Accueil Afrique Centrale Lors du TAS 2019, l’Alliance Smart Africa a multiplié les partenariats pour...

Lors du TAS 2019, l’Alliance Smart Africa a multiplié les partenariats pour accélérer la numérisation de l’Afrique

[Digital Business Africa] – La cinquième édition de Transform Africa Summit 2019 (TAS 2019), qui s’est tenue au Centre de convention de Kigali du 14 au 17 mai 2019 sous le thème « Accélérer la numérisation de l’Afrique », a été marquée par la signature de plusieurs protocoles d’accord au bénéfice de la Smart Africa Alliance, organisatrice de ce sommet.

Le 16 mai 2019 par exemple, quatre protocoles d’accord ont été signés successivement entre le Secrétariat de Smart Africa et la Commercial International Bank (CIB) S.A.E. Egypte, le fonds d’investissement philanthropique Omidyar Network, le fournisseur de soins de santé numériques Babylon et le capital investisseur Bamboo Capital Partners.

Avec Commercial International Bank (CIB), favoriser l’entrepreneuriat numérique

Poursuivant un double objectif d’inclusion financière et d’inclusion numérique, le Secrétariat de Smart Africa et CIB (l’une des principales banques privées en Egypte) s’associent afin de promouvoir une meilleure connaissance des TIC pour les jeunes et les femmes, sensibiliser aux services électroniques et à l’entrepreneuriat numérique, autant de moteurs de développement économique.
Les deux partenaires s’engagent ainsi à renforcer leur coopération en matière de recherche et développement ; à soutenir les jeunes entreprises repérées au sein de l’incubateur de CIB en Égypte et à accueillir des groupes de visiteurs souhaitant mieux connaître le Data Science Lab de CIB.

Avec Omidyar Network, promouvoir l’identité numérique

Le programme de deux ans soutenu par le fonds d’investissement philanthropique Omidyar Network s’engage à soutenir la mise en place d’une identité numérique grâce à l’investissement dans des entreprises et des organisations à but non lucratif. Grâce à un engagement financier annuel de 200 000 à 250 000 $, les partenaires s’engagent à mieux contribuer à la conception de politiques visant à mettre en place l’identité numérique ; à favoriser des partenariats nationaux et public-privé en matière d’identité numérique ; à inscrire l’identité numérique au cœur de la révolution numérique et à mieux sensibiliser les hauts fonctionnaires à ce qui constitue l’identité numérique.

Avec Babylon, révolutionner l’accès aux services médicaux grâce au téléphone

Smart Africa et Babylon, l’un des principaux fournisseurs de services de santé numériques au monde, s’associent pour accélérer le recours à l’intelligence artificielle dans les services de santé en Afrique.
Basé au Royaume-Uni, Babylon Health effectue d’ores et déjà 2 500 consultations médicales
téléphoniques par jour au Rwanda, assurées par des médecins-conseil qui, combinant intelligence artificielle et expertise médicale, diagnostiquent les patients, leur prescrivent des médicaments et / ou des analyses médicales. Ce partenariat permettra aux Etats membres de Smart Africa de bénéficier de cette expertise.

Avec Bamboo Capital Partners, épauler les futurs champions Tech

Smart Africa et Bamboo Capital Partners (BCL), plateforme d’investissement à impact engagée sur les marchés émergents, s’associent pour mettre en place BLOC, le premier fonds de financement mixte visant à soutenir les initiatives stratégiques de Smart Africa grâce à un capital d’impact afin de créer des entreprises bénéficiant aux populations à revenus faibles à moyens des marchés émergents.

Géré par BCL, il ambitionne de lever au moins 100 millions d’euros au cours de la première phase, qui seront investis dans des entreprises et solutions axées sur la technologie au bénéfice des communautés mal desservies.

BLOC permettra de développer la future génération de champions de la technologie panafricaine en étroite coopération avec les membres de Smart Africa, ses partenaires, les écosystèmes technologiques locaux et régionaux (incubateurs/accélérateurs) et les administrations locales et nationales.

