Accueil Afrique Centrale James G. Claude au TAS 2019 : « A GVG, nous sommes...

James G. Claude au TAS 2019 : « A GVG, nous sommes les pionniers de tout ce qui concerne les technologies réglementaires »

[Digital Business Africa] – La cinquième édition de Transform Africa Summit 2019 (TAS 2019), qui s’est tenue au Centre de convention de Kigali du 14 au 17 mai 2019 sous le thème « Accélérer la numérisation de l’Afrique » a été marquée par plusieurs conférences et ateliers. Parmi ces conférences, celle portant sur le thème : « L’harmonisation des politiques en tant qu’outil pour combler le fossé numérique en Afrique ». Une conférence co-organisée par la Smart Africa Alliance, organisatrice du TAS 2019, et Global Voice Group, sponsor de l’événement.

Et c’est tout naturellement que le CEO de GVG, James G. Claude, a pris part à cette conférence avec à ses côtés Siim Sikkut, DSI du gouvernement estonien ou encore Eleanor Sarpong, directrice adjointe A4AI de la Web Foundation.

Pour la Smart Africa Alliance, bien que l’Afrique ait pris le train de la révolution numérique, certaines régions restent isolées. Pour l’Alliance, il ne faut pas perdre de vue qu’il existe toujours un écart entre les différentes catégories démographiques en ce qui concerne l’accès aux TIC. L’une des nombreuses raisons est le coût élevé des communications et l’accès aux infrastructures.

Conscientes de la nécessité de rendre ces communications électroniques plus abordables sur l’ensemble du continent, les entreprises privées, les organisations internationales, y compris la Smart Africa Alliance, proposent d’adopter un cadre d’harmonisation des politiques dans tous les pays africains pour réaliser des économies d’échelle conduisant à la réduction des prix et, par conséquent, à la promotion de l’inclusion numérique. Et GVG se propose d’accompagner les Etats africains dans cette harmonisation des réglementations dans le secteur des TIC, d’après les explications de son PDG.

Donc nous, dès le début, nous avons toujours travaillé avec les régulateurs qu’on considère comme des partenaires. Et quand nous travaillons avec eux, nous tenons à avoir leur feedback, comprendre leurs challenges et développer des solutions qui les assistent et les accompagnent dans ce processus de transformation digitale pour qu’ils puissent jouer pleinement leurs rôles.James G. Claude, CEO de GVG

Accompagner le processus de transformation digitale

A l’issue de cette conférence, James G. Claude, a bien voulu expliquer en détails à Digital Business Africa comment GVG se prend dans l’accompagnement des Etats africains pour l’atteinte de ces objectifs-là.

« A GVG, nous sommes pionnier de tout ce qui concerne les technologies réglementaires. Nous travaillons avec des agences de régulation de télécoms depuis plusieurs années. Pour pouvoir mettre en place toute cette politique de développement du numérique, le régulateur a besoin d’avoir des données afin de pouvoir comprendre quel est l’effet d’une politique inclusive et optimale de l’économie numérique. C’est un domaine dans lequel GVG s’implique depuis des années. Nous travaillons avec les régulateurs pour renforcer leurs capacités, afin de pouvoir réguler un secteur qui évolue de jour en jour », explique James G. Claude.

D’après les explications du patron de GVG, si aujourd’hui un régulateur continue à utiliser un papier stylo pour monitorer une économie qui est purement numérisée, cela ne pourrait pas marcher. Car, cela ne va pas ensemble. « Donc nous, dès le début, nous avons toujours travaillé avec les régulateurs qu’on considère comme des partenaires. Et quand nous travaillons avec eux, nous tenons à avoir leur feedback, comprendre leurs challenges et développer des solutions qui les assistent et les accompagnent dans ce processus de transformation digitale pour qu’ils puissent jouer pleinement leurs rôles », précise le PDG de GVG.

James G. Claude note que ces solutions sont  « d’abord des solutions de collecte des données, parce que ce sans les données on n’arrive pas à travailler normalement dans ce secteur. Ce sont des solutions de mobilisation de ressources ou encore des solutions de protection, parce qu’il faut des solutions qui créent un environnement sécurisé pour le développement du numérique ».

Dans une prochaine version Mag de Digital Business Africa, retrouvez l’interview intégrale de James G. Claude où il parle en détails de ces solutions, des activités de GVG dans la gestion des données et dans le management du Big Data, sans oublier le point sur les activités du groupe en Afrique dans la lutte contre la fraude à la Simbox et les conseils du groupe GVG pour une meilleure amélioration des politiques réglementaires  dans le secteur des TIC et des télécoms.

Par Beaugas Orain DJOYUM, à Kigali

Laisser une réponse

SVP, commentez
SVP, entrez votre nom ici

TELECHARGEZ NOTRE VERSION MAG

NEWSLETTER WHATSAPP

Recevez gratuitement notre newsletter quotidienne

Votre adresse e-mail est en sécurité

SUIVEZ NOUS SUR TWITTER

Maroc : La cession des parts de l’Etat dans Maroc Telecom se fera en deux volets https://t.co/YcwgC1x3rI #DigitalBusinessAfrica

#Investissements : #FaureEGnassingbé mise sur le secteur privé et appelle les Européens à mieux connaître l’#Afrique - https://t.co/4blXgxV0oP

#Investissements : #FaureEGnassingbé mise sur le secteur privé et appelle les Européens à mieux connaître l’#Afrique - https://t.co/C5YxymI71c

Voir plus...

L’ère de l’interdépendance numérique : Résumé des propositions du rapport du Groupe de haut niveau sur la coopération numérique

- Les technologies numériques ne connaissent pas de frontières. Elles transcendent les frontières, les secteurs et les disciplines, ouvrent de nouvelles perspectives qui transforment...

Quel agenda pour les Rendez-vous Vivatech 2020

L'édition 2019 des Rendez-vous Vivatech, tenu du 16 au 18 mai, à Paris, avec 124 000 participants et 3 milliards de vues...

L’ONUDI et SGS s’associent pour développer les capacités nationales de gestion des déchets électroniques

- Le directeur du Département de l'environnement de l'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI), Stephan Sicars, et la...

« Le fait que SGS Renovo soit une solution auto-financée est très intéressant pour le Ghana »

– Moïse YAKAN, Directeur Régional Afrique Centrale et de l’Ouest du Programme SGS Renovo, et Alexandre Lusenti, Product Manager du programme...

Cameroun : En raison du refus de baisser ses coûts, l’ART rejette le catalogue d’offres de IHS

- Au Cameroun, la filiale locale du fournisseur d’infrastructures de télécommunications IHS devra revoir sa copie, notamment son catalogue d’offres pour la fourniture...

Nicolas Yenoussi : « A Yaoundé, l’expérience du Bénin en matière de digitalisation de l’administration fiscale a suscité suffisamment d’engouement »

- Le directeur général des Impôts du Bénin, Nicolas Yenoussi, participe aux travaux de la 34e conférence annuelle du Cercle de...