Cybercriminalité : Comment le FBI a enquêté et capturé le Nigérian Obinwanne Okeke, aujourd’hui condamné à 10 ans de prison

[Digital Business Africa] – 10 ans de prison. C’est le verdict prononcé ce 16 février 2021 par la juge en chef américain pour le district oriental de Virginie, Rebecca Beach Smith, à l’encontre du Nigérian Obinwanne Okeke, 33 ans et PDG du groupe Invictus, jugé coupable d’usurpation d’identité et de piratage informatique avec à la clé un détournement de 11 millions de dollars.

Il est donc reconnu coupable de fraude informatique, en violation du paragraphe 1030 du 18 U.S.C. (Le titre 18 du Code des États-Unis est un titre de loi américaine concernant les crimes fédéraux et la procédure pénale, ndlr) et de conspiration en vue de commettre une fraude télégraphique, en violation du paragraphe 1349 du 18 U.S.C..

«Par le biais de subterfuges et d’usurpation d’identité, Obinwanne Okeke s’est engagé dans un programme de piratage informatique et d’e-mails commerciaux de plusieurs années au niveau mondial qui a causé des pertes stupéfiantes de 11 millions de dollars à ses victimes», a déclaré Raj Parekh, procureur américain par intérim pour le district oriental de Virginie, qui confirme la peine. Pour lui, la condamnation prononcée  démontre « la portée mondiale de l’action l’EDVA (United States District Court for the Eastern District of Virginia) et du FBI (Federal Bureau of Investigation) dans la poursuite vigoureuse de la justice au nom des victimes américaines et d’autres et de responsabiliser les cybercriminels internationaux, quel que soit le lieu où ils commettent leurs crimes

A la suite de cette condamnation Brian Dugan, agent spécial en charge du bureau extérieur du FBI à Norfolk, a indiqué que le FBI ne permettra pas aux cybercriminels de régner librement dans le monde numérique pour s’attaquer aux intérêts et aux entreprises américaines. « Cette condamnation démontre l’engagement du FBI à travailler avec nos partenaires du ministère de la Justice et nos homologues étrangers pour localiser les cybercriminels à travers le monde et les amener aux États-Unis pour qu’ils soient tenus responsables», a déclaré Brian Dugan.

Un jeune pourtant présenté comme exemplaire au départ

Obinwanne Okeke

Avant son arrestation le 06 août 2019 par le FBI, à Alexandria, une ville de l’État de Virginie aux États-Unis, Obinwanne Okeke, PDG d’ Invictus Group, était compté parmi les principales et plus emblématiques figures de la jeunesse entreprenante nigériane. Chroniqueur à Forbes Africa qui l’avait d’ailleurs classé en 2016 parmi les 30 jeunes africains de moins de 30 ans les plus prometteurs, Obinwanne Okeke avait investi à la fois dans l’immobilier, l’énergie et la construction dans trois pays africains : le Nigeria, l’Afrique du Sud et la Zambie.

En mai 2017, l’African Brand Congress décerne à son groupe « Invictus Group of Companies Ltd » le prix de la société d’investissement la plus innovante d’Afrique de l’année 2017. Il est également nominé pour le prestigieux prix d’hommes d’affaires africain de l’année, les AABLA Awards. Ceci dans la catégorie Young African Business Leader (Afrique de l’Ouest).

Avec ces multiples distinctions, il est invité dans de nombreuses conférences dans le monde pour partager son expérience. C’est par exemple ainsi qu’il est invité au sommet africain de la London School of Economics à Londres en 2018.

Si dans l’une de ses chroniques à Forbes Africa il indique qu’il s’appuie non pas sur les banques, mais principalement sur les personnes fortunées du Nigéria pour financer la totalité de ses investissements dans l’immobilier, les Nigérians et le monde découvrent avec stupéfaction en août 2019 que l’origine de ses fonds provient des activités pas toujours catholiques. 

Selon des documents judiciaires américains, entre 2015 et 2019 environ, Okeke et d’autres conspirateurs sont engagés dans un complot en vue de mener diverses fraudes informatiques. Les conspirateurs obtiennent et compilent les lettres de créance de centaines de victimes, y compris des victimes dans le district oriental de Virginie. Ils se livrent à plusieurs formes de cyberfraudes, notamment l’envoi d’e-mails de phishing pour capturer des informations d’identification des courriers électroniques afin d’arnaquer de nombreuses victimes.

Parmi les victimes principales de ce système de fraude par courrier électronique : Unatrac Holding Limited, le bureau de vente à l’exportation de matériel industriel et agricole lourd de Caterpillar. En résumé, en avril 2018, le directeur financier d’Unatrac est victime d’un e-mail de phishing qui permet aux conspirateurs de capturer les informations de connexion. Les cybercriminels envoient plus tard aux comptables de la boite, à partir du mail du directeur financier d’Unatrac, des demandes de virements électroniques frauduleuses et joignent de fausses factures. Le système est si bien huilé que ces virements sont effectués sans problème majeur. Obinwanne Okeke participe activement à l’effort visant à dévaliser Unatrac par ces virements électroniques frauduleux totalisant près de 11 millions de dollars, transférés dans des comptes à l’étranger.

Comment le FBI enquête et met la main sur Obinwanne Okeke

Le cabinet de veille stratégique et d’e-Réputation ICT Media STRATEGIES et Digital Business Africa ont eu accès à certains documents du FBI. Nous vous présentons en détails non seulement le mécanisme de fraude cybernétique mis en place par Obinwanne Okeke et sa bande, mais également comment Marshall Ward, agent spécial du Federal Bureau of Investigation (FBI) spécialisé dans les intrusions informatiques, les fraudes et les crimes économiques, ainsi que sur les fraudes par Internet, par courrier et par câble, a minutieusement enquêté. Une méthode d’enquête qui devrait faire école dans ce domaine auprès de nombreux agents spéciaux en charge de la lutte contre la cybercriminalité. Enfin, nous vous présentons par ailleurs comment le FBI a mis la main sur le jeune Nigérian qui croupit actuellement dans une prison américaine.

Lire l’intégralité de l’article sur le site web de ICT Media STRATEGIES.

Par Beaugas Orain DJOYUM, CEO de ICT Media STRATEGIES et DP de Digital Business Africa.

Si vous avez aimé ce texte, vous aimerez bien bien d'autres. Rejoignez notre canal Telegram et notre chaîne WhatsApp pour ne rien manquer de nos infos stratégiques et de nos exclusivités. Aussi, merci de nous laisser votre commentaire au bas de cet article. Bonne navigation.

LAISSER UNE RÉPONSE

SVP, entrez votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici

spot_img

Plus d'infos

starlink-in-cameroon:-minpostel-asks-spacex-to-suspend-its-satellite-internet-services-–-digital-business-africa

Starlink en Afrique : Pourquoi le Cameroun et l’Afrique...

 - Plusieurs pays africains ont demandé à l'opérateur américain Starlink d'arrêter la commercialisation de ses services d'Internet...

Togo : Une étude des marchés numériques pour lutter...

Togo : Une étude des marchés numériques pour lutter contre la concurrence déloyale en cours

Numérique : L’UIT, en collaboration avec l’ ARPCE, organise...

Numérique : L'UIT, en collaboration avec l’ ARPCE, organise une formation sur la TNT et la gestion...