Minette libom Li Likeng : “Bâtir un Cameroun numérique est notre ambition. C’est notre rêve”

Digital Business Africa vous propose le discours intégral de la ministre des Postes et Télécommunications du Cameroun, Minette Libom Li Likeng, au Palais de Congrès de Yaoundé ce 29 octobre 2021 au terme de l’atelier de validation de la nouvelle vision des Télécentres Communautaires Polyvalents (TCP) au Cameroun.

Messieurs les Membres du Gouvernement

Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations Internationales

Monsieur le Secrétaire Général du Ministère des Postes et Télécommunications

Messieurs les Représentants des Départements ministériels partenaires

Messieurs les Directeurs Généraux

Mesdames et Messieurs les Présidents et Membres des Conseils Régionaux

Monsieur le Maire de l’Arrondissement de Yaoundé 2 Mesdames et Messieurs les Maires
Honorables invités en vos rangs, grades et qualités Mesdames, Messieurs.

Nous voici au terme de l’Atelier sur la nouvelle vision des Télécentres Communautaires Polyvalents (TCP) au Cameroun, organisée par le Ministère des Postes et Télécommunications, ici même à Yaoundé, du 27 au 29 octobre 2021.

En effet, mercredi dernier 27 octobre, nous avons procédé en ces mêmes lieux, à l’ouverture officielle des travaux, devant permettre le partage et la documentation des nouvelles orientations stratégiques, devant guider désormais, la mise en œuvre des Télécentres Communautaires Polyvalents (TCP).

Je suis donc profondément heureuse de prendre la parole cet après midi, à l’occasion de cette cérémonie de clôture, qui marque le début d’une ère nouvelle pour le développement des TCP au Cameroun.

Je le suis d’autant plus, que j’ai le sentiment, après la lecture qui vient d’être faite, des recommandations qui découlent de cette importante rencontre, que les travaux qui s’achèvent ont permis d’atteindre les résultats escomptés.

En effet, pendant trois (3) jours, les participants à l’atelier sur la nouvelle vision des TCP au Cameroun, se sont attelés, avec grand intérêt et une assiduité exemplaire, à enrichir de leurs contributions et suggestions pertinentes, les débats sur chacun des thèmes retenus pour cet atelier.

Chacun a contribué à faire progresser la réflexion sur la manière dont les services des secteurs publics, privés et sociaux devraient être fournis dans les zones rurales et difficiles d’accès.

L’évaluation faite ainsi que les divers commentaires issus de vos assises qui me sont parvenus, le rapport général des travaux et les recommandations adoptées témoignent de tout le sérieux qui a caractérisé les travaux.

Nous pouvons ainsi dire sans risque de nous tromper que, d’une part, la mise en route de la nouvelle vision des TCP au Cameroun est amorcée, et d’autre part, le partage d’expériences avec toutes les parties prenantes impliquées dans le projet notamment, les administrations compétentes dans la dématérialisation des procédures ainsi que les partenaires de la société civile est effectif.

Nous avons pu en même temps, recueillir toutes les contributions scientifiques devant permettre de documenter et de rendre mature cette nouvelle vision.

A cet effet, je me réjouis des résultats combien éloquents, auxquels vous êtes parvenus au terme de cet atelier, ce dont je ne pouvais d’ailleurs douter, au regard de l’expertise avérée des différents intervenants et experts, ainsi que de la qualité des participants que vous êtes.

Je note également, et avec beaucoup de satisfaction, que les recommandations faites, augurent d’un avenir plein d’espoir dans l’univers des télécommunications au Cameroun, avec l’avènement des TCP «novelle génération ».

Je voudrais donc, avant de poursuivre mon propos, exprimer mes sincères remerciements, à tous les participants ici réunis, pour la qualité de leur réflexion, tout en appréciant la démarche scientifique adoptée.

Remerciements tout particuliers aux membres du Gouvernement, qui ont rehaussé de leur présence les présentes assises. Les mêmes remerciements s’étendent aux experts, ainsi qu’à toutes les délégations qui ont fait le déplacement de Yaoundé, dans le cadre de cet Atelier.

