21 C
Yaounde
vendredi, 20 septembre 2019 05:34
Acceuil Articles recommandés Serge Espoir MATOMBA : Avec moi, « la digitalisation de l’administration sera confiée aux...

Serge Espoir MATOMBA : Avec moi, « la digitalisation de l’administration sera confiée aux entreprises camerounaises » [VIDÉO]

(Digital Business Africa) – Votre plateforme web TIC Mag (www.ticmag.net) qui a récemment migré vers l’appellation DIGITAL Business Africa (www.digitalbusiness.africa), magazine des décideurs consacré aux informations stratégiques sur les TIC, les Télécoms et le Numérique en Afrique, a entrepris d’interroger en interview vidéo les neuf candidats à l’élection présidentielle du 07 octobre 2018 au Cameroun. Digital Business Africa les a invité à parler du numérique et à exposer leurs propositions pour un meilleur développement de ce secteur au Cameroun. Premier arrêt ce 17 septembre 2018, Serge Espoir MATOMBA, le candidat du PURS (le parti Peuple uni pour la rénovation sociale dont il est le Premier secrétaire).

Il promet, s’il est élu président de la République du Cameroun, une obligation pour les banques d’accompagner les Start-up et entreprises du numérique et que les entreprises camerounaises seront prioritaires dans l’attribution les marchés publics consacrés à la digitalisation de l’administration camerounaise.  Entretien.

Digital Business Africa : Quel est l’état des lieux que vous faites du développement de l’économie numérique au Cameroun ?

Serge Espoir MATOMBA : Écoutez. Je n’utiliserai pas le mot catastrophique. Je dirai tout simplement que le numérique n’occupe pas une place importante dans le développement du Cameroun. Et comme nous le disons, nous sommes là pour inverser les priorités. Le numérique fait partie du projet intégral de la refondation du système éducatif que nous avons. Parce que, nous le disons si bien, notre administration désormais doit complètement être informatisée et interconnectée. Comment allons-nous le faire si nous n’accordons pas une place importante au numérique ? Comment allons-nous le faire si nous ne pouvons pas utiliser le numérique comme une source de revenus importante dans le PIB camerounais ? D’autres pays le font. D’autres Etats, d’autres Nations le font. Pourquoi pas nous ? Il est important de dire que l’investissement qui sera accordé à ce secteur-là sera un investissement prioritaire, parce qu’en réalité ce que nous voulons c’est avoir des Camerounais prêts à développer leurs nations.

Mais, ceux-là qui vont au-delà de ce qui est présenté, qui vont plus loin parce que nous devons avoir une nation compétitive. Et avoir une nation compétitive veut dire que nous avons des Camerounais prêts qui ont tous les leviers pour développer la nation et ceci passe forcément par le numérique. Nous avons parlé de l’état civil, de l’identification, etc. Vous savez, les personnages comme STEVE JOBS, ou MARK ZUCKERBERG et bien d’autres, c’est grâce au numérique qu’ils ont pu se faire une place importante dans la société. Au Cameroun nous avons plusieurs jeunes qui ont énormément de talents et qui ont juste besoin d’être accompagnés.

Donc, Il y aura une priorité d’accompagnement pour toutes les Start-up exerçant dans le numérique qui pourront bénéficier de certains financements qui leur permettront non seulement de poursuivre les recherches, mais également de développer des produits qui seront plus tard des produits camerounais.

Nous allons accorder aux banques une garantie souveraine et les banques vont se charger d’étudier minutieusement les business plans qui seront présentés et voir ce qui est  dans l’ordre du faisable. Mais, ces banques auront pour obligation d’accompagner ces Start-up. Serge Espoir MATOMBA

DIGITAL Business Africa : Comment entendez-vous contribuer et financer l’essor des entreprises et start-up du numérique au Cameroun ?

Serge Espoir MATOMBA : Alors, ce sera un schéma simple. Ces Start-up bénéficieront des accompagnements des banques conformément aux business plan qu’ils auront. Parce qu’en réalité il ne faut pas penser que nous allons dire que par Start up nous allons accorder tel montant. Nous allons accorder aux banques une garantie souveraine et les banques vont se charger d’étudier minutieusement les business plans qui seront présentés et voir ce qui est  dans l’ordre du faisable.

