Accueil Dernières publications Babissakana : « Quand on élabore un projet, on doit choisir les technologies Up-to-date »

Babissakana : « Quand on élabore un projet, on doit choisir les technologies Up-to-date »

(TIC Mag) – Après plus de 17 ans d’activité de conseil auprès des Etats, des entreprises, des organisations et des particuliers, le cabinet Prescriptor passe à un autre niveau de sensibilisation sur le management des projets et l’investissement afin d’accélérer la transformation de l’Afrique. Prescriptor organisera du 02 au 04 novembre 2016 à Yaoundé au Cameroun la première édition de la Pan-African Projet Management Conference (Pan-African PMC). Thème choisi : « Accélérer la transformation économique de l’Afrique par le management de projet ».

D’après Babissakana, président et gérant de Prescriptor Sarl, cette conférence sera une plateforme pour faciliter et stimuler le transfert et l’acquisition des technologies de management des projets en Afrique.

« Quand on parle de technologies, il faut bien noter que c’est quand on élabore un projet qu’on sélectionne les technologies qu’on va implémenter dans ce projet. Si c’est par exemple un projet d’usine, vous devez choisir les technologies Up-to-date. Si vous choisissez une technologie désuète, vous allez fabriquer une usine d’éléphant blanc, c’est à dire que même si elle fonctionne, elle produira à des coûts exorbitants. Et cela ne pourra pas être compétitif. Vous n’allez pas vendre aux coûts appropriés, parce que vous avez raté le choix des technologies pendant l’élaboration du projet. Et la plupart des projets qui échouent en Afrique viennent également du fait qu’on a mal élaboré le contenu du projet », explique Babissakana.

Pour lui, le constat aujourd’hui en Afrique est clair : il existe un déficit en quantité et en qualité d’experts professionnels qualifiés en management de projets, programmes et portefeuilles dans la majorité des pays africains. Ce retard ou gap technologique se matérialise d’après lui par les insuffisances que l’on observe dans la conduite des projets en Afrique.

Combler le retard technologique

« En Afrique, on arrive à mobiliser beaucoup de financement pour les projets, mais on n’arrive pas à les réaliser, parce qu’on a pas des équipes des gens qualifiés. Même si on peut citer des éléments comme la corruption et autres dans le frein de certains projets, on ne peut pas s’en sortir si on n’a pas d’équipes qualifiées. Conséquence, les marchés sont mal ficelés, l’exécution des projets perdure, des projets sont abandonnés, il y a des surcoûts exorbitants sur certains projets », expose-t-il.

La Pan-African Projet Management Conference 2016 se donne donc pour mission de combler ce retard technologique. Mais aussi d’encourager les Africains à être présents dans les instances d’élaboration des normes. En effet, Babissakana explique que le Comité technique ISO 258 qui crée les normes dans ce domaine de management des projets n’a que cinq pays africains qui en sont membres.

« Sur les 55 pays membres de l’ISO dans le monde et qui participent à l’élaboration des normes, nous n’avons que cinq pays africains. Alors que l’Afrique a 44 membres à ISO, avec 44 agences de normalisation. Parmi ces cinq pays du Comité technique ISO 258, deux sont les pays participants, qui participent réellement à l’élaboration des normes. C’est le Cameroun et l’Afrique du Sud. Les trois autres, l’Egypte le Maroc et l’Ouganda ne sont que observateurs. Ce qui fait en réalité que nous ne sommes que deux pays en Afrique. Comment comprendre que l’Afrique qui a beaucoup de problème dans l’exécution de ses projets ne soit pas assez présente dans un cercle où on crée des normes. C’est un critère technique qui montre que l’Afrique a un retard fondamental », constate-t-il.

Au programme de cette conférence, plusieurs invités et experts internationaux annoncés pour les conférences et ateliers spécialisés. Sont attendus également les gouvernements d’Afrique, les entreprises africaines, les agences de normalisation, les universités et grandes écoles d’Afrique.

