Numérique : A Brazzaville, les experts africains se forment à l’utilisation du Logiciel SMS4DC version 5.1

[Digital Business Africa] – Depuis le 1er octobre, les acteurs africains du Numérique et de l’Internet se forment à Brazaville, au Congo. Notamment sur l’utilisation du Logiciel SMS4DC version 5.1. Cette formation qui s’achèvera le 4 octobre 2019 devra ‘‘permettre au continent africain de tirer parti des avantages de la numérisation en abordant les différentes dimensions de l’offre et de la demande de l’accès haut débit et en renforçant les capacités des États membres de l’UA dans le domaine de la gouvernance de l’Internet’’, selon un communiqué publié à cet effet.

Cette formation qui rentre dans le cadre du programme “Politique et régulation pour l’Afrique digitale” (PRIDA) est une initiative conjointe de l’Union Africaine (UA), de l’Union Européenne (UE) et de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT). Il ‘‘consiste à créer un cadre juridique et réglementaire plus harmonisé pour l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) en vue du développement social et économique, en mettant l’accent sur la promotion du marché du spectre en Afrique’’, ajoute le communiqué.

Ecrit par Jephté TCHEMEDIE

Si vous avez aimé ce texte, vous aimerez bien bien d'autres. Rejoignez notre canal Telegram et notre chaîne WhatsApp pour ne rien manquer de nos infos stratégiques et de nos exclusivités. Aussi, merci de nous laisser votre commentaire au bas de cet article. Bonne navigation.

LAISSER UNE RÉPONSE

SVP, entrez votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici

spot_img

Plus d'infos

Tchad : S’appuyer sur les normes élaborées à l’UIT...

Tchad : S'appuyer sur les normes élaborées à l'UIT pour contribuer au développement durable

Cameroun : Le Réseau des Communicateurs- PMA renforce les...

Cameroun : Le Réseau des Communicateurs- PMA renforce les capacités des institutions et entreprises sur la digitalisation...

Mali : Le marché du mobile et les services...

Mali : Le marché du mobile et les services financiers numériques au beau fixe