Cameroun : La Banque mondiale fustige encore le monopole de Camtel et de Bolloré

(TIC Mag) – La Banque mondiale a rendu public au début du mois d’avril 2017 son rapport dénommé Cameroon Economic Memorandum (CEM) qui évalue les performances à réaliser par l’économie camerounaise pour atteindre ses objectifs d’émergence. Dans ce document, la Banque fustige grandement plusieurs situations de monopôles et pense que cela pourrait être une entrave à l’émergence du Cameroun en 2035 tel que souhaité par les autorités. Particulièrement visés, le monopole du groupe Bolloré dans la gestion portuaire, ainsi que celui de la Cameroon Telecommunications (Camtel) dans le secteur des télécommunications.

Pour la Banque mondiale, il est tout à fait anormal que Camtel qui bénéfice déjà du monopole sur les infrastructures terrestres soit à la fois opérateur de services. Il s’agit d’une situation qui favorise le déséquilibre du marché des télécoms. Pour justifier sa position, la Banque rappelle son constat selon lequel «l’accès au téléphone mobile et à la large bande est faible au Cameroun par rapport à d’autres pays dépendants des ressources naturelles ayant un PIB par habitant similaire… Les tarifs mensuels de location et d’appel pour la téléphonie fixe sont plus élevés qu’en Indonésie, en Malaisie, en Côte d’Ivoire et au Nigeria».

Selon la Banque mondiale, «la mauvaise performance sur ces indicateurs pourrait être associée aux insuffisances des réglementations relatives à la téléphonie fixe et des infrastructures à large bande passante qui ne suivent pas les pressions concurrentielles pas plus qu’elles ne favorisent la concurrence. Des règles transparentes et non discriminatoires applicables à l’accès au réseau à large bande passante de Camtel et à la passerelle internationale pourraient stimuler la concurrence dans les services de télécommunications, réduire le coût des TIC pour les entreprises et accroître leur compétitivité ».

De manière générale, la Banque mondiale propose au gouvernement de restructurer la Camtel, à défaut de la démanteler.

Cette prise de position de la Banque mondiale à l’endroit de l’opérateur historique des télécommunications du Cameroun n’est pas la première. Déjà, au début du mois de mars 2017, l’institution de Bretton Woods proposait déjà au gouvernement camerounais de démanteler la Camtel pour redynamiser le secteur des TIC.

Selon la directrice des opérations Elisabeth Huybens (photo), ce démantèlement favorisera l’émergence d’une bande passante pour tous. Aussi, elle estimait que les autorités camerounaises devraient renforcer la transparence dans l’attribution des licences 3G et 4G, et que Camtel, comme tous les autres opérateurs devait s’acquitter de ses droits.

Si vous avez aimé ce texte, vous aimerez bien bien d'autres. Rejoignez notre canal Telegram et notre chaîne WhatsApp pour ne rien manquer de nos infos stratégiques et de nos exclusivités. Aussi, merci de nous laisser votre commentaire au bas de cet article. Bonne navigation.

LAISSER UNE RÉPONSE

SVP, entrez votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici

spot_img

Plus d'infos

Alhamdou Ag Ilyène à la Semaine du Numérique/Niger: «...

Alhamdou Ag Ilyène à la Semaine du Numérique/Niger: « Un pays qui perd sa souveraineté numérique risque...

Fibre optique : Guilab S.A annonce la fin des...

Fibre optique : Guilab S.A annonce la fin des travaux de réparation « avec succès » du...

RD Congo : Raxio et Ispa signent un accord...

RD Congo : Raxio et Ispa signent un accord pour un internet accessible, fiable et performant