ou des structures quelconque qui commencent à publier les résultats avant la structure officielle, la paix est menacée. Là, il nous appartient de prendre des mesures conservatoires », a expliqué Emery Okundji Ndjovu à Brazzaville. Car pour lui, la proclamation des faux résultats de l’élection présidentielle pouvait avoir des conséquences désastreuses sur la sécurité publique et la paix sociale.

Toutefois, le ministre s’étonne que l’on fasse le procès de la coupure de l’Internet uniquement aux pays africains. « Lorsque la coupure de l’Internet se passe dans des pays non africains, on n’entend pas grand-chose. J’ai assisté à une coupure de l’Internet dans un pays européen frappé par une attaque terroriste. Car ils ont constaté que les terroristes communiquaient par voie d’Internet. Ils ont pris les mesures qui s’imposaient pour mettre fin à cet état de chose. Je n’ai pas entendu les condamnations très souvent faites aux pays africains lorsqu’ils prennent les mêmes mesures », s’indigne-t-il.

D’après le ministre Emery Okundji Ndjovu, nous sommes aujourd’hui dans l’ère du numérique et dans un domaine avec des infractions nouvelles qui n’ont même pas été prévues dans les codes pénaux respectifs des Etats africains. « Nous essayons de faire face à ces infractions dans ce contexte.  Cela appelle à la modération, à la compréhension mutuelle des utilisateurs. Cela dépend également des objectifs poursuivis par ceux qui condamnent les coupures de l’Internet. En tant que ministre, mon premier devoir, c’est de servir cette nation, de servir cette République et de ne pas permettre d’occasionner que le sang coule parce qu’on a abusivement utilisé les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Et les lois de mon pays m’y autorisent. Je l’ai fait en conformité avec les lois qui régissent mon secteur. Sauf si vous pouvez me prouver le contraire », tranche-t-il.

Osiane 2019

Sécurité numérique : A Osiane 2019, Léon Juste Ibombo appelle à une réponse commune et cohérente
Brazzaville. Palais des Congrès. Les officiels et invités à l’ouverture officielle du salon Osiane 2019

En plus de la présence du ministre des Postes, Télécommunications et des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication de la RD Congo, Emery Okundji, le salon Osiane 2019 avait été rehaussé par la présence du ministre gabonais de la Communication de l’Économie Numérique et de la Poste d’alors, Guy-Maixent Mamiaka. Plusieurs entreprises et start-up y ont exposé leurs innovations et solutions numériques.

Si l’année dernière, Osiane a accueilli plus de deux mille cinq cents participants, Osiane 2019 a franchi la barre de cinq mille participants, d’après le bilan des organisateurs.

Organisatrice du salon Osiane, l’association Pratic bénéficie de l’appui de l’Agence de régulation des postes et communications électroniques et d’autres institutions nationales et internationales pour réussir le pari de l’événement. Créée depuis 2008, l’association regroupe les acteurs du développement des TIC en République du Congo et en Afrique.

Parmi les objectifs de Pratic, faire connaître et valoriser le numérique à travers le monde grâce à un large réseau d’experts, d’entreprises et institutions, accompagner les administrations publiques pour renforcer les capacités institutionnelles, humaines et administratives et également développer une coopération multiforme nationale et internationale dans le domaine du numérique et de l’innovation.

Par Beaugas-Orain Djoyum, à Brazzaville.

Beaugas Orain DJOYUM
Beaugas Orain DJOYUM
Beaugas Orain DJOYUM est un passionné des TIC, des Télécoms et du Numérique. Il est le Directeur de publication de Digital Business Africa, la plateforme web d'informations stratégiques sur les TIC, les Télécoms et le Numérique en Afrique. Journaliste diplômé de l'ESSTIC et consultant en e-Réputation, il dirige le cabinet ICT Media STRATEGIES. Un cabinet spécialisé en veille stratégique dans le secteur des TIC, des Télécoms et du Numérique, en e-Réputation, en communication digitale, en édition web & magazine et en production des contenus médiatiques spécialisés. Pour le contacter : [email protected]. Téléphone fixe : +237 243 25 64 36. Téléphone mobile : +237 674 61 01 68

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

SUIVEZ NOUS SUR VOS RÉSEAUX SOCIAUX

33,053FansLike
6,306FollowersFollow
330SubscribersSubscribe

TELECHARGEZ NOTRE VERSION MAG

Recevez gratuitement notre newsletter quotidienne

Votre adresse e-mail est en sécurité

Classement : Le TOP 15 des pays africains qui ont le plus développé les TIC en 2017, selon l’UIT

(TIC Mag) - La neuvième édition du rapport annuel de l'UIT intitulé « Mesurer la société de l’information 2017 » a été publiée aujourd’hui, 15 novembre 2017....

Régulation : Comment faire face aux grands acteurs télécoms ? Les stratégies de Sébastien Soriano dans Digital Business Africa N°004

- Aujourd’hui, le constat est là. Dans plusieurs pays, la sanction des opérateurs télécoms pour mauvaise qualité de service n’apporte pas toujours la...

Télécommunications : L’Afrique du Sud, premier pays au monde à lancer l’exploitation commerciale de la 5G

- C’est une première dans le monde et pour une fois c’est en Afrique. La 5G est une réalité en Afrique...

Vera Songwe [CEA] sélectionne le Congo Brazza pour le lancement d’une phase de tests de la 5G

- C’est dans une correspondance datée du 13 août 2019 que la secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations Unies...

NEWSLETTER WHATSAPP

SUIVEZ NOUS SUR TWITTER

Côte d'Ivoire : Dr GUIBESSONGUI N’Datien prend officiellement ses fonctions de nouveau Directeur de Cabinet du ministère du numérique - https://t.co/cGXHetQXlj

Kenya : Safaricom distribue plus de 720 millions de dollars de dividende à ses actionnaires - https://t.co/mNiINPTC0J

Télécommunications : La SADC veut supprimer le roaming entre ses membres avant la fin 2019 - https://t.co/cDYnVycgTx

Voir plus...

Gabon : Un répertoire numérique pour identifier les citoyens dans et hors du pays

- Il sera désormais possible au Gabon d’identifier chaque citoyen de manière complète à partir d’un identifiant numérique. C’est le sens...

Internet / Télécommunications : Intersat signe un contrat avec l’Azerbaïdjanais Azercosmos OJSC pour arroser l’Afrique

- L’opérateur de télécommunication Intersat qui propose des solutions Internet par satellite dans la région africaine a annoncé la signature en...

Régulation : Comment faire face aux grands acteurs télécoms ? Les stratégies de Sébastien Soriano dans Digital Business Africa N°004

- Aujourd’hui, le constat est là. Dans plusieurs pays, la sanction des opérateurs télécoms pour mauvaise qualité de service n’apporte pas toujours la...

Comment surveiller les transactions mobiles financières, Digital Business Africa N°004 présente quelques pistes avec James G. Claude de GVG

- Le numéro 004 de la version Mag de Digital Business Africa est disponible dans vos kiosques numériques. A la Une...

La République de Guinée et l’ARPT vont intenter un recours en annulation de la sentence arbitrale en faveur de GVG

L’autorité de Régulation des Postes et Télécommunications a signé un contrat avec le groupe GVG, en mai 2009, dans des conditions très...

RD Congo : Proche de FATSHI, Augustin Kibassa Maliba est le nouveau ministre des Postes et Télécoms

- Le tout premier gouvernement de Félix Antoine Tshisekedi (FATSHI) est connu sept mois après son investiture. Le Premier ministre, Sylvestre...