Le Cameroun à l’épreuve des Tic

Plusieurs structures et administrations intègrent progressivement les outils de communication moderne dans leur fonctionnement quotidien.

A l’ère du « tout numérique », il est désormais quasiment impossible de se passer des outils de communication moderne, notamment de l’Internet. Le Cameroun aussi entre progressivement dans la mouvance. Petit à petit la culture de l’Internet s’enracine dans les habitudes. Les administrations également se mettent de plus à l’ère des technologies.

Sur le terrain, on observe que pour le concours d’admission à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (Enam), les candidats sont invités à télécharger des fiches d’inscription sur le site de l’école. Les résultats de plusieurs concours sont publiés sur Internet (Enam, Iric, Injs…).

Les affectations des fonctionnaires sont publiées sur le site de leurs ministères, immédiatement après signature.

Plusieurs départements ministériels camerounais disposent d’un site Web, même si la plupart n’est pas toujours à jour. En entreprise aussi, la tendance est visible. Par exemple, dans les milieux bancaires ou financiers, en plus de l’Internet, l’intranet est de plus en plus utilisé pour délivrer des messages ponctuels au personnel ou pour tout autre besoin de service.

Cependant, beaucoup reste encore à faire pour se mettre véritablement à la page de la veille technologique. Plusieurs camerounais éprouvent encore d’énormes difficultés à se servir d’un ordinateur, ou d’un téléphone portable multimédia. Par exemple, depuis le 8 avril dernier, Microsoft a mis fin à son support sur le système d’exploitation Windows XP et la suite bureautique Office 2003. Certains Camerounais ne sont pas au courant de cette mutation, et bon nombre continue à utiliser Windows XP comme système d’exploitation, voire la suite bureautique Office 2003.

Selon le ministère des Postes et Télécommunications, seulement 5% de la population camerounaise a accès à Internet. Cette minorité ne se concentre que dans des grandes villes comme Douala, Yaoundé, Bafoussam et les villes universitaires. Néanmoins, de nombreux travaux tels l’élargissement du réseau de la fibre optique suscitent de nouveaux espoirs.

 

Lire aussi :

Téléphonie mobile : de lourdes batailles en perspective

L’urgence d’une hygiène numérique

Après les objets connectés, des « hommes connectés »

Introduction des TIC dans l’enseignement secondaires : de belles perspectives

LAISSER UNE RÉPONSE

SVP, entrez votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici

spot_img

Plus d'infos

MWS 2024 : Le ministre des PTNTIC réunit tous...

MWS 2024 : Le ministre des PTNTIC réunit tous les acteurs du numérique de RDC pour trouver...

Afrique de l’Ouest : La B.M octroie 20 millions...

Afrique de l’Ouest : La B.M octroie 20 millions $ à Smart Africa au profit de l’intégration...
Yaoundé, capitale de l’intelligence artificielle du 04 au 06 mars 2024 avec le sommet UAR

Yaoundé, capitale de l’intelligence artificielle du 04 au 06...

– Le Cameroun accueille le sommet le sommet de l'Union Africaine de Radiodiffusion (UAR) et de...

Sur votre mobile

Si vous avez aimé ce texte, vous aimerez bien bien d'autres. rejoignez notre canal Telegram et notre chaîne WhatsApp pour ne rien manquer de nos infos stratégiques et de nos exclusivités.

Chaine WhatsApp de Digital Business Africa