Après les démissions en cascade, l’association LIBRA [pour la monnaie de Facebook] officiellement créée à Genève [Tout savoir]

[Digital Business Africa] – Le service de facilitation des paiements en ligne PayPal avait pris sa décision il y a une semaine. Il quitte le projet Libra, dont l’objectif est de créer la monnaie électronique qu’entend lancer Facebook en partenariat avec de nombreux acteurs du paiement en ligne. Le 12 octobre 2019, les émetteurs de carte bancaire Visa et Mastercard, la plateforme de commerce en ligne eBay et les services de paiement Stripe ont confirmé leur retrait de ce projet qui rencontre la réticence et l’opposition de nombreux régulateurs.

Malgré leur opposition et malgré les retraits des barons du paiement en ligne, l’association Libra qui va gérer la future monnaie virtuelle a été officiellement créée à Genève le 14 octobre 2019 par 21 membres fondateurs.

Parmi les 21 membres fondateurs l’on peut citer l’entreprise de paiement en ligne PayU, les groupes de télécommunications Vodafone et Iliad, les plateformes Uber, Spotify ou Farfetch, des acteurs de la blockchain comme Anchorage, Xapo ou Coinbase, des fonds de capital-risque comme Andreessen Horowitz, Ribbit Capital ou des organisations à but non lucratif comme Kiva ou Mercy Corps.

Ces membres fondateurs deviennent d’office  “membres du Conseil de la Libra, organe chargé de la gouvernance de l’association”, précise le communiqué.

Bertrand Perez, le secrétaire général de cette association, indique que la défection des géants du secteur de la finance et des paiements en ligne n’entame en rien le projet. “Ce qui est certain, c’est que pour nous, cela ne change rien par rapport au projet”, affirme-t-il, confiant.

Ce qu’on souhaite, c’est bâtir une plateforme qui soit solide, qui soit là pour durer et qui nous survivra sur le long terme. Dans cette perspective-là, (…) si les discussions que nous sommes en train d’avoir avec les régulateurs nécessitent plus de temps, parce qu’on a plus de choses à approfondir, plus de choses à apporter et qu’on doit reporter la date de lancement de quelques trimestres, je dirais qu’à l’échelle d’un projet comme celui-là, ça ne va pas nous poser de problème“, a indiqué Bertrand Perez au sujet d’une possible prorogation du délai de lancement de cette plateforme de cryptomonnaie prévue pour le premier trimestre 2020.

L’association Libra

L’association Libra est une organisation indépendante sans but lucratif située en Suisse. Sa mission est de créer une structure financière et une devise mondiale simple, au service de milliards de personnes. Les membres de l’association sont les nœuds de validation du réseau Libra. Pour commencer, ceux-ci seront les Membres fondateurs de l’association Libra, c’est-à-dire des entreprises internationales, des partenaires à impact social (SIP) et des institutions universitaires.

À terme, l’association inclura toute entité qui gère un nœud de validation et détient suffisamment de Libra. Le rôle de l’association est de coordonner les efforts des nœuds de validation pour développer et sécuriser le réseau et de promouvoir leur vision commune de l’inclusion financière. La coordination et la gouvernance s’articulent autour de deux champs principaux. Le premier est d’ordre technique, avec le ralliement des nœuds de validation et de la communauté open source autour de la feuille de route technique du réseau. Le second est financier, avec la gestion de la réserve et l’attribution de fonds à des causes à impact social (voir ci-dessous).

association Libra

D’autres rôles seront assumés par l’association au cours des premières années du réseau Libra,
notamment : le recrutement de Membres fondateurs en tant que nœuds de validation, la levée de fonds de
la part des membres ainsi que d’autres investisseurs via la vente des Libra Investment Tokens (des jetons qui
représentent une part des futurs intérêts accumulés par la réserve Libra), la conception et la mise en œuvre
de programmes incitatifs (dont l’attribution de primes aux Membres fondateurs), ou encore la distribution de
dividendes aux investisseurs du Libra Investment Token.

Au fur et à mesure que le réseau se développera et évoluera vers une blockchain sans permission au sein de laquelle quiconque peut agir en tant que nœud, il est possible que ces rôles deviennent  superflus.

L’entité gouvernante de l’association Libra est le conseil d’administration, qui comprend un représentant
pour chaque membre de l’association. Les décisions du conseil liées au fonctionnement et à la politique
nécessitent de nombreux niveaux de vote, en fonction du degré d’importance de la décision.

