Jean-Pierre Biyiti Bi Essam : “2012 sera l’année des infrastructures et de la connectivité”

0
Jean Pierre Biyiti bi Essam

Grandes lignes du discours de Jean-Pierre Biyiti Bi Essam, ministre des Postes et Télécommunications, a l’occasion de la cérémonie de présentation de vœux 2012 le 17 janvier 2012 à Yaoundé.

SUR LE CONTEXTE GENERAL

La cérémonie de présentation de vœux de ce jour intervient au lendemain de la réorganisation du Gouvernement survenue le 09 décembre 2011. Cette  réorganisation a vu notre ministère doté de nouvelles compétences. En effet, selon les termes du décret n° 2011/408 du 09 décembre 2011, en son article 08, alinéa 28 et je cite : « le Ministère des Postes et Télécommunications est responsable de l’élaboration et de la mise en œuvre de la politique du Gouvernement en matière de postes, des télécommunications et des technologies de l’information et de la communication ».

La lecture de ce paragraphe appelle de ma part, un ou deux commentaires :

v   Primo : les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) disposent désormais d’un tuteur institutionnel désigné ;

v   Secundo : ce rattachement des TIC au MINPOSTEL permet désormais une coordination plus cohérente des activités du domaine des télécommunications et des TIC.

Les différentes actions menées au cours de l’année 2011 reflètent les grandes orientations du Gouvernement définies par le Chef de l’Etat, Son Excellence Paul BIYA, visant à lutter contre la pauvreté à travers la création des richesses et de l’emploi à partir des TIC. Elles traduisent aussi notre détermination à faire en sorte que le Cameroun, comme le demande le Chef de l’Etat, s’arrime à la société de l’information.

Au cours de l’année 2012, les actions entreprises l’année dernière vont se poursuivre. Pour affirmer davantage, le rôle des Postes, des Télécommunications et TIC, dans la marche du Cameroun vers l’émergence telle que souhaité par le Président de la République.

Je voudrais saisir cette occasion, pour féliciter tous les protagonistes du secteur, pour le travail abattu et les efforts déployés par les uns et les autres au cours de ces dernières années, pour nous hisser à la hauteur des missions qui nous sont dévolues.

A- EN MATIERE POSTALE

Au cours de l’année 2012, les actions engagées l’année dernière vont se poursuivre. Il s’agit entre autres, de l’amélioration de la présence postale, avec en prime l’amélioration de la qualité de service. Cette présence sera matérialisée par la construction des bureaux de poste des localités de LOM PANGAR et de MEMVE’ELE, dès la fin des études.

A côté de ces actions dans ce domaine, il faut noter que la mise en place probable du Fonds Spécial de Développement du Secteur Postal permettra particulièrement, la réhabilitation du réseau postal et la mise en place des infrastructures modernes. L’on enregistrera donc une extension du réseau postal et une nette amélioration de la qualité du service aux usagers.

C’est pourquoi je demande au Directeur Général de la CAMPOST, de capitaliser tous les efforts fournis depuis l’arrivée de son équipe à la tête de cette entreprise. Je demande qu’une attention particulière soit accordée à la réalisation, avec les partenaires HUAWEI, du projet e-Post, dont nous attendons tous qu’il propulse le service public postal dans la modernité.

Dans le secteur postal, l’heure de la régulation a sonné. 2012 doit voir se mettre en place cette régulation postale que nous appelons de tous nos vœux depuis belle lurette, mais qui serait contreproductive, si l’opérateur postal historique, la CAMPOST, venait à ne pas améliorer sa qualité de service. Je le dis sans ambages, il n’y a pas de régulation postale viable sans une qualité de service viable à la CAMPOST.

B- EN MATIERE D’INFRASTRUCTURE

Comme les années passées, le développement de l’infrastructure sera une de nos priorités. Cette action prioritaire  a été évoquée à maintes reprises par le Président de la République, aussi bien dans ses discours de Campagne, que d’investiture et de fin d’année 2011.

·         L’EXTENSION DE LA FIBRE OPTIQUE

Il y a d’abord le linéaire de fibre optique qui va se voir augmenter avec le projet de construction de 3.000 kilomètres supplémentaires dans le cadre du projet National Broadband Network (NBN), pour porter dans un avenir très proche à près de 10.000 km, la longueur de cette infrastructure au Cameroun. Nous renforcerons cette infrastructure avec la construction de la Boucle optique de la ville de Yaoundé, dont les travaux vont démarrer incessamment. J’en ai reçu la confirmation ce matin même par un courrier du Premier Ministre, Chef du Gouvernement.

