FRATEL et ARTAC : Les régulateurs francophones des télécommunications se réunissent à Brazza du 23 au 25 mai 2022 pour discuter des défis de la sécurité des réseaux

[DIGITAL Business Africa] – Brazzaville sera durant trois jours la capitale africaine et francophone de la régulation des télécommunications et du numérique. L’ARPCE Congo organise du 23 au 24 mai 2022 le 19e séminaire du FRATEL (Réseau francophone de la régulation des télécommunications) sous le thème : « Quels défis pour la sécurité des réseaux de nouvelle génération ? ». Ce séminaire sera suivi d’une session extraordinaire de l’ARTAC (Assemblée des régulateurs des télécommunications de l’Afrique centrale) le 25 mai 2022.

Il s’agit ici d’importantes réunions techniques qui donneront l’opportunité aux régulateurs francophones des TIC, des Télécoms et du numérique d’aborder les sujets d’actualité et d’avenir dans le secteur des télécommunications.

« Ce sera avec plaisir que les équipes de l’ARPCE Congo et moi-même recevront tous nos homologues régulateurs d’Afrique et d’ailleurs pour échanger autour de la cybersécurité et de la résilience de nos réseaux », s’impatiente Louis Marc SAKALA, le directeur général de l’ARPCE.

La bande d’annonce de ces deux RDV

Le réseau Fratel organise chaque année un séminaire et une réunion annuelle. Les autorités de régulation membres du Fratel accueillent à tour de rôle ces évènements.

L’ARTAC pour sa part est une organisation interétatique regroupant les régulateurs des sous-régions CEMAC-CEEAC-COPTAC. Elle a été créée avec des objectifs précis pour relever certains défis qui se posent dans la sous-région Afrique centrale. Des organes, mis en place à la création, concourent à son fonctionnement.

Elle a été créée pour constituer une plateforme d’échanges en vue de l’harmonisation des points de vue dans la sous-région, la formation et l’entraide face aux défis rencontrés.

L’adhésion des régulateurs des pays membres s’est faite en plusieurs étapes : À la création en 2004, quatre régulateurs des pays ont adhéré à l’ARTAC : le Gabon, le Cameroun, le Congo et la RCA. En 2006, 3 adhésions portant à 7 le nombre de pays, soit : le Gabon, le Cameroun, le Congo, la RCA, le Burundi, la RDC et le Tchad. En 2007, la Guinée Équatoriale a sollicité l’adhésion mais n’a continué à participer qu’en qualité d’observateur.

Par ailleurs, les régulateurs d’autres pays de la CEMAC-CEEAC tel que Sao Tomé et Principe et la Guinée Bissau prennent part aux travaux et activités de l’ARTAC, mais n’en sont pas membres.

Par Digital Business Africa

Si vous avez aimé ce texte, vous aimerez bien bien d'autres. Rejoignez notre canal Telegram et notre chaîne WhatsApp pour ne rien manquer de nos infos stratégiques et de nos exclusivités. Aussi, merci de nous laisser votre commentaire au bas de cet article. Bonne navigation.

LAISSER UNE RÉPONSE

SVP, entrez votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici

spot_img

Plus d'infos

Tchad : S’appuyer sur les normes élaborées à l’UIT...

Tchad : S'appuyer sur les normes élaborées à l'UIT pour contribuer au développement durable

Cameroun : Le Réseau des Communicateurs- PMA renforce les...

Cameroun : Le Réseau des Communicateurs- PMA renforce les capacités des institutions et entreprises sur la digitalisation...

Mali : Le marché du mobile et les services...

Mali : Le marché du mobile et les services financiers numériques au beau fixe