L’association a trois objectifs principaux :

• Une transition vers une gouvernance sans permission et un fonctionnement en consensus des nœuds, en réduisant les obstacles à la participation et le recours aux Membres fondateurs.
• La réduction du rôle de l’association en tant que gérante de la réserve Libra, grâce à l’automatisation complète de la gestion de la réserve.
• À long terme, notre objectif est que l’association s’occupe principalement de la coordination de la communauté open source, afin de définir et de développer la feuille de route technique du réseau Libra.

La Prise de décisions

Concernant le pouvoir des validateurs : les nœuds de validation, représentés au sein du conseil, détiennent le pouvoir absolu. Le conseil délègue la majorité de son pouvoir exécutif à la direction de l’association, mais conserve le pouvoir d’outrepasser les décisions déléguées et de conserver certaines décisions clés, sachant que les plus importantes nécessitent une majorité qualifiée aux deux tiers.

Pour ce qui est du pouvoir proportionnel, les voix au conseil sont proportionnelles au nombre de parts (pour les Libra Investment Token, pour commencer, puis pour les Libra par la suite), ce qui reflète le niveau de participation du membre (ou nœud de validation) au réseau. Les droits de vote de chaque Membre fondateur sont cependant plafonnés pour éviter la concentration du pouvoir.

Aussi, la prise de décision se veut transparente pour l’ensemble de la communauté et collaborative entre les membres (nœuds de validation). L’association vise ainsi à simplifier autant que possible la prise de décision. Dans la mesure du possible, elle mobilisera ses membres pour garantir que ses décisions sont exécutées.

Libra, la monnaie Facebook
Libra, la monnaie Facebook

La technologie

Ici, l’Open source est de mise. Le code et les caractéristiques techniques de la technologie qui supporte la blockchain Libra seront donc open source. Une communauté de développeurs et de chercheurs open source veillera à leur développement. L’association financera et encouragera la recherche et le développement dans l’espace afin de s’assurer que la blockchain Libra est mise à jour pour mieux servir sa mission et  ses membres.

La Gestion de la réserve

La réserve Libra sera gérée par l’association avec l’objectif de préserver sa valeur. Au fur et à mesure que la monnaie fiduciaire entre dans l’économie, la réserve (un panier de devises et d’autres actifs) se développe et l’association frappe des Libra en conséquence. En tant « qu’acheteur de dernier ressort », l’association est en mesure de brûler des Libra en échange d’autres actifs dans la réserve. Les activités de l’association sont régies et limitées par une Politique de gestion de la réserve. Celle-ci peut uniquement être modifiée par une majorité qualifiée des membres de l’association.


Le rôle de Facebook Inc.

Les équipes de Facebook ont joué un rôle clé dans la création de l’association Libra et de la blockchain Libra, en collaboration avec les autres membres fondateurs. Bien que le pouvoir décisionnel final incombe à l’association, Facebook devrait continuer de jouer un rôle moteur en 2019.

Facebook a créé Calibra, une filiale réglementée, d’une part pour garantir la séparation appropriée des données sociales et financières, mais également pour créer et exploiter des services pour son compte, en sus du réseau Libra.

Dès le lancement du réseau Libra, les engagements, privilèges et obligations financières des Membres fondateurs seront également applicables à Facebook et à ses filiales. Facebook ne sera qu’un membre parmi d’autres et son rôle dans la gouvernance de l’association sera égal à celui de ses homologues.

Par B-O.D., Digital Business Africa

Si vous avez aimé ce texte, vous aimerez bien bien d'autres. Rejoignez notre canal Telegram et notre chaîne WhatsApp pour ne rien manquer de nos infos stratégiques et de nos exclusivités. Aussi, merci de nous laisser votre commentaire au bas de cet article. Bonne navigation.

LAISSER UNE RÉPONSE

SVP, entrez votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici

spot_img

Plus d'infos

Burkina Faso : L’EMGA dément un Fake sur l’...

Burkina Faso : L’EMGA dément un Fake sur l’ état de santé du président Traoré et invite...

Togo : Un atelier pour clore le programme Seuil...

Togo : Un atelier pour clore le programme Seuil élaboré booster le secteur des TIC et de...
Régulation de la 5G:DG de l'ARTP et la déléguation de l'ARTP de Guinnée

Régulation de la 5G : L’ARPT Guinée s’inspire de...

- Le DG de l’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP) du Sénégal, M....