Cameroun : Camtel s’oppose au rapport de la Conac

0

(TIC Mag) – Au lendemain de la publication du rapport de la Commission nationale anticorruption (Conac) qui était arrivé à la conclusion selon laquelle Mtn, Orange et Camtel doivent à l’Etat du Cameroun 176 milliards de FCFA, l’opérateur historique des télécommunications a fait connaitre sa position. Dans un communiqué radio-presse publié le 20 janvier 2016, le Directeur général de la Camtel estime que le rapport de la Conac manque d’objectivité.

De ce communiqué, on apprend avec plus de précisions ce que la Conac reproche à la Camtel. Notamment, une somme de plus de 18,1 milliards due au Trésor public qui sanctionne le non-respect des obligations fiscales et le paiement de certaines taxes publicitaires par Camtel. Seulement, d’après David Nkotto Emane (photo), ces données « ne reflètent ni la dette actuelle de l’entreprise vis-à-vis du fisc, encore moins les obligations de Camtel envers les institutions financières nationales ».

Sur les impôts et autres taxes non payées

Le Directeur général de la Camtel rappelle que le 06 octobre 2015, l’Etat du Cameroun et la Camtel avaient signé une convention de compensation des dettes réciproques dans laquelle l’Etat s’engageait à apurer sa dette vis-à-vis de Camtel, « après que le solde de la compensation de ladite dette se soit avéré en faveur de la Camtel pour un montant total de 15 296 426 414 FCFA. Un échéancier de 15 mensualités a ainsi été établi, et le mois de novembre 2016, retenu comme dernière échéance que l’Etat s’est fixé pour l’apurement de sa dette ». Autrement dit, « Camtel est donc à jour de ses obligations fiscales, et continuera d’honorer l’ensemble de ses engagements ».

Pour ce qui est du Timbre sur la publicité

Dans son communiqué, David Nkotto Emane précise que « pour la mise en œuvre de ses actions marketing et Communication, Camtel s’est toujours attachée les services d’une Agence Conseil et des Régies publicitaires, conformément aux dispositions prévues par la Loi N°2006/018 du 29 décembre 2006, régissant la publicité au Cameroun. Des paiements conséquents sont faits auprès de ces Agences et Régies, et le mécanisme de répartition de ces fonds, nous le croyons, est respecté ».

Pour la taxe sur les jeux de hasard

Sur ce troisième aspect, le directeur général de la Camtel affirme qu ‘ « à la date de passage de la mission de la Conac au mois de janvier 2015, Camtel n’avait pas lancé jusque-là de jeux de hasard sur son réseau en dehors des actions promotionnelles classiques, liées à des offres spéciales, lors des occasions exceptionnelles, ponctuelles ou prévues par le calendrier ordinaire. Et cette situation demeure à ce jour ».

Pub-DBA-en-GIF-3.gif

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrez votre nom ici