Accueil Articles recommandés Serge Espoir MATOMBA : Avec moi, « la digitalisation de l’administration sera confiée aux...

Serge Espoir MATOMBA : Avec moi, « la digitalisation de l’administration sera confiée aux entreprises camerounaises » [VIDÉO]

(Digital Business Africa) – Votre plateforme web TIC Mag (www.ticmag.net) qui a récemment migré vers l’appellation DIGITAL Business Africa (www.digitalbusiness.africa), magazine des décideurs consacré aux informations stratégiques sur les TIC, les Télécoms et le Numérique en Afrique, a entrepris d’interroger en interview vidéo les neuf candidats à l’élection présidentielle du 07 octobre 2018 au Cameroun. Digital Business Africa les a invité à parler du numérique et à exposer leurs propositions pour un meilleur développement de ce secteur au Cameroun. Premier arrêt ce 17 septembre 2018, Serge Espoir MATOMBA, le candidat du PURS (le parti Peuple uni pour la rénovation sociale dont il est le Premier secrétaire).

Il promet, s’il est élu président de la République du Cameroun, une obligation pour les banques d’accompagner les Start-up et entreprises du numérique et que les entreprises camerounaises seront prioritaires dans l’attribution les marchés publics consacrés à la digitalisation de l’administration camerounaise.  Entretien.

Digital Business Africa : Quel est l’état des lieux que vous faites du développement de l’économie numérique au Cameroun ?

Serge Espoir MATOMBA : Écoutez. Je n’utiliserai pas le mot catastrophique. Je dirai tout simplement que le numérique n’occupe pas une place importante dans le développement du Cameroun. Et comme nous le disons, nous sommes là pour inverser les priorités. Le numérique fait partie du projet intégral de la refondation du système éducatif que nous avons. Parce que, nous le disons si bien, notre administration désormais doit complètement être informatisée et interconnectée. Comment allons-nous le faire si nous n’accordons pas une place importante au numérique ? Comment allons-nous le faire si nous ne pouvons pas utiliser le numérique comme une source de revenus importante dans le PIB camerounais ? D’autres pays le font. D’autres Etats, d’autres Nations le font. Pourquoi pas nous ? Il est important de dire que l’investissement qui sera accordé à ce secteur-là sera un investissement prioritaire, parce qu’en réalité ce que nous voulons c’est avoir des Camerounais prêts à développer leurs nations.

Mais, ceux-là qui vont au-delà de ce qui est présenté, qui vont plus loin parce que nous devons avoir une nation compétitive. Et avoir une nation compétitive veut dire que nous avons des Camerounais prêts qui ont tous les leviers pour développer la nation et ceci passe forcément par le numérique. Nous avons parlé de l’état civil, de l’identification, etc. Vous savez, les personnages comme STEVE JOBS, ou MARK ZUCKERBERG et bien d’autres, c’est grâce au numérique qu’ils ont pu se faire une place importante dans la société. Au Cameroun nous avons plusieurs jeunes qui ont énormément de talents et qui ont juste besoin d’être accompagnés.

Donc, Il y aura une priorité d’accompagnement pour toutes les Start-up exerçant dans le numérique qui pourront bénéficier de certains financements qui leur permettront non seulement de poursuivre les recherches, mais également de développer des produits qui seront plus tard des produits camerounais.

Nous allons accorder aux banques une garantie souveraine et les banques vont se charger d’étudier minutieusement les business plans qui seront présentés et voir ce qui est  dans l’ordre du faisable. Mais, ces banques auront pour obligation d’accompagner ces Start-up. Serge Espoir MATOMBA

DIGITAL Business Africa : Comment entendez-vous contribuer et financer l’essor des entreprises et start-up du numérique au Cameroun ?

Serge Espoir MATOMBA : Alors, ce sera un schéma simple. Ces Start-up bénéficieront des accompagnements des banques conformément aux business plan qu’ils auront. Parce qu’en réalité il ne faut pas penser que nous allons dire que par Start up nous allons accorder tel montant. Nous allons accorder aux banques une garantie souveraine et les banques vont se charger d’étudier minutieusement les business plans qui seront présentés et voir ce qui est  dans l’ordre du faisable.

Mais, ces banques auront pour obligation d’accompagner ces Start-up. Parce que, ce que  nous voulons c’est que nous puissions sortir la tête de l’eau. Pouvoir vendre aussi des services. Parce que l’un des premiers piliers du développement d’un pays c’est le service. Si nous sommes compétitifs au niveau du service, alors il est clair que nous amorçons là une bonne chaîne pour le développement de la nation.

DIGITAL Business Africa : Dans votre programme politique vous prévoyez, dans le volet numérique, la création d’une école typiquement dédiée aux nouvelles technologies. Quelle sera la différence entre votre projet et l’Ecole supérieure des Postes et des TIC (SUP’PTIC) qui existe déjà ?

Serge Espoir MATOMBA : Le plus sera que, dès la base, vous verrez des gens qui seront formés dès la base jusqu’au sommet. C’est à dire que vous n’allez pas atteindre un certain niveau pour bénéficier de ces formations au niveau du supérieur. Mais, ce sera dès la base, parce que l’objectif pour nous c’est d’avoir au final tous les Camerounais utilisant et pouvant manier tout ce qui est du numérique. Donc, c’est ça !

