Lucien Nana Yomba : « Développer des points d’atterrissement supplémentaires»

Lucien NanaDirecteur des infrastructures et des réseaux d’accès aux Tic au Minpostel, responsable technique du projet, revient sur la nature et l’importance du point d’atterrissement du câble à fibre optique West african cable system (Wacs), à Limbé dans la région du Sud-Ouest.

Comment peut-on expliquer au Camerounais moyen la signification d’un point d’atterrissement d’un câble sous-marin à fibre optique ?

Le câble sous-marin à fibre optique est un câble qui est posé dans la mer et qui permet de transporter les communications internationales d’un continent à un autre. Ce câble comporte des embranchements vers les côtes maritimes des Etats. Ces embranchements arrivent sur une infrastructure appelée point d’atterrissement qui permet de faire la liaison avec les réseaux terrestres de transport tel que le backbone à fibre optique, en cours de construction au Cameroun par la Cameroon Télécommunications (Camtel).

Qu’est ce qui a motivé l’arrivée de ce point d’atterrissement sur les côtes camerounaises ?

Le développement de l’Internet, des applications en ligne : jeux en ligne, télémédecine, téléenseignement, commerce électronique, applications mobiles qui nécessitent de gros débit, ont fortement augmenté la demande en capacités vers l’international où sont hébergées la majorité de plateformes de fourniture de services. Pour permettre d’absorber cette demande, la nécessité de développer des points d’atterrissement supplémentaires sur les côtes camerounaises, est apparue comme une solution.

Est-ce qu’avec ce câble, nous n’allons plus assister à la rupture de l’Internet au Cameroun comme par le passé ?

Ce projet comporte un volet sécurisation qui vise à terme la connexion directe maritime et terrestre des points d’atterrissement Wacs en cours de déploiement et celui existant SAT-3, de manière à ce qu’en cas de perturbations sur le câble SAT-3, le trafic de celui-ci soit routé sur le point d’atterrissement Wacs et inversement.

Quelle va être la place de MTN Cameroon dans le projet ?

La législation camerounaise sépare, sans équivoque, les activités de services de celles de transport. MTN Cameroon étant un opérateur de services, ne pourra être qu’un client de l’entité commune qui va alors être mise en place.

Quel sera le rapport entre ce câble sous-marin et celui du SAT-3 ?

Il y aura une connexion directe entre les deux points de terminaison des deux câbles pour sécuriser le trafic international qu’ils sont appelés à acheminer

D’autres pays disposent de plusieurs câbles sous-marins. Peut-on dire qu’il s’agit pour le Cameroun d’un début de la diversification des raccordements du Cameroun aux câbles sous-marins ?

Dans la stratégie de développement des infrastructures, il est prévu de saisir les opportunités que représentent les projets de câbles sous-marins en cours, en l’occurrence le WACS, ACE (Africa coast to Europe) et Main One

Source : La Nouvelle Expression

Si vous avez aimé ce texte, vous aimerez bien bien d'autres. Rejoignez notre canal Telegram et notre chaîne WhatsApp pour ne rien manquer de nos infos stratégiques et de nos exclusivités. Aussi, merci de nous laisser votre commentaire au bas de cet article. Bonne navigation.

LAISSER UNE RÉPONSE

SVP, entrez votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici

spot_img

Plus d'infos

Marc-André Loko

Marc-André LOKO : “La souveraineté digitale passe par l’accélération...

Marc-André Loko: « Dans sa stratégie numérique, le Bénin est dans une logique de diversification des partenaires...

Timothy Ashong, DG Rascom : « Le marché africain...

Timothy Ashong, DG Rascom : « Le marché africain est pour les fournisseurs de services africains, pas...
Jean Francis Ahanda

Jean-Francis AHANDA [ST DIGITAL] : « Être un acteur de référence du...

– L'entreprise ST Digital était présente à Brazzaville au Congo lors de la huitième édition du...