Serge Ntamack : un écran noir vous guette si vous persistez dans la piraterie

Compliance Manager à Microsoft Afrique centrale et de l’Ouest, il dresse l’Etat des lieux de la piraterie des logiciels Microsoft au Cameroun et présente quelques nouveaux programmes.

Quelle est la principale nouveauté de Microsoft que vous avez présentée à vos partenaires lors de la récente journée baptisée Rentrée technologique des acteurs des Pme-Pmi à Yaoundé ?

 

Précisons d’abord que nous produisons des logiciels et il y a des gens qui ont acquis, sur la base d’un certain nombre d’examens, les compétences pour déployer des solutions de Microsoft. Nous avons à cet effet un millier de partenaires au Cameroun. Pour nos partenaires, nous avons les nouvelles promotions, notamment Office 2010. Nous avons également des solutions de régularisation. Par exemple, quand une entreprise découvre qu’il y a des problèmes de piratage et qu’elle veut régulariser son parc informatique, nous avons une solution de régularisation qui s’appelle Gadget Win Kit. Un Kit de régularisation. Si par exemple, vous achetez un ordinateur et qu’il s’avère par la suite que le système d’exploitation est pirate, vous achetez ce kit, vous l’installer, il vous permet de garder toutes les données que vous avez dans la machine intacte. Ce qui se passe en général, c’est que si votre machine a des problèmes de piratage sous Windows, et que vous êtes obligé d’acheter une nouvelle version de Windows, cela va nettoyer complètement votre disque dur, car il y aura une réinstallation. Avec ce Kit de régularisation, permet d’installer Windows sans affecter vos données.

Vous présentez également Windows Small Business Servers 2011, quels sont ses avantages ?

C’est une solution pièces en mains. Avec cela, il y a une solution de serveurs qui vous est donnée en termes de messagerie par exemple. Vous n’avez pas besoin d’acquérir un serveur de messagerie, car vous y retrouver une plateforme pour configurer votre messagerie. Il y a également des solutions de sécurité, vous avez également dans cette version du logiciel de serveur de base de données (Sql) qui permet de sauvegarder les données et la documentation de l’entreprise. Bref, c’est un une boite tout en un à l’usage des Pme-Pmi.

Elle coûte combien cette solution ?

Nous ne vendons pas directement au public. Ce sont nos partenaires qui le font. Mais sachez que c’est extrêmement abordable. J’invite ceux qui veulent acquérir cette solution à se rapprocher de nos partenaires. Je précise que le prix varie en fonction du nombre de postes que vous voulez.

La piraterie des logiciels en Afrique est assez grandissante. Au niveau de Microsoft, y a-t-il des actions  de répression en Afrique et au Cameroun notamment ?

A notre niveau, il y a des actions qui sont faites à trois niveaux. Premièrement, la sensibilisation. Notre investissement primordial aujourd’hui c’est sur la sensibilisation. Bientôt par exemple, on aura un clip télé sur les risques d’utilisation des logiciels piratés et les avantages des logiciels originaux. Deuxièmement, nous allons travailler avec le gouvernement. Dans un passé récent au Cameroun, cela n’a pas été possible. Nous sommes en train de travailler cela avec des organismes comme la Sociladra, pour s’assurer qu’ils nous aident à protéger nos droits d’auteurs. Notamment auprès des revendeurs indélicats. Il faudrait s’assurer que les entreprises qui utilisent les logiciels Microsoft soient en règle. Si vous achetez un ordinateur, vous devez présenter le certificat d’authenticité. C’est la première preuve que le logiciel est authentique. Troisièmement, nous œuvrons sur le plan technologique. Aujourd’hui, si vous utilisez un logiciel piraté ou craqué, comme disent les hackers, il y a des fortes chances que lorsque vous êtes présent sur Internet et que vous voulez faire des mises à jour, vous retrouvez un message qui vous informe que votre logiciel est piraté et que vous devez vous mettre en conformité.

Après avoir reçu ce message, si l’on persiste dans l’illégalité, y a-t-il des conséquences ?

Si vous persistez dans l’illégalité, il peut arriver que vous vous retrouviez avec un écran noir.

Cela est-il déjà arrivé au Cameroun ?

Oui, c’est déjà arrivé. Mais, ce n’est pas ce que nous souhaitons. Ce n’est pas le but, parce que nous pensons qu’en général que les gens ne savent pas.

A combien évaluez-vous le nombre d’ordinateurs utilisant des logiciels piratés de Microsoft en Afrique et au Cameroun en particulier ?

D’après les derniers chiffres de 2010 d’un organisme qu’on appelle IDC, à peu près 80% des ordinateurs importés dans la région Afrique centrale et de l’Ouest ont des logiciels piratés. Au Cameroun, on est autour de 82%. C’est un phénomène assez grave. Néanmoins, la piraterie est en recul dans certaines zones de l’Afrique. Au Sénégal par exemple, l’on est à 78 % et en Côte d’ivoire aussi. Au Cameroun, le phénomène de la piraterie est stable et ne recule pas. L’étude a été faite essentiellement sur les ordinateurs importés dans ces pays.

Quels conseils prodiguez-vous au Pme qui veulent avoir des logiciels authentiques ?

Le premier conseil c’est de s’adresser aux personnes et partenaires de Microsoft compétents (visiter à effet www.microsoft.com/wca ou encore www.pinpoint.com) ou encore s’adresser à leurs revendeurs informatiques habituels qui va leur donner des conseils sur les logiciels qu’on a besoin. Contrairement, à ce qu’on pense, les logiciels Microsoft sont abordables, il suffit d’avoir de bons conseils. Au finish, le 13 décembre au Gicam à Douala, nous allons organiser les Journées portes ouvertes Microsoft au Cameroun. Nous attendons près de 300 entreprises. Nous aurons des partenaires Microsoft qui seront là et qui présenterons des démonstrations live des produits Microsoft. Ce sera vraiment la rentrée Microsoft au Cameroun.

Si vous avez aimé ce texte, vous aimerez bien bien d'autres. Rejoignez notre canal Telegram et notre chaîne WhatsApp pour ne rien manquer de nos infos stratégiques et de nos exclusivités. Aussi, merci de nous laisser votre commentaire au bas de cet article. Bonne navigation.

LAISSER UNE RÉPONSE

SVP, entrez votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici

spot_img

Plus d'infos

Marc-André Loko

Marc-André LOKO : “La souveraineté digitale passe par l’accélération...

Marc-André Loko: « Dans sa stratégie numérique, le Bénin est dans une logique de diversification des partenaires...

Timothy Ashong, DG Rascom : « Le marché africain...

Timothy Ashong, DG Rascom : « Le marché africain est pour les fournisseurs de services africains, pas...
Jean Francis Ahanda

Jean-Francis AHANDA [ST DIGITAL] : « Être un acteur de référence du...

– L'entreprise ST Digital était présente à Brazzaville au Congo lors de la huitième édition du...