Censure : ISF fustige la banalisation de la coupure de l’Internet en Afrique

0

(TIC Mag) – Alors que la mondialisation est de plus en plus une réalité, en Afrique les censures d’Internet sont de plus en plus banales. C’est globalement le constat dressé par l’ONG Internet sans frontières (ISF) dans un communiqué publié le 21 avril 2017 via lequel elle fustige la banalisation de la coupure d’internet par certains Etats. D’après l’ONG, le nombre de coupures Internet dans le monde et en Afrique est monté en flèche entre 2015 et 2016, passant de 15 à 56 cas documentés.

« L’Afrique a été particulièrement touchée en 2016: les gouvernements du Gabon, de la Gambie, du Mali, de la République du Congo, de la République démocratique du Congo et du Tchad ont tous interrompu l’accès à tout ou partie de leur Internet », précise le communiqué de ISF. Dans la foulée, Julie Owono (photo), directrice exécutive de ISF ajoute que

« l’accès à Internet est un bien public, supérieur aux contingences politiques…et  Internet Sans Frontières et ses partenaires sont plus que jamais mobilisés pour éviter la banalisation de ce phénomène».

L’ONG met un accent particulier sur le Cameroun, où deux régions à majorité anglophones ont volontairement été privées trois mois durant de connexion Internet. Au vu des échéances électorales à venir dans le pays, l’ONG appelle le gouvernement à ne pas reproduire un tel scenario. « En ces temps de discussions politiques et de débats précédant la prochaine période électorale de 2018 au Cameroun, Internet Sans Frontières appelle le gouvernement camerounais à s’abstenir d’utiliser l’accès à Internet comme un outil pour museler la libre expression des citoyens et la libre circulation de l’information », poursuit le communiqué.

TAS-2019.jpg

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
SVP entrez votre nom ici