Un Centre d’alerte aux incidents cybernétiques dans chaque pays de la CEEAC

0
Cybercriminalité

Les ministres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) recommandent de créer dans chaque pays de la CEEAC avant la fin de l’année 2015 une équipe et un Centre d’alerte aux incidents cybernétiques ; de mettre en place des départements de lutte contre la cybercriminalité et le cyberterrorisme dans les universités et les académies spécialisées sous-régionales ; de mettre en place une stratégie nationale de sécurisation des infrastructures critiques ; d’élaborer et de mettre en œuvre une politique nationale de cybersécurité, de lutte contre la cybercriminalité et le cyberterrorisme dans chaque pays ou encore de sensibiliser l’ensemble de la population avec un accent particulier sur les jeunes à une véritable culture de la cybersécurité.
Ce sont là quelques recommandations issues du Forum sous-régional sur la cybersécurité et la lutte contre la cybercriminalité qui s’est tenu à Yaoundé du 24 au 27 février 2015. Les experts se sont réunis pour examiner les voies et moyens de mise en place d’une stratégie sous-régionale opérationnelle en matière de cybersécurité et de lutte contre la cybercriminalité. La rencontre qui s’est achevée le 27 février par une réunion des ministres en charge des Télécommunications et des Technologies de l’Information et de la Communication des Etats membres de la CEEAC a débouché sur la signature de la déclaration de Yaoundé.
Les ministres qui se sont appuyés sur les résolutions du forum ont également lancé un appel à l’endroit de la CEEAC afin d’aider les pays de la région à lutter contre les pratiques cybercriminelles. Ils demandent au sécrétaire général de la CEEAC de “faire adopter par les Etats dans les meilleurs délais possibles les directives sous-régionales sur les communications électroniques et les textes de lois associés en matière de cybersécurité et de lutte contre la cybercriminalité et le cyberterrorisme, et d’en réaliser la transposition en collaboration avec l’UIT, la CEA et l’Union africaine », d’«accompagner les Etats membres dans la mise en place de leurs Centres  d’alertes et de réponse aux incidents cybernétiques (CIRT) nationaux et dans la constitution d’un CIRT sous-régional et de la task force associée » ou encore « d’élaborer un plan d’action stratégique opérationnel sous-régional en matière de cybersécurité et de lutte contre la cybercriminalité et le cyberterrorisme, intégrant les recommandations issues du premier forum sous-régional tenu à Yaoundé du 24 au 27 février 2015, avec l’appui de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) et éventuellement d’autres partenaires régionaux ou internationaux ».

PUB-Innovation-4-Human.jpg

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrez votre nom ici