Minette Libom Li Likeng : « Le Festival Femme numérique bénéficie de l’onction du Gouvernement »

[DIGITAL Business Africa] – La cérémonie d’ouverture officielle de la 4ème édition du Festival Femme Numérique en s’est tenue ce 02 mars 2023 au Palais des Congrès de Yaoundé en présence du ministre des Postes et Télécommunications, Minette Libom Li Likeng. Le festival est placé sous le thème : « Pour un monde digital inclusif : innovations et technologies pour autonomiser les femmes et filles afin de tirer parti de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine ». Digital Business Africa vous présente le discours d’ouverture de la ministre Minette Libom Li Likeng. 

Madame le représentant Ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille ;

Monsieur le représentant du Ministre du Commerce ; Madame la Représentante Résidente du Bureau d’ONU Femmes au Cameroun ;

Monsieur le Chef des initiatives sous régionales du Bureau de la CEA pour l’Afrique Centrale ;

Monsieur le Chef de Projet d’innovation Digitale de la GIZ Cameroun, Représentant du Directeur Résident ;

Madame la Présidente et Directrice Exécutive du Fonds pour les Femmes francophones ; Madame la Présidente de AfricanWITS ;

Mesdames et Messieurs les Experts et intervenants ;

Distingués invités en vos rangs, titres et grades respectifs ;

Chères participantes au festival,

Mesdames et Messieurs,

C’est un insigne honneur pour moi de présider ce jour, la cérémonie d’ouverture de la quatrième édition du Festival « Femme Numérique », qui se tient du 02 au 04 mars 2023 à Yaoundé au Cameroun, et du 06 au 07 mars 2023 en ligne pour les femmes en Afrique. Organisé par l’association AFRICAN WOMEN IN TECH STARTUPS (AFRICANWITS), le festival Femme Numérique 2023 3 a pour thème «Pour un monde inclusif : Innovation et technologies pour autonomiser les femmes et filles afin de tirer parti de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine».

Il s’agit d’autonomiser les femmes et les filles à travers les TIC afin qu’elles puissent saisir les opportunités offertes par la Zone de Libre-Echange Continental Africaine (la ZLECAF). Comme pour les trois premières éditions, ce festival bénéficie de l’onction du Gouvernement, à travers notamment, le parrainage du Ministère des Postes et Télécommunications.

Qu’il me soit donc permis à cet égard, d’exprimer tout d’abord, à l’entame de mon propos, ma profonde gratitude à Madame la Représentante Résidente du Bureau d’ONU Femmes au Cameroun, pour avoir accepté d’honorer de sa présence, cet important rendez-vous des femmes du numérique, ainsi que pour sa contribution hautement pertinente en cette circonstance.

Votre présence, Madame la Représentante Résidente du Bureau d’ONU Femmes au Cameroun, non seulement rehausse l’importance de cette cérémonie, mais aussi et surtout témoigne de l’intérêt que ONU Femmes accorde aux questions 4 et initiatives ayant une incidence sur la réduction de la fracture numérique du genre au Cameroun.

Les mêmes sentiments de gratitude s’étendent au Bureau de la CEA pour l’Afrique Centrale, à GIZ Cameroun, au Fonds pour les francophones Togo, ainsi qu’à tous les départements ministériels ici représentés. Vos contributions ainsi que votre intérêt pour la réduction du fossé numérique côté genre, marquent votre foi en ce que, dans la grande aventure numérique, les femmes africaines et surtout camerounaises, ne doivent pas rester en dehors du train de la transformation digitale.

A tous les invités ici présents, à tous les membres de AFRICAN WITS ainsi qu’à tous ceux qui nous suivent en ce moment par le biais des Technologies de l’Information et de la Communication, je voudrais dire combien j’apprécie votre présence fort significative.

