Pour cause de Coronavirus, le séminaire du Fratel à Brazzaville est reporté à une date ultérieure

[Digital Business Africa] – Le 17ème séminaire du Réseau francophone de la régulation des télécommunications (Fratel) prévu se tenir à Brazzaville au Congo les 2 et 3 avril 2020  sur le thème « Quelle régulation tarifaire des produits de gros ? » est renvoyé pour cause de Coronavirus. Le secrétaire exécutif du FRATEL, Julien GILSON, en a informé les membres du réseau ce 05 mars 2020.

« En raison de la propagation du COVID-19 et des mesures et sécurité et de restrictions de déplacements les accompagnant, le Comité de coordination de Fratel, en accord avec l’ARPCE de la République du Congo, a décidé de prendre la décision de procéder au report du séminaire annuel des 2 et 3 avril à Brazzaville. Nous sommes désolés pour tout inconvénient que cela pourrait vous avoir causé, mais la sécurité sanitaire des membres du réseau et du pays hôte est une haute priorité pour le Comité de coordination », écrit Julien Gilson.

Le Fratel promet d’annoncer dès que possible la nouvelle date du séminaire. Probablement à la fin du premier semestre, estime le SE du Fratel.

Le 17ème séminaire Fratel est rencontre est organisée par le comité de coordination 2020 du Fratel et l’Autorité de Régulation des Postes et des Communications électroniques (ARPCE) de la République du Congo.

Les types de remèdes tarifaires pour la régulation des produits de gros

Conformément au plan d’action 2020 approuvé lors de la réunion annuelle 2019 du réseau qui s’est tenue à Bucarest les 23 et 24 octobre, ce séminaire abordera les différentes obligations tarifaires imposées par les autorités de régulation pour remédier à la puissance de certains opérateurs (régulation asymétrique) ou à l’ensemble des opérateurs (régulation symétrique) sur les marchés de l’accès aux réseaux de communications électroniques et de l’interconnexion.

D’après le Fratel, lors de ce séminaire, les participants reviendront, en premier lieu, sur la mise en place des types de remèdes tarifaires qu’ils considèrent comme adéquats selon les produits de gros régulés et les objectifs réglementaires poursuivis, notamment dans un contexte de transition technologique.

En deuxième lieu, ils évoqueront les périmètres des coûts pertinents à prendre en compte. Enfin, les méthodes comptables de valorisation des actifs et les méthodes de modélisations (top-down, bottom-up, etc.) des capitaux immobilisés et des coûts d’exploitation et les sources d’alimentation des modèles, notamment la comptabilité réglementaire des opérateurs seront examinés. 

Par Digital Business Africa

Si vous avez aimé ce texte, vous aimerez bien bien d'autres. Rejoignez notre canal Telegram et notre chaîne WhatsApp pour ne rien manquer de nos infos stratégiques et de nos exclusivités. Aussi, merci de nous laisser votre commentaire au bas de cet article. Bonne navigation.

LAISSER UNE RÉPONSE

SVP, entrez votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici

spot_img

Plus d'infos

Cameroun: La nécessité de numériser la CNI comme en...

Cameroun: La nécessité de numériser la CNI comme en Afrique de l'Ouest
Cameroun : le tarif du timbre de la CNI passe de 2 800 F.CFA à 10 000 F.CFA, des Camerounais mécontents sur la toile

Cameroun : le tarif du timbre de la CNI...

Cameroun - CNI: Plus de 700 kits fixes et 300 kits mobiles dotés de la « plus...

Côte d’Ivoire : Le Centre d’Innovation « Yiri »...

Côte d'Ivoire : Le Centre d'Innovation « Yiri » inauguré, Rebecca Enonchong ambassadrice de cet incubateur