Le gestionnaire de pylônes IHS veut faire une razzia sur les télécoms en Afrique

Les opérateurs africains cèdent leurs tours aux spécialistes.

Et hop, une nouvelle pelletée de charbon dans la locomotive ! Le gestionnaire d’infrastructures de télécommunications africain IHSHolding vient de lever 420 millions de dollars via une augmentation de capital auprès de grands investisseurs financiers, portant le total des sommes levées en un an et demi à 1,5 milliard de dollars. Il lui faut du cash pour acheter des sites d’antennes mobiles rapidement – en tout cas, pour aller plus vite et plus loin que ses concurrents.

Le premier actionnaire d’IHS demeure suite à ce tour de table le fonds français Wendel, avec plus de 35 % du capital. Il vient de remettre au pot 152 millions de dollars, soit 428 millions au total depuis octobre 2010. Les autres actionnaires, Emerging Capital Partners et IFC, participent aussi à l’opérationl, et trois nouveaux financiers entrent dans la danse : la banque Goldman Sachs, IFC Global Infrastructure Fund et African Infrastructure Investment Managers.

Formidable croissance

L’appétit des fonds pour IHS s’explique par la formidable croissance du mobile en Afrique. Les Africains achètent massivement des mobiles. Il y a environ 175.000 tours sur le continent, mais les besoins sont estimés à 300.000 d’ici à 2017. Pour l’instant, les gestionnaires d’infrastructures spécialisés, les « tower companies », n’en détiennent que 20.000. Mais cela devrait changer. Les opérateurs télécoms présents sur le continent, du sud-africain MTN à l’indien Bharti en passant par Orange, ont intérêt à mutualiser leurs stations de base pour les rentabiliser et à profiter du pylône que d’autres ont installé. C’est pourquoi ils revendent ou louent leurs infrastructures télécoms aux tower companies.

En Afrique, IHS est le plus gros d’entre eux. Il détient plus de 10.000 sites, au Nigeria et dans six autres pays, et a annoncé son intention de doubler son portefeuille de sites tout en s’implantant dans de nouveaux Etats. Chaque année, il en construit près de 1.000. En 2013, il a racheté les mâts de MTN en Côte d’Ivoire et au Cameroun, puis passé un contrat pour gérer ceux d’Orange dans les mêmes pays. IHS s’apprête également à acquérir le réseau de MTN en Zambie et au Rwanda. « Nous avons déjà dépensé une bonne partie des sommes levées depuis 2012 », explique Rhys Philip, porte-parole du groupe panafricain. « Notre croissance est très rapide, nous n’avions que 5.000 pylônes à la mi-juin 2013. » C’est à qui investira le plus vite et rachètera le plus de stations de base entre IHS, Helios Towers, Eaton Towers et American Towers. La taille critique est capitale pour gagner de l’argent dans l’infrastructure.

 

Source : Les Echos

 

A lire aussi :

Orange a lancé Plenty, la minute à 30 FCFA

MTN pourrait racheter la branche mobile de Telkom

Thierry N’Doufou : « Nous lançons la première tablette éducative africaine »

La Guinée vers la mise en place du point d’échange internet

Si vous avez aimé ce texte, vous aimerez bien bien d'autres. Rejoignez notre canal Telegram et notre chaîne WhatsApp pour ne rien manquer de nos infos stratégiques et de nos exclusivités. Aussi, merci de nous laisser votre commentaire au bas de cet article. Bonne navigation.

LAISSER UNE RÉPONSE

SVP, entrez votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici

spot_img

Plus d'infos

Economie numérique et environnement, l’Onu dénonce les méfaits d’une...

Economie numérique et environnement, l’Onu dénonce les méfaits d'une croissance rapide

Au Colloque mondial des Régulateurs, l’ART soutient l’exploitation saine de...

Au Colloque mondial des Régulateurs, l’ART soutient l’exploitation saine de la technologie

SIPEN 2024 : Le baptême du feu pour le...

SIPEN 2024 : Le baptême du feu pour le ministre en charge du Numérique Alioune Sall