Bénin : Le gouvernement veut plus d’investissements dans le secteur des communications électroniques

2

[Digital Business Africa] – A la faveur du conseil des ministres du 14 novembre 2018, le gouvernement a décidé de la mise en œuvre des orientations de la réforme du marché des communications électroniques. Cette réforme consiste à renforcer le cadre de vente des services des opérateurs et à l’adapter aux besoins des consommateurs de revenus modestes ainsi qu’au nouveau contexte des OTT.

Ainsi, la vision phare du gouvernement du Nouveau départ qui est de faire du Bénin la plateforme de service numérique de l’Afrique de l’ouest pour l’accélération de la croissance et l’inclusion sociale, est en train de prendre corps avec la définition des mesures nécessaires à la revalorisation du secteur des communications électroniques en République du Bénin.

Convaincu de ce que l’absence d’investissements dans le secteur entraîne une mauvaise qualité des services et qu’un surcoût de la non qualité est plus important, le gouvernement de veut alors contrôler l’obligation d’investissement dans les réseaux et l’innovation par les opérateurs.

Cette politique qui vise à mieux faire profiter aux populations des services de communication mobile de façon durable est une réponse à la politique des prix tel que pratiquée par les opérateurs actuellement, avec des bonus fictifs qui pénalisent de surcroît le consommateur.

En effet, en relation avec l’Autorité de Régulation des Communications électroniques et de la Poste (ARCEP-Bénin), le gouvernement entend mettre en place un encadrement tarifaire, et gérer de manière efficiente les impacts des services de contournement (OTT) par les moyens propres de chaque opérateur.

Concrètement, cette réforme qui n’a pas pour but de prélever des taxes, mais d’utiliser les leviers de régulation admises au plan communautaire et international pour restructurer le marché des télécommunications, consiste à demander à l’ARCEP de mettre en œuvre les outils de régulation pour la sauvegarde de la pérennité du marché et le développement du numérique suivant la politique sectorielle.

L’opinion devrait donc savoir qu’aucune taxe ne sera appliquée sur les tarifs de consommation des services de télécommunications. Bien au contraire, cette décision permettra d’ouvrir l’accès à tous les réseaux et services, sans discrimination et fait donc droit aux plaidoyers de la jeunesse de disposer de l’internet.

Par Laurent Ajovi

PUB-Innovation-4-Human.jpg

2 COMMENTAIRES

  1. […] et signe de la conjoncture, le nombre d’emplois directs des opérateurs du secteur des télécommunications électroniques, en 2017 était de 6 725 personnels, soit une régression de 6,29% par rapport à […]

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrez votre nom ici