Laisser une réponse

SVP, commentez
SVP, entrez votre nom ici

SUIVEZ NOUS SUR VOS RÉSEAUX SOCIAUX

33,115FansAimer
5,985AbonnésSuivre
318AbonnésSouscrire

TELECHARGEZ NOTRE VERSION MAG

Recevez gratuitement notre newsletter quotidienne

Votre adresse e-mail est en sécurité

Idriss Déby Itno : Pourquoi j’ai imposé la restriction de l’usage des réseaux sociaux au Tchad pendant 16 mois

– Depuis le 13 juillet 2019, les Tchadiens peuvent librement surfer sur Internet. Après 16 mois de censure, l’accès aux réseaux sociaux...

Cameroun : Orange lance un code court pour permettre aux candidats aux examens de retrouver leurs noms et centre d’examen

(TIC Mag) – Pour la session des examens 2017, l’opérateur de téléphonie mobile Orange Cameroun a annoncé la mise à disposition d’un code court...

Classement : Le TOP 15 des pays africains qui ont le plus développé les TIC en 2017, selon l’UIT

(TIC Mag) - La neuvième édition du rapport annuel de l'UIT intitulé « Mesurer la société de l’information 2017 » a été publiée aujourd’hui, 15 novembre 2017....

Cameroun – TNT : StartTimes veut offrir 480 chaines TV pour des abonnements entre 1 200 et 6 000 F Cfa

(TIC Mag) – En pleine discussion avec le gouvernement camerounais pour la commercialisation des offres de Télévision numérique terrestre (TNT), le géant chinois des...

NEWSLETTER WHATSAPP

SUIVEZ NOUS SUR TWITTER

Idriss Déby Itno : Pourquoi j’ai imposé la restriction de l’usage des réseaux sociaux au Tchad pendant 16 mois https://t.co/aUWcBs3jyc #DigitalBusinessAfrica

Idriss Déby Itno : Pourquoi j’ai imposé la restriction de l’usage des réseaux sociaux au Tchad pendant 16 mois - https://t.co/9bvEDF9Jge

Idriss Déby Itno : Pourquoi j’ai imposé la restriction de l’usage des réseaux sociaux au Tchad pendant 16 mois - https://t.co/YlL7Y9mRAE

Voir plus...

Idriss Déby Itno : Pourquoi j’ai imposé la restriction de l’usage des réseaux sociaux au Tchad pendant 16 mois

– Depuis le 13 juillet 2019, les Tchadiens peuvent librement surfer sur Internet. Après 16 mois de censure, l’accès aux réseaux sociaux...

Les bonnes pratiques de régulation 2019 pour accélérer la mise en place de la connectivité numérique pour tous

- Les régulateurs des communications électroniques du monde entier se sont réunis à Port‑Vila (République du Vanuatu) du 9 au 12...

La Banque mondiale va consacrer 14 607 milliards de F.Cfa pour le développement du numérique en Afrique en dix ans

– Pour les dix prochaines années, la Banque mondiale va consacrer 25 milliards de dollars US (environ 14 607 milliards de F.Cfa) à...

Cameroun : L’ART inflige une sanction de 1,5 milliards de F.Cfa à Orange et d’un milliard de F.Cfa à MTN et Nexttel

– Après plusieurs missions de contrôle suivies de plusieurs mises en demeure et conformément à la réglementation en vigueur, le Directeur...

Adamou N. Kouotou : « Agrix IA, le consultant agricole virtuel que nous développons, est une intelligence artificielle pure »

– C’est l’équipe d’Agrix Tech, représentée par Mariben Chiato et Dorothée Mvondo, co-fondatrices d’Agrix Tech, qui a remporté le prix spécial...

La DGI du Bénin lance e-Bilan pour la déclaration en ligne des états financiers des entreprises

-  C’est une innovation majeure. Au Bénin, les états financiers des entreprises pour l’exercice comptable 2018 sont attendus jusqu’au 30 juin...