Congo Brazza : Des députés s’imprègnent du fonctionnement et de la gestion de l’ARPCE, le régulateur télécoms

[Digital Business Africa] – Une délégation de la commission Education, Culture, Sciences et Technologie de l’Assemblée nationale a échangé ce mercredi 10 octobre au siège de l’Agence de Régulation des Postes et Communications Electroniques (ARPCE) avec l’équipe dirigeante de ladite institution. Cette rencontre, qui s’est inscrite dans le cadre de la nouvelle volonté politique d’un « Parlement de proximité », a permis au Directeur Général l’ARPCE, Yves Castanou, et ses Directeurs centraux, d’éclairer les honorables députés sur les missions, actions et réalisations de l’ARPCE, dans l’ensemble des secteurs régulés.

Ce faisant, il a non seulement présenté aux membres de cette Commission de la première chambre du Parlement, la délicatesse des missions du Régulateur qui doit garantir, à la fois, les intérêts de l’Etat, des opérateurs et des consommateurs, mais il a aussi indiqué que toutes les décisions du régulateur, certaines impopulaires au départ – à l’image de celle qui a suscité en juin dernier une grogne au niveau des consommateurs, parce qu’elle a supprimé du marché de la téléphonie mobile des offres dites toxiques qui avaient contribué à faire perdre au secteur 18% de sa valeur, au premier 2018 – visent à stabiliser et à promouvoir les marchés régulés.

Il a ensuite rappelé les réalisations de l’institution qu’il dirige, à savoir entre autre son siège social, un bâtiment de 10 niveaux construits sur fonds propres, avec l’appui de deux banques privées, le plan de numérotation à 9 chiffres, l’identification des abonnés de la téléphonie mobile, la régularisation des opérateurs postaux privés, la planification et le contrôle du spectre des fréquences, le contrôle et la gestion des pylônes, l’Observatoire des marchés, la promotion tous azimut du Numérique.

Yves Castanou a également mentionné le problème de la diminution des ressources financières qui ne permettent pas au régulateur d’engager, depuis quelques années déjà, des projets de grande envergure dans les secteurs des postes et des communications électroniques. Mais, il a conclu en faisant remarquer que son agence était une référence au niveau continental.

Des députés en séance de travail à l’ARPCE.

Notons par ailleurs que l’ARCPE est très active au sein du système africain d’échange Internet (AXIS) qui vise à installer 33 points d’échange sur le continent.

La mutation entre le Point d’Échange Internet du Congo en Point d’Échange Internet Régional (RIXP) de la sous-région Afrique centrale qu’elle a effectué dernièrement s’inscrit dans ce cadre, mutation opérée suite à un accord d’interconnexion et de transformation qui avait été signé lors de l’atelier sous régional sur la gestion des données et des points d’échange tenu à Brazzaville le 19 Avril 2018. Et qui a été rapporté par votre site Digital Business Africa.

Par Gaëlle Massang

Si vous avez aimé ce texte, vous aimerez bien bien d'autres. Rejoignez notre canal Telegram et notre chaîne WhatsApp pour ne rien manquer de nos infos stratégiques et de nos exclusivités. Aussi, merci de nous laisser votre commentaire au bas de cet article. Bonne navigation.

LAISSER UNE RÉPONSE

SVP, entrez votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici

spot_img

Plus d'infos

Cameroun: La nécessité de numériser la CNI comme en...

Cameroun: La nécessité de numériser la CNI comme en Afrique de l'Ouest
Cameroun : le tarif du timbre de la CNI passe de 2 800 F.CFA à 10 000 F.CFA, des Camerounais mécontents sur la toile

Cameroun : le tarif du timbre de la CNI...

Cameroun - CNI: Plus de 700 kits fixes et 300 kits mobiles dotés de la « plus...

Côte d’Ivoire : Le Centre d’Innovation « Yiri »...

Côte d'Ivoire : Le Centre d'Innovation « Yiri » inauguré, Rebecca Enonchong ambassadrice de cet incubateur