Cameroun : La pincette de Minette Libom Li Likeng à Judith Yah Sunday au sujet de Camtel

0
Cameroun : La pincette de Minette Libom Li Likeng à Judith Yah Sunday au sujet de Camtel
Yaoundé, 17 décembre 2018. La ministre Minette Libom Li Likeng procède à l'installation de Judith Yah Sunday épouse Achidi

[Digital Business Africa] – La traditionnelle conférence annuelle des responsables des services centraux déconcentrés et des Services sous-tutelle du Ministère des Postes et Télécommunications du Cameroun (Minpostel) est toujours l’occasion pour les structures et entreprises sous-tutelle de présenter leurs perspectives pour l’année en cours. Cette année 2019, cette conférence s’est ouverte ce 23 janvier 2019 sous le thème : « Le secteur des Postes et Télécommunications, un gisement d’opportunités pour l’émergence du Cameroun ». Parmi les exposés les plus attendus, celui de Camtel qui devait présenter les opportunités de l’opérateur historique des télécommunications pour l’émergence du Cameroun.

A cette conférence annuelle, était bien présente la toute nouvelle DG de Camtel, Judith Yah Sunday épouse Achidi, nommée le 14 décembre 2018 par le président de la République Paul Biya. Mais, ce n’est pas elle qui exposera les perspectives de Camtel qui seront présentées, comme l’an dernier, ce sera un cadre de l’entreprise. Au terme de son exposé fort intéressant dans lequel il indiquait d’ailleurs que Camtel peut valablement aujourd’hui ouvrir de nouvelles filiales en Afrique centrale, plusieurs réactions. Parmi elles, celle de la ministre des Postes et Télécoms, Minette Libom Li Likeng.

« J’ai apprécié tout ce que vous voulez faire », a tout d’abord indiqué la ministre en axant sont intervention sur deux piliers stratégiques : le développement des partenariats avec les partenaires locaux pour développer les services de Camtel et la définition des offres alléchantes et incitatives pour les jeunes innovateur et acteurs de l’économie numérique qui n’ont pas toujours assez d’argent.

« Camtel ne peux pas tout faire seul »

Premier volet, le développement des partenariats. « Lors de la présentation de Camtel, j’ai été émerveillé par les capacités de Camtel en matière de fibre optique. Le Cameroun dispose donc d’une capacité totale de 1,7 térabits avec quatre câbles sous-marins à fibre optique. Mais, une question a été posée sur comment faire parvenir la FTTH (fiber to the home) aux populations. Camtel ne peux pas tout faire seul. Il suffit de concevoir, de déléguer et cela tournera bien. Voilà nos capacités ! Qu’est-ce qu’on fait de tout cela ? Le tout n’est pas de dire qu’on a connecté Abong-Mbang, Yaoundé et autres. Pour quoi faire ? Nous avons créé des autoroutes, quelles sont les voitures qui circulent dessus ? », s’est interrogée la ministre assise à quelques mètres de la nouvelle DG qui prenait attentivement des notes.

Deuxième volet, sa plaidoirie pour la mise en place des coûts incitatifs pour les jeunes innovateurs. « Au-delà du nombre de voiture qui circulent sur nos autoroutes de l’information, il y a le problème des coûts. Je pense qu’il faut voir comment prévoir une taxation pour certaines activités.  Il ne faut pas que ceux qui sont engagés dans le développement de ces activités numériques pointues comme l’e-commerce, l’e-santé, l’e-éducation et autres soient bloqués par le coût de l’Internet. Nous avons des start-ups. Dans la leçon inaugurale, on nous a demandé d’être proactifs. Il faudrait qu’au niveau de Camtel, même si l’ART n’a pas encore validé le catalogue des prix, comprendre qu’il y a aussi des réalités différentes. Ces jeunes qui développent des applications et ces jeunes qui boostent l’économie numérique doivent être encadrés. Pourquoi ne pas prévoir une taxation spécifique pour les centres de recherche dans l’économie numérique et pour autres start-up ? », argumente Minette Libom Li Likeng.

« Camtel a coupé Internet à Atrhur Zang ! Vous vous rendez compte ? »

Pour illustrer son propos, elle raconte une anecdote : « Il y a quelques mois, j’aurai pu appeler au niveau de Camtel, car j’étais choqué. Vous connaissez Arthur Zang, cet enfant qui fait la fierté du Cameroun avec son Cardiopad. Tout le monde en parle. Il n’a pas toujours l’accompagnement qu’il faut, mais il n’abandonne pas…. Camtel a coupé Internet à Atrhur Zang ! Vous vous rendez compte ? Alors qu’il y a des mauvais payeurs ici dehors ! Madame le Directeur général n’était pas au courant. Allez voir celui qui a fait cela et humanisez-le un peu. Arthur Zang a importé le matériel pour créer une usine de cartes magnétiques. Il n’arrive même pas encore à payer tous ses employés et on lui coupe Internet. »

Pour que cela aille vite, coopérez avec les autres pour que les idées que vous avez déjà comme le Wi-fi public et autres soient une réalité. Il faut que lorsque l’on marche dans les carrefours et espaces publics de référence du Cameroun, l’on sente que nous sommes dans un pays qui dispose de quatre câbles sous-marins à fibre optique fonctionnels dont l’un est la propriété du Cameroun et de Camtel.Minette Libom Li Likeng

Pour la ministre, Camtel a raté l’opportunité de dire à Arthur Zang « donnons-lui l’Internet avec peut-être un moratoire de deux ans pour le paiement ». « 1,7 terabit de capacité, c’est bien beau. Mais, cela doit servir à quoi ? Il y a le volet social, le volet qui rapporte de l’argent, mais également le volet qui ne rapporte pas de l’argent tout de suite, mais qui a des retombées par la suite.  Voilà pourquoi vos différentes cellules de veille doivent veiller sur cet aspect, mais également sur le marché de gros, sur la baisse des coûts de l’Internet pour certaines catégories d’activités. Nous aimons Camtel, nous voulons Camtel et nous voulons consommer Camerounais. Parce que c’est à partir de là que Camtel va relever le défi de l’émergence et de la transformation numérique, parce que vous avez la matière première indispensable à tout ce qui peut être fait », rappelle Minette Libom Li Likeng à l’assistance et à la nouvelle DG toute attentive.

« Pour que cela aille vite, suggère la ministre, coopérez avec les autres pour que les idées que vous avez déjà comme le Wi-fi public et autres soient une réalité. Il faut que lorsque l’on marche dans les carrefours et espaces publics de référence du Cameroun, l’on sente que nous sommes dans un pays qui dispose de quatre câbles sous-marins à fibre optique fonctionnels dont l’un est la propriété du Cameroun et de Camtel. Nous parlons avec passion, parce qu’on aime Camtel et on veut que ce soit le champion. »

Comme pour toutes les réactions, suggestions et commentaires au sujet de Camtel, Judith Yah Sunday épouse Achidi, sans dire un mot, écoutait attentivement, prenait parfois des notes et souvent en souriant.

Par Digital Business Africa

PUB-Innovation-4-Human.jpg

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrez votre nom ici