Cameroun : Minette Libom Li Likeng en tournée chez startups gérées par des femmes à Yaoundé

0
Cameroun : Minette Libom Li Likeng en tournée dans les startups gérées par des femmes à Yaoundé
07 mars 2019. Yaoundé. La ministre Minette Libom Li Likeng, en contact avec les jeunes femmes de SUP(PTIC.

[Digital Business Africa] –A l’occasion de la journée internationale de la femme (JIF 2019), la ministre des Postes et Télécommunications, est allée toucher du doigt les installations des « Women in tech » de la capitale camerounaise.Des femmes à la manette pour piloter l’économie numérique au Cameroun. Christelle Laminsi est CEO de Mewanko Farm, une plateforme numérique qui  accompagne les petits producteurs des zones rurales et les aide à vendre leurs productions en ligne sur les marchés urbains et internationaux. « Une centaine d’agriculteurs dans la zone de Yaoundé et du centre essentiellement, sont déjà inscrits sur notre plateforme et bénéficient de notre soutien », confie la fondatrice de Mewanko Farm à la ministre des Postes et télécommunications.

4è prix Orange de l’entrepreneuriat social en Afrique en 2014 et finaliste du prix RFI 2018, Christelle Laminsi ambitionne avec Mewanko Farm, de devenir une plateforme continentale. Mais, elle est encore en incubation dans les locaux de Brain Booster, un centre de coworking piloté par Aurelle Tayou, qui a eu l’insigne honneur de recevoir Minette Libom Li Likeng, ce jeudi 7 mars 2019.

Le temps de la célébration de la Journée internationale de la femme célébrée chaque 8 mars, la ministre des Postes et télécommunications, Minette Libom Li Likeng, est allée à la rencontre des «Women in Tech » de la capitale politique camerounaise. Chez Genius Center, la forte délégation conduite par la Minpostel a découvert un centre qui initie les jeunes de 4 à 17 ans aux métiers de l’ingénierie informatique, notamment la robotique, la création des sites web et des applications mobiles.

A la tête de cette structure se trouve une autre « Tech Woman », Danielle Akini, qui ambitionne d’atteindre 40 écoles d’ici la fin de l’année, pour multiplier le chiffre de 800 élèves déjà formés depuis le début de l’année. Minette Libom Li Likeng est allée toucher du doigt le travail de plusieurs startups féminines basées à Yaoundé. Parmi lesquelles Caysti d’Arielle Kitio, à travers son programme ABC Code, de codage ludique pour les enfants ; Infuiss de Mélissa Bime, qui offre des solutions de ravitaillement en poches de sang ; ou Multi Media Solution de Carole Mbessa, qui connecte les partenaires d’affaires.

L’objectif, explique la ministre, est de saisir l’opportunité de la journée internationale de la femme pour marquer l’engagement, le soutien et l’accompagnement des pouvoirs publics et spécialement du Minpostel, pour des filles qui se distinguent par leur créativité dans les TIC et le numérique. « L’égalité entre l’homme et la femme dans le domaine du numérique suppose un plus grand engagement dans ce secteur. Il s’agit donc pour moi de vous encourager et de vous confirmer non seulement mon engagement personnel, mais également la détermination des pouvoirs publics à vous accompagner dans votre choix de vous lancer dans les études tech », a dit Minette Libom Li Likeng aux étudiantes de Sup’Ptic.

Dans ce centre de formation à l’ingénierie numérique, il était question de booster le moral des apprenantes, alors que très peu de filles optent pour ces études. Seulement « 2 905 femmes formées pour … », selon le directeur de l’institution.

Seulement 18 femmes sur 100 ingénieures au Minpostel

« Les femmes sont largement absentes des lieux où se conçoivent et se maîtrisent les enjeux des TIC (conception, gouvernance …). Manque d’intérêt ou éviction insidieuse, divers facteurs se conjuguent pour expliquer ces différences », constate Minette Libom Li Likeng. C’est que les taux de pénétration de l’internet sont plus élevés pour les hommes que pour les femmes dans toutes les régions du monde. Ces écarts sont plus marqués notamment en Afrique où ils s’élèvent à 23%, selon l’UIT. L’institution montre par ailleurs que du fait de leur statut social, les femmes africaines sont pénalisées de 2/3 en termes de participation à la décision, 1/3 dans le domaine des contenus et des capacités, et 1/10 en termes d’accès aux TIC. Au Minpostel particulièrement, l’on dénombre 18 femmes seulement sur un effectif de plus de 100 ingénieurs toutes catégories confondues.

C’est dans cette optique que le ministère a engagé un certain nombre d’initiatives en vue d’inciter les femmes et les jeunes filles à s’intéresser à ce domaine porteur. Parmi ces initiatives, figurent la création du prix d’excellence scolaire au féminin en TIC dans le cadre des Matinées départementales de l’économie numérique ; l’accompagnement institutionnel des startups féminines ; et des facilitations et appuis divers aux « Women in tech » et au-delà, aux jeunes filles scientifiques.

Par Digital Business Africa

Pub-DBA-en-GIF-3.gif

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrez votre nom ici