L’Afrique doit devenir le fer de lance de la révolution numérique

Nous avons signé au total huit MOU. Parmi ces MOU, un financement de dix millions de dollars Us pour le renforcement des capacités de l’équipe de la Smart Africa Alliance. Vous étiez à la cérémonie d’ouverture. Ajouté à tout cela, il y a les 25 milliards de dollars US promis par la Banque mondiale pour développer le secteur du numérique en Afrique jusqu’en 2030 et les 25 milliards de dollars US mobilisés par le secteur privé. Lacina Koné

Tout ce qui fait dire à Lacina Koné, DG de la Smart Africa Alliance, que le bilan du TAS 2019 a été largement satisfaisant. « Nous avons signé au total huit MOU. Parmi ces MOU, un financement de dix millions de dollars Us pour le renforcement des capacités de l’équipe de la Smart Africa Alliance. Vous étiez à la cérémonie d’ouverture. Ajouté à tout cela, il y a les 25 milliards de dollars US promis par la Banque mondiale pour développer le secteur du numérique en Afrique jusqu’en 2030 et les 25 milliards de dollars US mobilisés par le secteur privé », résume Lacina Koné dans un entretien avec Digital Business Africa.

Retrouvez très prochainement dans la version Mag de Digital Business africa, spécial TAS 2019, l’interview intégrale avec les détails de Lacina Koné, DG de la Smart Africa Alliance. Cette version Mag de Digital Business Africa sera disponible très prochainement dans vos kiosques numériques.

La Smart Africa Alliance

L’Alliance Smart Africa est un partenariat réunissant 24 pays africains et plus de 30 membres du secteur privé engagés dans le Manifeste Smart Africa, soutenu par des organismes régionaux et mondiaux dont l’Union africaine, l’Union internationale des télécommunications, la Banque mondiale et la Banque africaine de développement.

Smart Africa se présente comme un engagement innovant et ambitieux visant à accélérer le développement socio-économique durable sur le continent en faisant entrer l’Afrique dans une économie de la connaissance grâce à un accès abordable au haut débit et à l’utilisation des technologies de l’information et des communications.

Par Beaugas Orain DJOYUM

Laisser une réponse

SVP, commentez
SVP, entrez votre nom ici

TELECHARGEZ NOTRE VERSION MAG

NEWSLETTER WHATSAPP

Recevez gratuitement notre newsletter quotidienne

Votre adresse e-mail est en sécurité

SUIVEZ NOUS SUR TWITTER

Maroc : La cession des parts de l’Etat dans Maroc Telecom se fera en deux volets https://t.co/YcwgC1x3rI #DigitalBusinessAfrica

#Investissements : #FaureEGnassingbé mise sur le secteur privé et appelle les Européens à mieux connaître l’#Afrique - https://t.co/4blXgxV0oP

#Investissements : #FaureEGnassingbé mise sur le secteur privé et appelle les Européens à mieux connaître l’#Afrique - https://t.co/C5YxymI71c

Voir plus...

L’ère de l’interdépendance numérique : Résumé des propositions du rapport du Groupe de haut niveau sur la coopération numérique

- Les technologies numériques ne connaissent pas de frontières. Elles transcendent les frontières, les secteurs et les disciplines, ouvrent de nouvelles perspectives qui transforment...

Quel agenda pour les Rendez-vous Vivatech 2020

L'édition 2019 des Rendez-vous Vivatech, tenu du 16 au 18 mai, à Paris, avec 124 000 participants et 3 milliards de vues...

L’ONUDI et SGS s’associent pour développer les capacités nationales de gestion des déchets électroniques

- Le directeur du Département de l'environnement de l'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI), Stephan Sicars, et la...

« Le fait que SGS Renovo soit une solution auto-financée est très intéressant pour le Ghana »

– Moïse YAKAN, Directeur Régional Afrique Centrale et de l’Ouest du Programme SGS Renovo, et Alexandre Lusenti, Product Manager du programme...

Cameroun : En raison du refus de baisser ses coûts, l’ART rejette le catalogue d’offres de IHS

- Au Cameroun, la filiale locale du fournisseur d’infrastructures de télécommunications IHS devra revoir sa copie, notamment son catalogue d’offres pour la fourniture...

Nicolas Yenoussi : « A Yaoundé, l’expérience du Bénin en matière de digitalisation de l’administration fiscale a suscité suffisamment d’engouement »

- Le directeur général des Impôts du Bénin, Nicolas Yenoussi, participe aux travaux de la 34e conférence annuelle du Cercle de...