LA DIVERSIFICATION DES RACCORDEMENTS AUX RESEAUX DE CABLES SOUS-MARINS

La diversification des raccordements aux réseaux de câbles sous-marins internationaux est un projet prioritaire au cours de cet exercice. Et pour cause, le câble sous-marin SAT-3 mis en service depuis 2002, arrivant à saturation, le Gouvernement  est en train d’explorer d’autres opportunités pour écouler le trafic et diversifier l’accès aux autoroutes mondiales de l’information. Des discussions sont en cours avec les consortia WACS (West African Cable System), ACE (Africa Coast to Europe) et MAIN ONE en vue de l’atterrissement de leur câble sous-marin à fibre optique sur les côtes camerounaises. Au moment où je vous parle, le câble sous marin du WACS est déjà sur nos côtes précisément. Les choses avancent donc bien de ce côté-là. Nous veillerons à toutes les étapes de ces projets à garantir les intérêts des usagers nationaux de ces autoroutes de l’information.

  • LE DESENCLAVEMENT NUMERIQUE AU MENU

A coté du déploiement de la fibre optique, nous comptons cette année mettre en service l’ensemble des Télécentres Communautaires Polyvalents et les Points d’Accès Numériques, pour porter leur nombre à cent cinquante (150). Il est prévu dans le même temps, la construction de trente (30) nouveaux télécentres et la mise en service de seize (16) radios communautaires.

Au cours de 2012, nous prévoyons d’étendre le réseau panafricain des services en ligne en même temps que nous allons nous évertuer à poursuivre la connexion haut-débit par fibre optique des administrations publiques.

  • POUR L’ACCELERATION DU PROJET CENTRAL AFRICAN BACKBONE

Le Gouvernement ne compte pas s’arrêter là avec les programmes de développement des infrastructures des télécommunications Haut Débit. En bonne place, le Projet Central African Backbone, en abrégé CAB, dont le backbone actuel est l’épine dorsale. Ce projet qui est adossé sur le câble posé le long de l’oléoduc Kribi-Doba, se met progressivement en place grâce aux partenaires au développement et bilatéraux. A cet effet, j’exhorte le Coordonnateur du Projet à œuvrer davantage pour l’accélération de la matérialisation de ce projet intégrateur.

  • Pour une utilisation plus sûre des TIC

L’un des chantiers qui va connaître un aboutissement au cours de cette année, c’est celui de la sécurisation des échanges des données électroniques. Il est vrai qu’elle sera toujours à parfaire. Ce sera à la faveur de l’installation,  avec le concours de la République de Corée du Sud, de la plateforme de sécurité, PKI (Public Key Infrastructure) ou Infrastructure à Clé Publique. Grâce à cette infrastructure, nos transactions électroniques seront sécurisées.

En outre, le démarrage des travaux de construction du Centre sous régional de Maintenance des télécommunications sera effectif. Ce Centre va constituer le Point d’ancrage du futur technopole numérique prévu pour stimuler l’innovation et l’émergence d’une économie numérique.

PROTEGER LE CONSOMMATEUR

Afin de protéger les consommateurs de la mauvaise utilisation du téléphone portable, le gouvernement a lancé l’opération d’identification des abonnés du téléphone mobile. Aujourd’hui, l’opération est terminée. Je félicite tous les acteurs qui ont permis l’aboutissement de ce processus. Je pense notamment, à l’Agence de Régulation des Télécommunications et aux opérateurs. J’invite ces derniers à continuer à identifier de manière systématique, tout nouvel abonné de leurs réseaux respectifs. Mais cela ne signifie pas que tout va désormais pour le mieux dans ce domaine. Je demande alors au Comité interministériel mis en place pour suivre ce dossier de rester très vigilant.

POUR LA RENAISSANCE DE L’ENSPT

Au plan de la formation, au cours de l’exercice 2012, le Ministère des Postes et Télécommunications compte équiper les laboratoires de l’Ecole Nationale Supérieure des Postes et Télécommunications, ici à Yaoundé et au Campus du Centre de Formation des Postes et Télécommunications de Buéa. L’émergence visée ne sera atteinte qu’avec des ressources humaines bien formées.

  • POUR UNE REDUCTION DRASTIQUE DE  LA FACTURE DES TELECOMMUNICATIONS DANS LES ADMINISTRATIONS

C’est avec satisfaction que j’ai noté la baisse de la facture des consommations du téléphone par les Administrations publiques. Je recommande à mes collaborateurs compétents en la matière, de poursuivre la fiabilisation de toutes les lignes téléphoniques et autres moyens des télécommunications des Administrations. La consommation doit baisser de manière significative pour que le téléphone et même l’internet soient plus que jamais un outil de travail.

