Albert Kamga [ANTIC] : « Avec le tarif promotionnel de 2 000 F.Cfa en cours, en une semaine, nous avons enregistré 7 000 noms de domaine en .Cm »

[Digital Business Africa] – L’Agence nationale des technologies de l’information et de la communication (ANTIC) rassemblé les registrars du Cameroun ce 21 décembre 2021 à l’hôtel Hilton de Yaoundé afin de discuter de leurs activités et de relever les défis qui s’imposent à eux. Une rencontre qui intervient alors qu’une campagne de vulgarisation du .Cm est en cours. Digital Business Africa a profité de cette occasion pour interroger Albert Kamga, le directeur de la Coopération et de la Normalisation à l’ANTIC, afin d’en savoir plus, mais également sur la campagne en cours sur le .cm.

A noter, un registrar, ou bureau d’enregistrement en français, désigne une société ayant choisi de se spécialiser dans l’enregistrement et la réservation des noms de domaine. Au Cameroun, l’on en compte 14. Ils sont : NetCom, HTT Telecom, MTN Cameroon, Camtel, CreoLink, ICCSoft, Matrix Télécoms, InfoGénie, Camoo, ProSygma, CleanDev, Africa Data Center, Globex Cam Group ou et l’Agence digitale.  

Digital Business Africa : L’ANTIC a rencontré hier les registrars à l’hôtel Hilton de Yaoundé. Quel était le but de cette rencontre ?

Albert Kamga : C’est une rencontre traditionnelle qui se veut une rencontre bilan de l’activité de l’enregistrement des noms de domaine en .cm sur l’année au Cameroun. C’est dans l’objectif de faire le point des activités et voir quelles sont les préoccupations qui se posent en matière d’enregistrement des noms des domaines en .cm et envisager ensemble les solutions et perspectives.

Digital Business Africa : Après vos discussions, quels sont donc les principaux défis qui se posent aujourd’hui au Cameroun en matière d’enregistrement des noms de domaine en .Cm ?

Albert Kamga : Les défis se posent à trois niveaux. D’abord, au niveau de la tarification. Il nous est revenu que certains registrars ne pratiquaient pas toujours les prix tels qu’arrêtés par la réglementation en vigueur. Il était donc question de les rappeler leurs responsabilités.

Ensuite, l’autre défi concerne les délais d’enregistrement. Certains registrars prennent plus de temps que nécessaire pour l’effectivité de l’enregistrement. Si nous voulons être compétitif sur la scène mondiale, il est important de nous assurer que nos usagers bénéficient des mêmes standards que ceux d’ailleurs.

Le troisième défi est en lien avec les recouvrements des fonds en lien avec les enregistrements des noms de domaine. Nous manquions un peu de visibilité sur certains versements parce que le registrar qui doit reverser une quote-part à l’Antic des frais qu’ils recouvrent auprès des usagers ne donnent pas toujours la bonne information pour permettre de savoir que tel somme reçue pour le compte bancaire de l’ANTIC correspond au montant des noms de domaine enregistrés au cours de telle période. Il était question de faire des précisions pour que chaque registrar sache exactement ce qu’il faut faire.

Digital Business Africa : L’Antic a lancé une campagne de promotion du .cm du 1er au 31 décembre 2021. Il passe de 7 000 F.Cfa à 2 000 F.Cfa. A ce jour, quels sont les chiffres qui montrent l’engouement ou pas du public à cette campagne par les Camerounais ?

Effectivement, le ministre des Postes et Télécommunications, Mme Minette Libom Li Likeng, a pris une décision pour offrir un cadeau de fin d’année aux usagers de l’Internet au Cameroun. Au cours de cette période qui va, comme vous l’avez indiqué, du 01er au 31 décembre 2021, les noms de domaine en .Cm qui en temps ordinaire coûtent 7 000 Francs Cfa reviennent à 2 000 Francs Cfa TTC. Les chiffres que nous avons montrent qu’il y a véritablement de l’engouement pour les populations, parce que avec le tarif promotionnel en cours, en une semaine, nous avons enregistré 7 000 noms de domaine en .Cm. Cela montre que le public est sensible à cette baisse et tient à en profiter.

Digital Business Africa : Quels conseils donnez-vous aux registrars qui ne respectent pas du tout ou qui traînent à appliquer les consignes du gouvernement concernant des tarifs de promotion durant cette période ?

Nous aimerons que les registrars s’ajustent de manière volontaire à la campagne de promotion en cours. C’est dans une relation de confiance que l’Antic s’engage avec ces registrars partenaires qui, en réalité, sont le front office pour ce qui concerne les enregistrements des noms de domaine. Au cas où ils ne s’ajustent pas de manière volontaire, l’ANTIC sera obligé de prendre les mesures qui s’imposent, la mesure la plus grave étant le retrait de l’agrément du registrar. Ce qui serait dommage, car nous sommes engagés dans une relation gagnant-gagnant.

Mais, avec l’échange que nous avons eu ce 21 décembre, l’application des tarifs de cette promotion devrait se faire naturellement. Nous continuons tout de même d’observer et nous ne manquerons pas de prendre nos responsabilités au cas où il y aurait de la résistance à l’application de cette baisse.

Propos recueillis par Beaugas Orain DJOYUM

Si vous avez aimé ce texte, vous aimerez bien bien d'autres. Rejoignez notre canal Telegram et notre chaîne WhatsApp pour ne rien manquer de nos infos stratégiques et de nos exclusivités. Aussi, merci de nous laisser votre commentaire au bas de cet article. Bonne navigation.

LAISSER UNE RÉPONSE

SVP, entrez votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici

spot_img

Plus d'infos

Judith Yah Sunday, nouvelle PCA du Rascom et Timothy...

Judith Yah Sunday, PCA Rascom, Timothy Ashong, DG: les défis du nouvel exécutif
Cameroun : En 2023, l'ART a reversé 30 milliards de F.Cfa au Trésor public, à l'Antic, au FST et Cie

Cameroun : En 2023, l’ART a reversé 30 milliards...

- Le Conseil d'Administration de l'Agence de Régulation des Télécommunications (ART), Etablissement public à caractère spécial,...

Cameroun : L’ ART tient deux sessions de son...

Cameroun : L’ ART tient deux sessions de son conseil d’administration