Distinguished guests, Ladies, and Gentlemen, The activities of the “Digital Women” festival are being held as part of the commemoration of International Women’s Day in Cameroon. As we all know, the 38th edition of International Women’s Day is being celebrated in Cameroon 5 under the theme “For an inclusive digital world: Innovation and technology for gender equality.”

This theme first of all allows us to salute and celebrate the women and girls who are championing transformative technology and digital education. It also allows us to explore the impact of the digital gender gap on widening economic and social inequalities. Finally, it sheds light on the importance of protecting the rights of women and girls in digital spaces and combating online gender-based violence facilitated by ICTs.

The Digital Women festival, whose main objective is to contribute to reducing the gender digital divide, is thus part of the Cameroonian government’s policy of promoting and popularizing ICTs among women and young girls. Indeed, due to gender inequalities in access to and use of ICTs that persist around the world, gender has become a major concern in the institutional discourse on information and communication technologies (ICTs).

This is an unprecedented global movement in favor of women’s access to ICTs, with gender equality in the ICT sector having become an urgent issue to stimulate growth and boost development. 6 As information and communication technologies (ICTs) increasingly play a significant role in daily life and work, gender-related inequalities are becoming more prevalent in the use, appropriation, and mastery of these strategic tools. According to the report of the Equals Partnership, an initiative of the International Telecommunication Union (ITU) that examines the implications of gender gaps in the digital technology field worldwide, the representation of women remains low in various sectors of employment, entrepreneurship, and policymaking in the field of ICTs. The European Commission’s report “Women in the Digital Age,” published in 2018, shows that there is a shortage of digital skills within the Union, particularly among women.

Across the Union, women between the ages of 16 and 24 are half as likely as men of the same age to have learned how to program. However, it should be recognized that the subject is complex due to multiple approaches. In fact, far from suffering from any technological handicap, we can observe that women and girls, in their daily or school life, are just as savvy users as their male counterparts, and that the existing gaps at the beginning of the dissemination of these tools are greatly reduced with the mainstreaming of ICTs in daily life.

The digital divide that is being discussed today seems to have other explanatory factors that are much more decisive than gender, such as income or level of education. In the professional world, for example, women are also experienced users in most activities where they are present. The real problem seems to lie in the field of ICT professions themselves. Indeed, except for a few exceptions, in most countries, the proportion of women employed in these professions is low, and consequently, the proportion of women in the educational programs training for these professions is also low. This means that women are largely absent from the places where ICT issues are conceived and mastered (design, governance, etc.).

According to the 2020 Report on Gender Equality and ICT in Cameroon, women represent only 31% of Internet users, compared to 69% for men. Moreover, women are underrepresented in jobs in the ICT sector and account for only 20% of workers in this field. In summary, the use of ICT is on the rise worldwide, in Africa and in Cameroon, but women are still facing obstacles that limit their access and use of digital technologies. It is 8 important to continue working to overcome these obstacles to ensure gender equality in the use and development of ICT.

Far from suffering from any technological handicap, women and girls, in their daily lives or in school, are just as savvy users as their male counterparts. In the professional world, women are also experienced users of ICT, in most branches of activities where they are active. However, they remain particularly in the minority in ICT professions themselves. Indeed, except for a few exceptions, everywhere in Europe and North America, the proportion of positions held by women in these professions is low, as is the proportion of women in the educational programs leading to them.

They are therefore largely absent from the places where ICT issues are conceived and mastered (design, governance, etc.). And yet, the majority of analysts of ICT issues, whether economists, sociologists, or policymakers, agree that incorporating ICT into a logic of fighting poverty requires actions to ensure that the sector benefits both men and women equally.

The stakes are high, especially for African countries where ICT is seen as a tool for the economic, social, and political empowerment of women. These stakes include, in particular:

 Facilitating women’s work in various fields, through easy access to information and an increased ability to acquire knowledge and skills.

 Acquiring communication skills, management capacity, and increased participation in governance.

 Increasing women’s productivity in agriculture and handicrafts, particularly through better access to information on markets and new production techniques.