Mais, ces banques auront pour obligation d’accompagner ces Start-up. Parce que, ce que  nous voulons c’est que nous puissions sortir la tête de l’eau. Pouvoir vendre aussi des services. Parce que l’un des premiers piliers du développement d’un pays c’est le service. Si nous sommes compétitifs au niveau du service, alors il est clair que nous amorçons là une bonne chaîne pour le développement de la nation.

DIGITAL Business Africa : Dans votre programme politique vous prévoyez, dans le volet numérique, la création d’une école typiquement dédiée aux nouvelles technologies. Quelle sera la différence entre votre projet et l’Ecole supérieure des Postes et des TIC (SUP’PTIC) qui existe déjà ?

Serge Espoir MATOMBA : Le plus sera que, dès la base, vous verrez des gens qui seront formés dès la base jusqu’au sommet. C’est à dire que vous n’allez pas atteindre un certain niveau pour bénéficier de ces formations au niveau du supérieur. Mais, ce sera dès la base, parce que l’objectif pour nous c’est d’avoir au final tous les Camerounais utilisant et pouvant manier tout ce qui est du numérique. Donc, c’est ça !

C’est à dire que vous soyez un enfant de cinq ans, j’ai commencé par cinq ans, 10 ans, 20 ans que vous puissiez manipuler tout ce qui est du numérique. Ce sera cela la plus-value, parce que nous disons ces jeunes que nous allons former maintenant sont ceux qui construiront le futur de demain.

Donc, ils ne vont pas avoir une formation limitée à un certain moment, puisqu’ils grandissent avec une formation qui ouvre leurs consciences à beaucoup plus de recherche. Parce qu’il faut aller vers là.  Vous savez, celui qui bénéficie d’une formation dans le numérique à un certain âge peut réaliser l’exploit d’inventer plusieurs choses. Mais, celui qui commence dès le bas âge arrive avec quelque chose de précis. Ce génie-là est encore là, il le développe dès la base et lorsqu’il devient à un certain niveau on le découvre.

DIGITAL Business Africa : Vous voulez également instaurer l’usage des TIC dans l’administration. Comment ferez-vous la digitalisation de l’administration camerounaise ?

Serge Espoir MATOMBA : Ce sera fait  par secteur et nous allons accorder ce marché de la digitalisation de l’administration à des entreprises camerounaises spécialement. Ce sera un marché dont les entreprises camerounaises vont devoir développer des logiciels que l’administration pourra utiliser tout simplement. Parce qu’à la fin il faut prioriser l’emploi interne et motiver tous ceux-là qui veulent se lancer. Leur faire comprendre qu’il existe un marché. Donc, la digitalisation se fera par secteur. Nous n’allons pas le faire tout d’un coup, une seule fois. Parce qu’en réalité cela nécessite non seulement la disponibilité en temps, mais cela nécessite des moyens financiers importants.

Mais ce sera un travail qui sera fait par les Camerounais, par des programmes qui seront développés par des Camerounais.

Propos recueillis par DIGITAL Business Africa

Ce que propose Serge Espoir MATOMBA dans son projet de société dans le volet TIC et Nouvelles technologies

Présence sur les réseaux sociaux de Serge Espoir Matomba

Point fort : Sur Facebook, réseau social qui rassemble le plus grand nombre des Camerounais, Serge Espoir Matomba est deuxième en termes de nombre de fans sur sa Page officielle Facebook. Avec 120 913 amis.

Point faible : Pas assez d’abonnés et de vidéos sur son compte YouTube qui ne compte que 05 abonnés au 17 septembre 2018.

