La Haute Cour du Kenya a rejeté une demande de suspension de 26 articles sur l’utilisation abusive des ordinateurs et les cybercrimes

[Digital Business Africa] – La Haute Cour du Kenya a rejeté une demande de suspension de 26 articles de la loi de 2018 sur l’utilisation abusive des ordinateurs et les cybercrimes, et a déclaré qu’ils étaient “ constitutionnels ”, nous informe Itnewsafrica.. La loi a été promulguée par le président Uhuru Kenyatta le 16 mai 2018 pour lutter contre la montée de la cybercriminalité et fournir un cadre juridique pour punir les cybercriminels.

Cependant, l’Association des blogueurs du Kenya (BAKE) a déposé des objections à la loi affirmant que 26 sections (qui couvrent principalement les discours de haine et les fausses nouvelles) étaient préjudiciables à la liberté d’expression. BAKE a également souligné les articles 16 et 17 qui concernent l’interception non autorisée, l’accès non autorisé et l’interférence non autorisée de la communication.

L’organisation a publié une déclaration à l’époque : « Le Comité national de coordination de l’informatique et des cybercrimes manque de surveillance dans sa représentation car il provient uniquement du gouvernement. L’industrie a besoin d’une représentation pour articuler et faire avancer les intérêts des parties prenantes. » Selon BAKE, ils ont demandé un recours juridique parce que plusieurs dispositions de la nouvelle loi étaient inconstitutionnelles et « constituaient une atteinte aux libertés fondamentales ».

En mai 2018, la Haute Cour a gelé la promulgation des 26 sections contestées et BAKE a répondu par une autre déclaration: « À notre avis, 26 sections de la loi menaçaient la liberté d’opinion, la liberté d’expression, la liberté des médias, la liberté et la sécurité des la personne, le droit à la vie privée, le droit à la propriété et le droit à un procès équitable. » La Haute Cour a maintenant rejeté la demande et dans sa décision, le juge a déclaré: « La requête des blogueurs est déclarée injustifiée et la loi ne viole aucun droit fondamental ».

BAKE décrit ce dernier développement comme un coup porté aux droits numériques locaux, en particulier la liberté d’expression et la liberté des médias. « Nous avons l’intention de faire appel de cette décision immédiatement », a-t-il ajouté.

Gaëlle Massang

Si vous avez aimé ce texte, vous aimerez bien bien d'autres. Rejoignez notre canal Telegram et notre chaîne WhatsApp pour ne rien manquer de nos infos stratégiques et de nos exclusivités. Aussi, merci de nous laisser votre commentaire au bas de cet article. Bonne navigation.

LAISSER UNE RÉPONSE

SVP, entrez votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici

spot_img

Plus d'infos

Burkina Faso : L’EMGA dément un Fake sur l’...

Burkina Faso : L’EMGA dément un Fake sur l’ état de santé du président Traoré et invite...

Togo : Un atelier pour clore le programme Seuil...

Togo : Un atelier pour clore le programme Seuil élaboré booster le secteur des TIC et de...
Régulation de la 5G:DG de l'ARTP et la déléguation de l'ARTP de Guinnée

Régulation de la 5G : L’ARPT Guinée s’inspire de...

- Le DG de l’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP) du Sénégal, M....