 Facilitating business activities and opening up markets and other opportunities.

 Greater participation in politics and in the promotion of their rights, as well as in advocacy through social media actions. ICT thus represents a great opportunity to empower women, make them prosperous economic agents, and thus strengthen their contribution to economic and social development.

Distinguished personalities, ladies and gentlemen,

According to the International Telecommunication Union’s Telecommunication Development Bureau, while more data is needed, the first conclusions of studies indicate that it is 10 urgently necessary for governments to focus on measures to strengthen women’s digital skills, particularly in developing countries.

This is how guidelines for the inclusive and equitable use of ICTs by states were developed to ensure that ICTs do not reinforce gender stereotypes and to encourage the participation of all groups, including women, in the design and use of technologies.

En ce qui concerne notre pays le Cameroun, il faut souligner que les questions liées à la place de la femme dans le secteur des TIC, constituent une préoccupation centrale et les pouvoirs publics n’y sont pas insensibles : la volonté de l’Etat étant de garantir l’accès pour tous au numérique, notamment les femmes et les jeunes.

Et dans cette optique, la réduction de la fracture numérique à travers la promotion de la culture du numérique et la vulgarisation de l’usage des TIC constitue un axe stratégique de la stratégie gouvernementale de développement de l’économie numérique. Les autorités camerounaises se sont résolument engagées dans le développement de l’économie numérique, aujourd’hui unanimement perçue comme « le secteur le plus 11 dynamique de l’économie mondiale », pour l’atteinte de l’émergence du Cameroun, à travers la création d’emplois, l’amélioration de la productivité et de la compétitivité des entreprises, afin de booster la croissance.

Deux discours successifs du Chef de l’Etat constituent des marqueurs essentiels de cet engagement. Un Message à la Nation d’abord, le 31 décembre 2015 et un Message à la jeunesse, le 10 février 2016, qui soulignent tous, l’impérieuse nécessité pour la génération de jeunes camerounais d’aujourd’hui, d’embrasser pleinement ce secteur d’activité, véritable « défi historique pour le devenir de la nation ».

Le principal défi réside dans la promotion de l’inclusion numérique à travers la généralisation de l’usage des TIC pour toutes les composantes de la société, grâce notamment à :

– La promotion de l’accès et de l’usage des TIC auprès des citoyens, particulièrement les femmes et les jeunes;

– Le renforcement des capacités des populations dans le domaine des TIC notamment dans les zones rurales;

– Le développement des compétences et usages numériques au sein des Administrations ; – L’extension de l’infrastructure des Télécommunications et TIC.

Bien qu’ils soient de portée générale, ces programmes visent à inciter les femmes et les jeunes filles à s’intéresser à ce domaine d’activités porteur de multiples opportunités. Ainsi, afin d’obtenir le plein et équitable accès des filles dans le numérique, le Gouvernement camerounais a initié plusieurs projets et programmes, visant à réduire la fracture numérique genre, en favorisant ainsi l’inclusion numérique.

C’est dans cette optique que, l’éducation et la formation étant au cœur des stratégies adoptées, l’Agence Nationale des Technologies de l’Information et de la Communication, sous la tutelle du Ministère des Postes et Télécommunications, a conçu et mis en œuvre des programmes de formation en TIC et d’entrepreneuriat, pour les femmes et les jeunes dans les Centres de Promotion de la Femme et de la Famille du Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille.

Les autres actions menées concernent notamment des mesures d’encouragement des performances féminines dans les TIC, avec des prix spéciaux d’excellence scolaire au féminin, ainsi que des prix spéciaux aux lauréates des concours internationaux en matière d’innovation. Des facilitations, appuis institutionnels et soutiens divers sont également accordés aux startups féminines et autres 13 « women in tech », ainsi qu’aux associations de femmes dans les TIC.