Par Digital Business Africa

Prochain candidat : Cabral Libii du parti UNIVERS. Rendez-vous demain 18 septembre 2018 sur DIGITAL Business Africa (www.digitalbusiness.africa)

Beaugas Orain DJOYUM
Beaugas Orain DJOYUM
Beaugas Orain DJOYUM est un passionné des TIC, des Télécoms et du Numérique. Il est le Directeur de publication de Digital Business Africa, la plateforme web d'informations stratégiques sur les TIC, les Télécoms et le Numérique en Afrique. Journaliste diplômé de l'ESSTIC et consultant en e-Réputation, il dirige le cabinet ICT Media STRATEGIES. Un cabinet spécialisé en veille stratégique dans le secteur des TIC, des Télécoms et du Numérique, en e-Réputation, en communication digitale, en édition web & magazine et en production des contenus médiatiques spécialisés. Pour le contacter : [email protected]. Téléphone fixe : +237 243 25 64 36. Téléphone mobile : +237 674 61 01 68

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

SUIVEZ NOUS SUR VOS RÉSEAUX SOCIAUX

33,051FansLike
6,301FollowersFollow
330SubscribersSubscribe

TELECHARGEZ NOTRE VERSION MAG

Recevez gratuitement notre newsletter quotidienne

Votre adresse e-mail est en sécurité

Régulation : Comment faire face aux grands acteurs télécoms ? Les stratégies de Sébastien Soriano dans Digital Business Africa N°004

- Aujourd’hui, le constat est là. Dans plusieurs pays, la sanction des opérateurs télécoms pour mauvaise qualité de service n’apporte pas toujours la...

Vera Songwe [CEA] sélectionne le Congo Brazza pour le lancement d’une phase de tests de la 5G

- C’est dans une correspondance datée du 13 août 2019 que la secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations Unies...

Cameroun : Un site web pour des infos pratiques sur le « grand dialogue national » convoqué par Paul Biya

– Dans un message spécial adressé à ses compatriotes le 10 septembre 2019, le président de la République du Cameroun, Paul...

Brenda Kabulo : « Mon passage du journalisme traditionnel au journalisme online avec à la clé la gestion des évents… »

– Elle est de plus en plus visible dans les couloirs des événements d’envergure organisés au Congo Brazza. Lorsqu’elle n’est pas Master of...

NEWSLETTER WHATSAPP

SUIVEZ NOUS SUR TWITTER

Côte d'Ivoire : Dr GUIBESSONGUI N’Datien prend officiellement ses fonctions de nouveau Directeur de Cabinet du ministère du numérique - https://t.co/cGXHetQXlj

Kenya : Safaricom distribue plus de 720 millions de dollars de dividende à ses actionnaires - https://t.co/mNiINPTC0J

Télécommunications : La SADC veut supprimer le roaming entre ses membres avant la fin 2019 - https://t.co/cDYnVycgTx

Voir plus...

Start-Up : Bridge for Billions lance un concours de pitch international

- - Alors que Bridge for Billions s’apprête à fêter son 4ème anniversaire à annoncé ce 18 Septembre 2019, l'écosystème...

Cameroun : Un site web pour des infos pratiques sur le « grand dialogue national » convoqué par Paul Biya

– Dans un message spécial adressé à ses compatriotes le 10 septembre 2019, le président de la République du Cameroun, Paul...

Régulation : Comment faire face aux grands acteurs télécoms ? Les stratégies de Sébastien Soriano dans Digital Business Africa N°004

- Aujourd’hui, le constat est là. Dans plusieurs pays, la sanction des opérateurs télécoms pour mauvaise qualité de service n’apporte pas toujours la...

Comment surveiller les transactions mobiles financières, Digital Business Africa N°004 présente quelques pistes avec James G. Claude de GVG

- Le numéro 004 de la version Mag de Digital Business Africa est disponible dans vos kiosques numériques. A la Une...

La République de Guinée et l’ARPT vont intenter un recours en annulation de la sentence arbitrale en faveur de GVG

L’autorité de Régulation des Postes et Télécommunications a signé un contrat avec le groupe GVG, en mai 2009, dans des conditions très...

RD Congo : Proche de FATSHI, Augustin Kibassa Maliba est le nouveau ministre des Postes et Télécoms

- Le tout premier gouvernement de Félix Antoine Tshisekedi (FATSHI) est connu sept mois après son investiture. Le Premier ministre, Sylvestre...