Cameroun : Avec la sécurisation et la digitalisation des titres d’accès au port, le PAD attend en 2022 plus de 02 milliards de F.Cfa de la vente des badges d’accès

[DIGITAL Business Africa] – Le Port autonome de Douala (PAD) a accueilli du 14 au 15 avril 2022 des journalistes de la Presse économique du Cameroun (Press Eco) venus à Douala s’impregner des évolutions et réformes du PAD. Aux hommes des médias, le PAD a exposé au cours de cette visite d’entreprise les nombreuses retombées des réformes engagées par la direction générale du PAD depuis la nomination de Cyrus Ngo’o à sa tête le 24 août 2016. Et parmi les acquis à l’actif du DG, la sécurisation du PAD qui passe par une transformation technologique et digitale.

S’entretenant avec les journalistes le 15 avril à la salle de conférence (ou auditorium) de la Douala Port Security, le Lieutenant-colonel Bertrand Mekinda, Chef division adjoint de la police et de la sécurité au PAD et par ailleurs directeur délégué adjoint de Douala Port Security (DPS), a présenté les retombées de la sécurisation du port de douala via les outils technologiques et numériques de pointe.

Déjà, l’on apprend qu’au port de Douala, il y a désormais plus de 400 caméras HD installées à tous les 300m, soit environ 80 poteaux équipés de caméras de pointe. 25 Km de barrière ont été construites pour mieux sécuriser le domaine portuaire. Il a également été procédé à la construction de la Task Force Building, un bâtiment de la Douala Port Security qui comporte une salle de contrôle futuriste pour les caméras installées, une salle de data center, une salle de conférence (qui a acceuilli les journalistes) et de nombreux bureaux administratifs. Sans oublier le recrutement et la formation de 400 agents devant veiller et assurer la sécurité au PAD.

Un badge d’accès sécurisé

Autres acquis du port, la construction de six guérites et de 50 check points, l’installation d’un scanner à rayon X pour scanner les véhicules et leur plaque d’immatriculation, la création de sept stations de pesage ou encore l’installation du système VTMIS afin d’identifier et de détecter à 22km à la ronde tous les bateaux qui accostent le port. Ce qui permet ainsi d’empêcher l’entrée des bateaux qui déchargent sans payer de taxes au port.

Il est donc aujourd’hui difficile de passer inaperçu au port. Pour ce qui concerne les personnes physiques, les usagers et acteurs de la place portuaire, pour accéder au port, il faut payer un badge d’accès qui coûte 1 500 francs Cfa la journée. Le PAD conseille d’ailleurs aux entreprises et acteurs de la place portuaire de payer un badge d’accès annuel.

Ce badge dispose d’un QR Code pour différents types d’accès, apprend-on. Il aide le PAD dans le cadre de la sécurisation de ses recettes et de la sécurité des usagers. « Quand vous êtes dans une section du port et que vous avez badgé, l’on saura que X est entré dans telle section à telle heure. S’il y a un incident dans cette section, tout de suite, il sera transmis aux marins pompiers les statistiques en leur disant que dans cette zone il y a 500 personnes. On pourrait pousser la précision plus loin en disant qu’il y a des journalistes qui se trouvent à l’auditorium de DPS. Et l’on pourrait muscler les interventions à ce niveau », explique le directeur délégué adjoint de la DPS.

Plus encore et c’est le plus important, la construction de ces 25 Km de barrière et l’instauration de ce système de badge d’accès journalier avec QR Code ont permis au PAD de renflouer ses caisses et d’assurer une traçabilité. Avant, les titres d’accès étaient juste des bouts de papier. Ce qui donnait la possibilité d’avoir des circuits parallèles de fabrication et de vente des faux titres d’accès.

Aujourd’hui, c’est impossible, indique, confiant, le PAD. « Lorsque vous achetez votre ticket d’accès, toutes vos données sont stockées dans le serveur. Et après une période, il y a une comparaison entre les entrées et les recettes. Le DG peut donc par exemple savoir en temps réel qu’à 12h nous avons déjà à 02 millions de francs Cfa de titres d’accès journalier », explique le capitaine de frégate Bertrand Mekinda.

