L’ICANN a cinq ans en Afrique : voici le bilan chiffré !

0
Pierre Dandjinou, le vice-président de l'Icann pour l'Afrique en charge des relations avec les parties prenantes. A une Conférence sous régionale sur l'économie numérique.

[Digital Business Africa] – L’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (Icann) a cinq ans en Afrique. Pour présenter ses réalisations durant cette période, cette corporation qui coordonne les DNS (Domain Name Server) ou identificateurs uniques à l’échelle mondiale a publié un rapport bilan rendu public ce mois de janvier 2019.

Le Béninois Pierre Dandjinou, Vice-président de l’Icann en charge de la relation avec les parties prenantes en Afrique, reconnaît dans ce rapport bilan que l’Afrique, vaste continent abritant cinquante-cinq pays et plus d’un milliard d’habitants, a historiquement eu une participation limitée aux activités de l’ICANN. Toutefois, la communauté africaine de l’ICANN a connu une remarquable croissance au fil des cinq dernières années, précise-t-il.

Aujourd’hui, la stratégie de l’ICANN pour l’Afrique vise le renforcement des capacités des parties prenantes pour ainsi contribuer au développement de l’industrie régionale des noms de domaine. C’est ainsi qu’en cinq ans, 35 ateliers de renforcement des capacités ont été organisés en Afrique. Aussi, l’Icann a participé à 200 événements et a parrainé 35 événements ayant pour objectif de développer l’industrie des noms de domaine. Elle-même, elle en a organisé 15. Aussi, l’Icann a soutenu 208 boursiers africains et 14 Africains ont bénéficié du programme NextGen@Icann de l’Afrique.

« Plusieurs projets phares ont été mis en œuvre en Afrique dans le cadre de la stratégie de l’Icann. Nous avons vu ainsi augmenter le nombre de bureaux d’enregistrement et progresser les capacités de gestion des registres. Ces réalisations nous incitent à poursuivre sur la lancée de notre succès.  Il nous reste encore du chemin à faire, mais ce que nous avons accompli au cours des cinq dernières années nous remplit d’espoir pour l’avenir », se dit, confiant, Pierre Dandjinou.

Pour Nick Tomasso, vice-président en charge des opérations événementielles mondiales et
directeur général du bureau régional Moyen-Orient et Afrique, les équipes de l’Icann sont « reconnaissants des contributions apportées par la communauté à ce jour et nous comptons toujours sur sa participation active pour susciter l’intérêt autour de la mission de l’ICANN ».

Préparer le plan stratégique 2021-2025

A ce jour, l’Icann peaufine son plan stratégique pour les exercices fiscaux 2021-2025. En décembre 2018, elle a publié la version préliminaire de ce plan stratégique sur son site web à des fins de consultation publique. Les internautes et les parties prenantes sont invités à apporter leurs opinions et contributions pour façonner l’avenir de l’ICANN pour la période 2021-2025. La période de consultation publique prendra fin le 11 février 2019. Après ce deadline, une séance de planification stratégique est prévue lors de l’ICANN64 à Kobe afin de peaufiner ce plan.

Fondée en 1998 en tant qu’organisation à but non lucratif et reconnue d’utilité publique, l’Icann a pour mission de garantir un Internet mondial sûr, stable et unifié. En effet, pour contacter une
personne sur Internet, l’on doit généralement saisir une adresse sur votre ordinateur ou autre dispositif : un nom ou un numéro. Cette adresse doit être unique pour permettre aux ordinateurs de
s’identifier entre eux. L’ICANN coordonne donc ces identificateurs uniques à l’échelle mondiale. Elle rassemble au sein de sa communauté des participants du monde entier.

Par Digital Business Africa

TAS-2019.jpg

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrez votre nom ici