SUR L’AMELIORATION DU CADRE DE VIE AU MINPOSTEL

ü  La finalisation de la rénovation des ascenseurs de notre département ministériel. Pour ce qui concerne notre bâtiment dont les travaux ont été suspendus, je puis vous dire que mon département ministériel et la Communauté Urbaine de Yaoundé sont en concertation, pour la levée de tous les obstacles.

ü  la poursuite du renforcement des mesures de ponctualité et d’assiduité des agents publics, à travers l’optimisation de notre système biométrique de contrôle de présence mis en place depuis  2010 ;

ü  la poursuite du déploiement du SIGIPES au MINPOSTEL avec le recyclage permanent du personnel chargé de la gestion de la solde ;

ü  la consolidation du fichier des personnels afin de démasquer les salariés fictifs et de réduire ainsi la masse salariale.

  • BRISER LA CORRUPTION

Dans le domaine de la lutte contre la corruption, j’annonce aux uns et aux autres,  l’intensification des activités de la Cellule de Lutte contre la Corruption au Ministère des Postes et Télécommunications. Ses actions seront portées sur :

–         le contrôle et l’évaluation de la qualité du service au Ministère des Postes et Télécommunications ;

–         le contrôle et l’évaluation de la mise en application des dispositions contenues dans le cahier des charges de l’Agence de Régulation des Télécommunications ainsi que des opérateurs (CAMTEL, CAMPOST, MTN Cameroon, Orange Cameroun, etc….) ;

–         le contrôle et l’évaluation de la qualité des enseignements à l’Ecole Nationale Supérieure des Postes et Télécommunications de Yaoundé et au Centre de Formation des Postes et Télécommunications de Buéa.

  • RECOMMANDATIONS AUX SOCIETES SOUS TUTELLE

ü  A l’adresse de l’opérateur historique CAMTEL

Maintenir le cap sur la mise en place des infrastructures, notamment, la fibre optique. Aujourd’hui plus que jamais, la fibre optique, un des 14 projets structurants de notre pays, est la condition incontournable en vue de résorber l’important déficit en infrastructures des télécommunications dans notre pays. Aucun développement n’est possible sans des moyens de communications viables.

ü  A l’adresse maintenant, de l’Agence de Régulation des Télécommunications (ART)

Il faut louer les efforts réalisés dans le domaine de la régulation des télécommunications et des TIC allant jusqu’aux sanctions comme vous l’avez récemment fait. Il faut  poursuivre dans cette voie de la rigueur, dans l’intérêt de tous. En parlant de l’intérêt de tous, je demanderai une fois encore, une fois de plus à l’Agence, de poursuivre les négociations avec les opérateurs, pour une réduction encore plus substantielle des coûts des communications. Les consommateurs ne souhaitent plus avoir une  baisse essentiellement fonction des avantages et de la gratuité liés aux cadrages horaires et aux aléas des bonus. Les camerounais veulent une baisse qui privilégie les offres de prix des communications au temps réel ou à la minute séquentielle.

Avec l’ouverture très prochaine du marché de la téléphonie mobile au Cameroun, l’autre défi qui vous interpelle à l’Agence de Régulation des Télécommunications, c’est  de faire respecter la mutualisation des infrastructures des télécommunications par les Opérateurs, conformément à l’Accord-cadre qu’ils ont eux-mêmes signé en 2006.

ü  A l’Agence Nationale des Technologies de l’Information et de la Communication, je voudrais demander de mener des actions, pour non seulement :

–        faire de l’ANTIC une structure d’élite dans le domaine des TIC, de l’Internet, de la cybersécurité, en faisant recours à des ressources humaines hautement qualifiées ;

–        améliorer l’image du point CM au niveau mondial, pour qu’il redevienne cette destination numérique privilégiée à l’instar du point COM ;

–        instaurer la gestion transparente et équitable de l’extension nationale du point CM pour que ce dernier devienne une source de revenus fiable pour l’État ;

–        démocratiser l’accès des Camerounais au point CM afin de développer les contenus locaux au Cameroun, mais en plus et surtout, de le fiabiliser et de le sécuriser.