Un résumé en vidéo des nouvelles mesures de sécurité au port

Augmentation des recettes

Concernant la réalité du renflouement des caisses du PAD, Bertrand Mekinda explique : « Avant, les recettes issues de la vente des tickets étaient de l’ordre de 230 millions de francs Cfa en une année. Aujourd’hui, en une année d’activité, nous avons très largement dépassé le milliard de francs Cfa de recettes. Et nous n’avons pas encore intégré les zones de Dangoté et  de Transimex (zone 2 de Bessengue), car c’est récemment que les barrières ont été installées dans ces endroits-là. Cela veut dire que pour cette fin d’année 2022, quand les guérites A1 et A3 seront opérationnelles, on pourrait atteindre le cap de 02 milliards de francs Cfa de recettes générées par les titres d’accès. »

Avec ce volume de recettes qui a quasiment quadruplé, les recettes des titres d’accès au Port qui jadis étaient classées dans la rubrique divers du budget du PAD auront sans doute aujourd’hui une section à part entière.

S’exprimant lors d’un discours en 2021, Cyrus Ngo’o, le DG du PAD, indiquait qu’aujourd’hui le combinat portuaire de Douala-Bonabéri est physiquement transformé et surveillé grâce au vaste projet de sécurisation périmétrique de l’espace portuaire souhaité et inspiré avec force par le président de la République SE Paul Biya, le 6 octobre 2011. Le président citait alors : « L’installation d’un système de surveillance du port et de la côte permettant une surveillance et une gestion efficace du trafic maritime et d’un système de contrôle biométrique et périmétrique des entrées de l’enceinte portuaire de Douala ».​

Pour Cyrus Ngo’o, « c’est grâce à cette vision prométhéenne que le Port Autonome de Douala est aujourd’hui classé par les institutions spécialisées, non seulement parmi les ports les plus sécurisés de la côte ouest africaine, mais également, parmi les premières entreprises camerounaises « à fort potentiel ». Il est plus que jamais un véritable catalyseur de l’amélioration du climat des affaires et de la croissance économique de notre pays ».

En rappel, selon le PAD, ce projet de sécurisation du port de Douala a été réalisé par l’entreprise PORTSEC SA pour un montant global de 32 milliards de francs CFA divisé en deux phases. Une première phase de 25 369 000 000 francs CFA et une seconde phase, celle de l’avenant, de 6 649 000 000 de F.Cfa.

La visite d’entreprise organisée au PAD par Press Eco a permis aux journalistes de la presse économique de comprendre et de savoir beaucoup de choses sur l’activité portuaire et sur les nombreuses autres actions, réalisations et réformes du PAD.

« C’est toujours mieux d’aller toucher du doigt la réalité des choses dans les domaines que vous traitez. Cela permet de mieux traiter l’information de ce secteur. En ce qui concerne le PAD, il y a une nouvelle dynamique de communication en place. D’ailleurs, la direction générale a fait de la division de le communication et des relations publiques une direction stratégique alignée à la direction générale. Nous sommes donc ouverts pour donner des informations aux journalistes qui sont et seront toujours les bienvenus au PAD. Nous sommes au 7e étage et sommes ouverts et disponibles à apporter des réponses à toutes les questions relatives au PAD », a promis Raoul Simplice Minlo, le Chef de la division de la Communication et des Relations publiques du PAD .

Par Digital Business Africa

Si vous avez aimé ce texte, vous aimerez bien bien d'autres. Rejoignez notre canal Telegram et notre chaîne WhatsApp pour ne rien manquer de nos infos stratégiques et de nos exclusivités. Aussi, merci de nous laisser votre commentaire au bas de cet article. Bonne navigation.

LAISSER UNE RÉPONSE

SVP, entrez votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici

spot_img

Plus d'infos

Burkina Faso : L’EMGA dément un Fake sur l’...

Burkina Faso : L’EMGA dément un Fake sur l’ état de santé du président Traoré et invite...

Togo : Un atelier pour clore le programme Seuil...

Togo : Un atelier pour clore le programme Seuil élaboré booster le secteur des TIC et de...
Régulation de la 5G:DG de l'ARTP et la déléguation de l'ARTP de Guinnée

Régulation de la 5G : L’ARPT Guinée s’inspire de...

- Le DG de l’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP) du Sénégal, M....