Cameroun : Les deux derniers projets qui tenaient à cœur Jean-Louis Beh Mengue avant son éviction de l’ART

(TIC Mag) – Jean-Louis Beh Mengue, alors directeur général de l’Agence de régulation de télécommunications, a effectué dans la matinée du 08 juin 2017 une visite sur le terrain à Yaoundé dans l’optique de visiter les sites fixes et mobiles de contrôle de fréquences installés dans la capitale.

Il était sans doute loin de s’imaginer que quelques heures plus tard, au journal de 17h du poste national de la CRTV, le président de la République, Paul Biya, allait le remplacer en nommant un nouveau directeur général à l’ART.  C’est ainsi que Philémon Zo’o Zame, ex-SG du ministère des Travaux publics, a été nommé pour le remplacer. Ceci après 18 années de service à la tête de l’ART.

Lors de sa visite sur le terrain, l’ex directeur général a expliqué aux journalistes que le Cameroun a souffert ces dernières années d’un manque d’équipements techniques adéquats pour le contrôle des fréquences, par rapport à l’avancée technologique des réseaux de télécommunications du pays. Ceci afin de mieux contrôler les fréquences des opérateurs de télécommunications et exiger plus de rigueur aux opérateurs pour une meilleur qualité de service.

Comme solution, l’ex DG a alors fait une annonce : « Nous avons élaboré un programme, qui, pour les trois années à venir, devrait nous coûter à peu près 15 milliards de francs Cfa. Nous avons commencé la première étape avec un marché de gré à gré avec une société allemande de l’ordre de cinq milliards de francs Cfa. Ce marché prévoit l’installation à Yaoundé d’un certain nombre de sites fixes et mobiles de contrôle de fréquences ».

Un projet qu’il ne conduira pas jusqu’au bout ! Et ce n’est pas le seul projet stoppé. Car bien avant, sous son magistère, il y a le projet de construction du nouvel immeuble de l’ART qui a été stoppé, d’après certaines sources, par la Présidence de la République. Un autre projet qui tenait vraiment à cœur l’Ex-DG.

Jean-Louis Beh Mengue a fait une déclaration à ce sujet lors de sa visite sur les sites de contrôle de fréquences. « Nous avons posé la première pierre de cet immeuble comme vous le savez le 16 décembre 2016. Nous avons payé l’avance de démarrage de ces travaux, mais nous avons reçu de hautes instructions qui nous demandaient de geler le projet en attendant des instructions ultérieures que nous attendons encore », a expliqué aux journalistes Jean-Louis Beh Mengue.

L’on se souvient que le jour de la pose de la première pierre de cet édifice (qui sera situé en face de l’hôtel Hilton à Yaoundé) par la ministre des Postes et Télécommunications, Minette Libom Li Likeng, le DG de l’ART avait alors laissé transparaître toute sa satisfaction après de nombreux rebondissements et blocages enregistrés lors du processus de passation de ce marché.

« Je vous laisse imaginer l’émotion qui est mienne de savoir qu’enfin cet immeuble est sur le point de sortir de terre. Cet événement est l’aboutissement d’un long et fastidieux processus qui a débuté en 2008 par le lancement d’un appel d’offres international ouvert le 08 janvier 2008 pour la réalisation des études architecturales. Par la suite, le 10 octobre 2011, l’appel d’offres international pour la construction de l’immeuble a été lancé », avait déclaré Jean-Louis Beh Mengue à l’assistance à qui il avait raconté les différentes péripéties pour en arriver là (Lire des extraits de son discours ici).

Encore une fois, il était loin de s’imaginer qu’un autre blocage se pointait à l’horizon. La demande de l’arrêt de ce chantier « sur de hautes instructions » était probablement un signe de son départ imminent de la tête de l’ART.

Tous ces chantiers, et bien d’autres encore plus importants, Philemon Zo’o Zame les hérite. Forcément, un autre signe qui indique que l’ensemble de ces chantiers seront repris ou relancés.

Par TIC Mag (Pour plus d’infos : [email protected])

Si vous avez aimé ce texte, vous aimerez bien bien d'autres. Rejoignez notre canal Telegram et notre chaîne WhatsApp pour ne rien manquer de nos infos stratégiques et de nos exclusivités. Aussi, merci de nous laisser votre commentaire au bas de cet article. Bonne navigation.

LAISSER UNE RÉPONSE

SVP, entrez votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici

spot_img

Plus d'infos

Cameroun: La nécessité de numériser la CNI comme en...

Cameroun: La nécessité de numériser la CNI comme en Afrique de l'Ouest
Cameroun : le tarif du timbre de la CNI passe de 2 800 F.CFA à 10 000 F.CFA, des Camerounais mécontents sur la toile

Cameroun : le tarif du timbre de la CNI...

Cameroun - CNI: Plus de 700 kits fixes et 300 kits mobiles dotés de la « plus...
start-up Bee

Cameroun : La start-up Bee, Advans et Atlantique Assurance...

- La start-up Bee Group, spécialisée dans le transport par motos et la livraison des produits...