ü  A l’endroit de l’Ecole Nationale Supérieure des Postes et Télécommunications,

Je voudrais dire que la Refondation de cette institution retiendra cette année encore toute l’attention du Gouvernement. Ainsi, nous souhaitons au finish, disposer d’une  Grande Ecole en Management et en Ingénierie des Postes et Télécommunications, avec des programmes adaptés aux exigences et contingences du marché de l’emploi. J’annonce déjà la construction d’un amphithéâtre de 700 places, l’acquisition d’un gros bus pour le transport exclusif des étudiants et l’achèvement en 2012, du bâtiment devant accueillir les étudiants du Cycle A et de Master. Ce bâtiment est visible juste à ma droite.

SUR LE PLAN LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE

Des chantiers énormes nous attendent par ailleurs. Il s’agit sans être exhaustif, de l’achèvement de la mise en place du cadre législatif et réglementaire régissant le secteur des télécommunications et des technologies de l’information et de la communication. Sur ce dernier point, l’Agence de Régulation des Télécommunications et l’Agence Nationale des Technologies de l’Information et de la Communication qui sont appelées à collaborer, sont interpellées.

AU PLAN INTERNATIONAL

Mon département ministériel  continuera à œuvrer pour consolider la place de notre pays au sein des organisations  internationales et régionales.  Durant l’année 2012, nous allons continuer à tout mettre en œuvre pour faire entendre la voix du Cameroun au sein de ces institutions internationales.

L’un de nos défis est la candidature de notre collaborateur Monsieur YOUNOUSS Djibrine, Inspecteur Général, au Poste de Secrétaire Général de l’Union Panafricaine des Postes (UPAP). Nous pensons que grâce à l’aura dont jouit le Cameroun à l’extérieur et au potentiel du candidat, notre pays pourra relever ce défi. Je dis, bonne chance à notre candidat.

AU PLAN SOCIAL

Je voudrais ici accueillir une fois de plus les 159 jeunes diplômés affectés dans notre département ministériel dans le cadre du recrutement de 25 000 diplômés instruits par le Chef de l’Etat. Je voudrais vous inviter à transformer les engagements politiques du Chef de l’Etat en une réalité palpable, visible au quotidien, allant dans le sens d’une amélioration du cadre de vie des populations et de la Gouvernance des services.

Et pour y arriver, vous devez avoir à cœur la culture du résultat et à vous conformer au cadre déontologique du service public, ayant comme points cardinaux,  la célérité et l’efficacité dans le traitement des dossiers, l’assiduité, la ponctualité et le sens de l’intérêt général.

CONDITIONS DE LA REUSSITE DE CE VASTE CHANTIER

La réussite de ces actions dépendra fortement du degré d’implication des agents dans la vie du département. J’exhorte donc l’ensemble du personnel, à redoubler d’efforts pour qu’ensembles, nous puissions renforcer nos acquis et relever les nouveaux défis auxquels nous sommes confrontés dans la mise en œuvre efficiente de la politique du secteur telle que définie par le Chef de l’Etat. J’en appelle également à l’esprit d’équipe et à la recherche permanente de l’excellence dans notre travail, pour l’accomplissement performant des missions qui nous sont dévolues.

Pour ma part, je puis vous assurer de mon total soutien pour que nous puissions garder le cap dans la marche que nous entamons sur le chemin de l’émergence.

AU PERSONNEL ADMIS A FAIRE VALOIR LEURS DROITS A LA RETRAITE

La présente cérémonie me donne aussi l’occasion de dire au revoir à tous nos collaborateurs qui ont été appelés à faire valoir leurs droits à la retraite. C’est avec beaucoup d’émotion et un pincement au cœur, que nous vous disons au revoir. Un départ est toujours empreint de chagrin pour celui qui s’en va et aussi pour ceux qui le voient partir.

Nous voulons que vous sachiez que les amitiés qui se sont créées au fil des années, continueront encore après votre départ. Ainsi, au nom du Gouvernement et de l’ensemble du personnel, nous vous témoignons notre profonde reconnaissance et nous vous offrons nos meilleurs souhaits pour une retraite bien méritée.

AUX RECIPIENDAIRES DU JOUR

Je ne saurais clore mon propos sans féliciter tous ceux de nos collègues qui viennent de recevoir des distinctions honorifiques. Ces médailles du travail ne récompensent pas seulement l’investissement professionnel que vous avez su consentir à titre personnel. Elles sont également un hommage à votre apport collectif au bon fonctionnement des services. J’exhorte ceux qui ne sont pas éligibles, à plus d’ardeur et de persévérance./-

baniere830x100-ict-strategies

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrez votre nom ici