L’objectif ici est d’aider les starters féminines du numérique à mieux répondre à leurs besoins, mais aussi et surtout de les accompagner dans la voie vers l’entrepreneuriat et à saisir toutes les opportunités offertes par le numérique. Dans le même ordre d’idées, le Cameroun a participé à la campagne « free to be on line » 2020 avec Plan International, à l’occasion de la Journée Internationale de la Jeune Fille, instituée par les Nations Unies, afin de lutter contre le cyber harcèlement des femmes en ligne. Les jeunes filles internautes ne sont pas en reste.

En effet, un projet de charte nationale de protection des enfants en ligne verra bientôt le jour, sous Très Hautes Prescriptions du Président de la République. Cette charte apportera une réponse à la question portant sur la protection des couches vulnérables (enfants, jeunes filles, personnes handicapées) et favorisera de ce fait l’inclusion numérique. Nous n’oublierons pas ici, la mobilisation féminine dans la campagne pour la promotion de la cybersécurité et l’utilisation responsable des réseaux sociaux, avec la 14 désignation des Ambassadeurs de la cybersécurité (4 femmes sur les 7) et des campagnes dédiées aux femmes.

Ainsi, loin de constituer une panacée universelle, ces actions visent essentiellement à :

 Encourager l’apprentissage des TIC par les femmes, ainsi que leur insertion dans les circuits professionnels.

 Renforcer la masse critique des femmes en accélérant leurs capacités économiques.

 Instaurer une égalité de genre dans la consommation des TIC.

En définitive, il s’agira de renforcer les programmes d’encouragement et de développement de l’apprentissage des TIC, pour les femmes et les filles, afin qu’elles s’insèrent dans les circuits économiques et bénéficient ainsi de toutes les opportunités offertes à l’international, dont la ZLECAF.

C’est donc l’occasion pour moi, de remercier et de féliciter chaleureusement Madame Horore BELL BEBGA, Présidente de l’association AFRICA WOMEN IN TECH STARTUP, ainsi que tous les membres de l’association, pour leurs actions et spécifiquement pour l’organisation du festival « femmes numériques », initiative louable, qui se pérennise au fil des années.

Madame la Présidente, vous êtes devenue un acteur majeur au Cameroun, pour la réduction de la fracture numérique en faveur des femmes et des jeunes filles et audelà, pour le développement harmonieux de l’usage des technologies, et leur appropriation par tous. Car, les activités de l’association « African Women In Tech Startups » s’inscrivent en droite ligne de la mise en œuvre de la politique gouvernementale en matière de développement du numérique et du genre, prescrite par le Président de la République, et mise en œuvre sous l’autorité du Premier Ministre Chef du Gouvernement.

Madame le représentant Ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille Monsieur le représentant du Ministre du Commerce Madame la Représentante Résidente du Bureau d’ONU Femmes au Cameroun Monsieur le Chef des initiatives sous régionales du Bureau de la CEA pour l’Afrique Centrale Monsieur le Chef de Projet d’innovation Digitale de la GIZ Cameroun, Représentant du Directeur Résident Madame la Présidente et Directrice Exécutive XOESE, le Fonds pour les francophones Togo Madame la Présidente de AfricanWITS 16 Mesdames et Messieurs les Experts et intervenants Distingués invités, Chères participantes au festival, Mesdames et Messieurs

Aujourd’hui, nos vies dépendent de plus en plus d’une forte intégration technologique : suivre un cours, appeler des proches, effectuer une transaction bancaire ou prendre un rendez-vous médical, tout passe par un processus numérique. Et pourtant, 37% des femmes n’utilisent pas internet et bien qu’elles constituent près de la moitié de la population mondiale, l’écart technologique est toujours en leur défaveur : par rapport à la population masculine, elles sont 259 millions de moins à ne pas avoir accès à internet. Si les femmes ne peuvent pas accéder à Internet et ne se sentent pas en sécurité en ligne, elles ne seront pas en mesure de développer les compétences numériques nécessaires et de s’engager dans des espaces numériques, ce qui diminue non seulement leurs possibilités de poursuivre des carrières scientifiques et technologiques, mais surtout celle de leur autonomisation et de leurs possibilités à devenir des agents économiques.