C’est à dire que vous soyez un enfant de cinq ans, j’ai commencé par cinq ans, 10 ans, 20 ans que vous puissiez manipuler tout ce qui est du numérique. Ce sera cela la plus-value, parce que nous disons ces jeunes que nous allons former maintenant sont ceux qui construiront le futur de demain.

Donc, ils ne vont pas avoir une formation limitée à un certain moment, puisqu’ils grandissent avec une formation qui ouvre leurs consciences à beaucoup plus de recherche. Parce qu’il faut aller vers là.  Vous savez, celui qui bénéficie d’une formation dans le numérique à un certain âge peut réaliser l’exploit d’inventer plusieurs choses. Mais, celui qui commence dès le bas âge arrive avec quelque chose de précis. Ce génie-là est encore là, il le développe dès la base et lorsqu’il devient à un certain niveau on le découvre.

DIGITAL Business Africa : Vous voulez également instaurer l’usage des TIC dans l’administration. Comment ferez-vous la digitalisation de l’administration camerounaise ?

Serge Espoir MATOMBA : Ce sera fait  par secteur et nous allons accorder ce marché de la digitalisation de l’administration à des entreprises camerounaises spécialement. Ce sera un marché dont les entreprises camerounaises vont devoir développer des logiciels que l’administration pourra utiliser tout simplement. Parce qu’à la fin il faut prioriser l’emploi interne et motiver tous ceux-là qui veulent se lancer. Leur faire comprendre qu’il existe un marché. Donc, la digitalisation se fera par secteur. Nous n’allons pas le faire tout d’un coup, une seule fois. Parce qu’en réalité cela nécessite non seulement la disponibilité en temps, mais cela nécessite des moyens financiers importants.

Mais ce sera un travail qui sera fait par les Camerounais, par des programmes qui seront développés par des Camerounais.

Propos recueillis par DIGITAL Business Africa

Ce que propose Serge Espoir MATOMBA dans son projet de société dans le volet TIC et Nouvelles technologies

Présence sur les réseaux sociaux de Serge Espoir Matomba

Point fort : Sur Facebook, réseau social qui rassemble le plus grand nombre des Camerounais, Serge Espoir Matomba est deuxième en termes de nombre de fans sur sa Page officielle Facebook. Avec 120 913 amis.

Point faible : Pas assez d’abonnés et de vidéos sur son compte YouTube qui ne compte que 05 abonnés au 17 septembre 2018.

Par Digital Business Africa

Prochain candidat : Cabral Libii du parti UNIVERS. Rendez-vous demain 18 septembre 2018 sur DIGITAL Business Africa (www.digitalbusiness.africa)

Laisser une réponse

SVP, commentez
SVP, entrez votre nom ici

TELECHARGEZ NOTRE VERSION MAG

NEWSLETTER WHATSAPP

Recevez gratuitement notre newsletter quotidienne

Votre adresse e-mail est en sécurité

SUIVEZ NOUS SUR TWITTER

Maroc : La cession des parts de l’Etat dans Maroc Telecom se fera en deux volets https://t.co/YcwgC1x3rI #DigitalBusinessAfrica

#Investissements : #FaureEGnassingbé mise sur le secteur privé et appelle les Européens à mieux connaître l’#Afrique - https://t.co/4blXgxV0oP

#Investissements : #FaureEGnassingbé mise sur le secteur privé et appelle les Européens à mieux connaître l’#Afrique - https://t.co/C5YxymI71c

Voir plus...

L’ère de l’interdépendance numérique : Résumé des propositions du rapport du Groupe de haut niveau sur la coopération numérique

- Les technologies numériques ne connaissent pas de frontières. Elles transcendent les frontières, les secteurs et les disciplines, ouvrent de nouvelles perspectives qui transforment...

Quel agenda pour les Rendez-vous Vivatech 2020

L'édition 2019 des Rendez-vous Vivatech, tenu du 16 au 18 mai, à Paris, avec 124 000 participants et 3 milliards de vues...

L’ONUDI et SGS s’associent pour développer les capacités nationales de gestion des déchets électroniques

- Le directeur du Département de l'environnement de l'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI), Stephan Sicars, et la...

« Le fait que SGS Renovo soit une solution auto-financée est très intéressant pour le Ghana »

– Moïse YAKAN, Directeur Régional Afrique Centrale et de l’Ouest du Programme SGS Renovo, et Alexandre Lusenti, Product Manager du programme...

Cameroun : En raison du refus de baisser ses coûts, l’ART rejette le catalogue d’offres de IHS

- Au Cameroun, la filiale locale du fournisseur d’infrastructures de télécommunications IHS devra revoir sa copie, notamment son catalogue d’offres pour la fourniture...

Nicolas Yenoussi : « A Yaoundé, l’expérience du Bénin en matière de digitalisation de l’administration fiscale a suscité suffisamment d’engouement »

- Le directeur général des Impôts du Bénin, Nicolas Yenoussi, participe aux travaux de la 34e conférence annuelle du Cercle de...