Pierre-François Kamanou : « Orange et MTN Cameroon tiennent à garder le contrôle des contenus Voix, SMS et USSD »

0
Pierre François Kamanou : « Mobinawa est prête à mettre sur le marché une offre innovante pour les entreprises » [Vidéo]

[Digital Business Africa] – Interrogé ce 10 avril 2019 à Yaoundé lors de la célébration des 20 ans d’Orange Cameroun, le DG Frédéric Debord a indiqué qu’il « n’a pas la réponse pour l’instant » de la raison du refus d’Orange Cameroun à interconnecter l’opérateur licencié GTS Infotel Cameroon SA avec ses numéros long à préfixe 8. Mais, le DG a indiqué qu’Orange disposait déjà d’une interconnexion SMS avec GTS Infotel. Occasion pour Pierre-François Kamanou, le PDG de GTS Cameroon SA, de revenir sur refus d’interconnexion de ses numéros longs à préfixe 8, non pas seulement par Orange, mais également par MTN Cameroon. Digital Business Africa lui a donné la parole.

Digital Business Africa : Quelle est votre commentaire à la suite de la réponse du DG d’Orange Cameroun, Frédéric Debord, il y a quelques jours à la question de Jean-Vincent Tchieneyom à savoir pourquoi Orange refuse depuis 15 ans d’interconnecter vos numéros longs à préfixe 8 de GTS Infotel ?

Pierre-François Kamanou : Il faut dire qu’il existe effectivement depuis 2006 une interconnexion SMS avec Orange. Mais, nous allons attendre encore trois ans pour avoir une interconnexion avec MTN, afin de lancer en 2009 notre offre de service d’accès aux numéros courts surtaxés destinés aux tiers-fournisseurs de services. Mais, je dois préciser qu’il s’agit là d’une interconnexion SMS de type fournisseur SVA mobile, dont les termes commerciaux sont les mêmes que ceux que Orange et MTN pratiquent à leurs clients-entreprise.

 Autrement dit, cette interconnexion ne correspond pas au statut d’opérateur de services mobiles à valeur ajoutée que la loi nous confère depuis que nous sommes titulaire depuis 2002 d’une licence de fourniture de services de télécommunications à valeur ajoutée sur les numéros longs à préfixe 8 du plan national de numérotation. A défaut d’interconnexion au tarif de gros avec ces opérateurs mobiles, nous ne sommes toujours pas en mesure d’introduire dans le marché, une offre de numéros longs virtuels à préfixe 8 permettant d’identifier chaque entreprise et tous leurs services mobiles (Voix, SMS et USSD)  pour être accessibles à l’ensemble des abonnés mobiles GSM dans des conditions de transparence et non-discriminatoires.

Digital Business Africa : L’ART a organisé une réunion sur cette problématique de l’interconnexion ce même mercredi 10 avril 2019. Pourquoi y étiez-vous ?

Pierre-François Kamanou : L’ART organise régulièrement des réunions sur l’interconnexion en conviant tous les fournisseurs SVA. Et là, c’était la toute première fois que les fournisseurs SVA et les opérateurs concessionnaires se retrouvaient sur la même table autour du régulateur. Sauf que cette fois, seul LMT Group était présent sur les 138 enregistrés sous le régime de la déclaration et seul GTS Infotel était présent sur les 15 titulaires de licence catégorie 1. Ceci traduit le fait que la majorité de ces entreprises ont jeté l’éponge compte tenu des difficultés à interconnecter leurs services sur tous les opérateurs mobiles d’une part et du très faible partage de revenu surtaxé perçu des opérateurs d’autre part.

J’ai pris part à cette réunion en ma qualité de président du REPTIC.CM, le Réseau des professionnels des secteurs des Télécoms, des TIC et du Numérique, qui avait élaboré un rapport de contribution à la problématique de l’interconnexion des réseaux & services mobiles à valeur ajoutée.  

Digital Business Africa : Après cette rencontre ART, Opérateurs licenciés et Opérateurs concessionnaires, pensez-vous que les choses ont donc avancé ?

Pierre-François Kamanou : Sur cette épineuse question de l’interconnexion de réseau SVA des opérateurs titulaires de licence, l’ART a choisi de le traiter selon une démarche consensuelle, mais s’est heurté une fois de plus au blocage des opérateurs mobiles Orange et MTN qui, de toute évidence, tiennent à garder le contrôle des contenus Voix, SMS et USSD qu’ils transportent dans leur réseau pour le compte des tiers-fournisseurs, et à conserver le monopole de la fourniture d’accès mobile sur tous les segments de marché incluant SVA d’entreprise. Alors que la fourniture d’accès Internet a été ouvert à la concurrence depuis longtemps avec la co-existence de petits opérateurs nationaux comme Creolink, Matrix Telecom, Yoomee, Afrikanet, Gosat, … Il revient donc au régulateur d’en tirer toutes les conséquences qui s’imposent en jouant pleinement son rôle pour entre autres faciliter l’entrée de nouveaux opérateurs licenciés exploitant de réseau SVA sur les numéros longs à préfixe 8.

Digital Business Africa : GTS-Infotel a engagé une procédure de conciliation à l’ART sur le différend d’interconnexion l’opposant aux trois opérateurs mobiles concessionnaires. Où en êtes-vous avec ce dossier ?

Pierre-François Kamanou : Oui, c’est exact ! C’est la deuxième procédure de conciliation que nous engageons après celle de 2004 qui n’avait pas abouti. Celle-ci étant encore en cours, je me réserve de tout commentaire pour l’instant.

Propos recueillis par Digital Business Africa

Lire aussi : Cameroun : L’ART rejette toutes les offres technique et tarifaire d’interconnexion proposées par MTN Cameroon en 2019

Pub-DBA-en-GIF-3.gif

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrez votre nom ici