Dans une intervention devant le National Democratic Institute, qu’elle a intitulé « oser la différence : promouvoir l’émancipation des femmes » Christine Lagarde, ancienne  Directrice FMI disait : (je la cite) « …oser la différence, c’est forcer à s’ouvrir, la porte d’entrée sur le marché du travail pour les femmes en les encourageant à apprendre, à travailler, et à diriger. Ce sont les étapes essentielles de l’émancipation des femmes […] Apprendre, d’abord et avant tout. À mon sens, l’éducation des femmes est primordiale : c’est la fondation sur laquelle repose tout le reste de l’édifice […] Travailler. Après l’apprentissage vient le temps du travail. Il permet aux femmes de s’épanouir et de réaliser pleinement leur potentiel dans le monde du travail. […] Diriger. Apprendre d’abord, travailler ensuite, et enfin, diriger. C’est le dernier maillon de la chaîne, qui doit porter les femmes au sommet de leur profession, de par leurs qualités innées et talents propres. […] si nous osons la différence, nous ferons la différence » (fin de citation)

Ce que nous devons retenir c’est que tout commence par la formation. Et le Président Paul BIYA l’a bien compris. Lui qui, dans son message à la jeunesse le 10 février 2016, après avoir appelé le Gouvernement à poursuivre la mise en place des infrastructures et la bonne régulation du secteur prescrivait aux institutions d’enseignement, une restructuration pour une formation adéquate dans le cadre du 18 développement de l’économie numérique, en ces termes (je le cite) «les instituts de formation, publics ou privés, sont appelés à jouer leur rôle pleinement : ils doivent identifier les métiers nouveaux et adapter leurs programmes en conséquence » (fin de citation).

Au Cameroun, la révolution numérique n’aura tout son sens que si la société dans son ensemble (particuliers, administrations, entreprises) adopte les TIC dans son mode de vie. À l’heure où les technologies de l’information et de la communication (TIC) prennent une place grandissante dans le développement des pays, l’arrimage de toutes les composantes sociales dans la conception, l’usage, l’appropriation et la maîtrise de ces outils stratégiques est une impérieuse nécessité.

A cet effet, la réduction du fossé numérique au Cameroun, qui permet à tous, d’accéder et de contribuer à l’information, à la connaissance ainsi que de bénéficier des capacités majeures de développement offertes par les TIC, s’inscrit au rang des priorités de la vision de développement à long terme des pouvoirs publics.

Cette vision est déclinée dans les discours du Chef de l’Etat, et rendue concrète notamment dans la SND30, où un accent particulier est accordé à la promotion des TIC.

Vive les TIC Vive la femme camerounaise

Vive le Cameroun et son illustre Chef, Son Excellence Paul BIYA

Je vous remercie de votre aimable attention

Si vous avez aimé ce texte, vous aimerez bien bien d'autres. Rejoignez notre canal Telegram et notre chaîne WhatsApp pour ne rien manquer de nos infos stratégiques et de nos exclusivités. Aussi, merci de nous laisser votre commentaire au bas de cet article. Bonne navigation.

LAISSER UNE RÉPONSE

SVP, entrez votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici

spot_img

Plus d'infos

Mali : Le marché du mobile et les services...

Mali : Le marché du mobile et les services financiers numériques au beau fixe

Côte d’Ivoire : Les travaux de construction du premier...

Côte d’Ivoire : Les travaux de construction du premier Datacenter national Tier 3 ont débuté
Rose Leke

Une Camerounaise lauréate du Prix International Pour les Femmes...

Cinq chercheuses exceptionnelles récompensées par le Prix international 2024 L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science  Yaoundé, le...