Messieurs les Membres du Gouvernement Honorables invités
Mesdames, Messieurs.

L’atelier qui s’achève ce jour, avait pour objet de partager et documenter la nouvelle vision devant guider la mise en œuvre des Télécentres Communautaires Polyvalents (TCP) au Cameroun et susciter l’adhésion de toutes les parties prenantes.

De manière spécifique, il s’agissait, à titre de rappel, de :

  •   partager avec tous les acteurs les éléments de la vision ;
  •   documenter les aspects portant sur la rétrocession des TCP aux Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) ;
  •   documenter les aspects techniques de la vision ;
  •   définir le cadre de développement de capacités ;

 déterminer les aspects de pérennisation et de viabilité des TCP.

Les thématiques abordées au cours de cet atelier pour y parvenir, ont permis d’examiner tour à tour, les aspects se rapportant aux stratégies de mise en œuvre et de développement des capacités des acteurs des TCP ; aux services, contenus et applications ; à la pérennisation et à la viabilisation des TCP ; au modelé économique de gestion et à l’architecture technologiques des TCP.

Les résultats de ces assises permettent ainsi, d’apporter une réponse aux Hautes Prescriptions du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, qui, avait instruit, préalablement à la mise en route de la nouvelle vision, d’une part de la partager avec tous les acteurs impliqués dans sa mise en œuvre et d’autre part, de recueillir leurs contributions scientifiques, afin de documenter et de rendre mature cette nouvelle vision.

Je suis heureuse de constater que, plus de 180 participants, malgré d’importantes charges pour certains, aient honoré de leur présence attentive et assidue, les travaux de cet atelier. Je me réjouis également de tout le sérieux apporté aux différents travaux. Ce qui témoigne de la qualité des documents produits.

Mesdames et Messieurs, chers participants,

Comme vous le savez, la dématérialisation des procédures administratives est une importante avancée, pour rendre les services gouvernementaux accessibles aux citoyens, de manière à, non seulement, réduire les coûts énormes pour l’Etat, mais également à instituer plus de transparence et d’efficacité dans ses interactions quotidiennes avec les citoyens.

Les TCP sont de ce fait envisagés comme l’un des guichets de fourniture des services gouvernementaux, privés et sociaux, à destination des citoyens vivant dans les zones rurales.

Dans l’adoption des différentes stratégies à mettre en place pour implémenter la nouvelle vision des TCP, les travaux ont eu pour référent le plan stratégique de développement de l’économie numérique, qui vise à faire du Cameroun, un pays numérique. C’est-à-dire, une société où l’usage généralisé du numérique accélère la croissance économique, génère des emplois décents et favorise le développement inclusif et durable.

Bâtir un Cameroun numérique est notre ambition. C’est notre rêve.

C’est surtout la Très Haute Vision du Chef de l’Etat, déclinée en plusieurs circonstances. Dans son message de fin d’année à la Nation le 31 décembre 2015, il déclarait (je le cite) : « …il nous faut rattraper au plus vite notre retard dans le développement de l’Economie Numérique. Celle-ci est un véritable accélérateur de croissance, en plus d’être une véritable niche d’emplois nouveaux pour notre jeunesse. Nous devons pouvoir en tirer avantage pleinement. Le Gouvernement, dans son organisation, accordera à ce secteur toute l’attention méritée» (fin de citation).

Et quelques mois plus tard, dans son adresse à la jeunesse le 10 février 2016, le Président Paul BIYA définissait clairement les éléments clés de la feuille de route pour le développement de l’économie numérique (je cite) « …..le Gouvernement devra poursuivre avec méthode et efficacité la mise en place d’une infrastructure adéquate […] les grandes entreprises et autres structures, publiques comme privées, sont appelées à donner l’exemple, en procédant progressivement à leur propre mutation numérique… » (fin de citation).

C’est à ce prix que le secteur du numérique pourra accompagner le développement des industries et des services au Cameroun, afin d’accroitre la production des biens et services numériques, permettant de les rendre plus accessibles aux usagers des zones rurales, l’une des priorités de la stratégie nationale de développement (SND30).

Mesdames et Messieurs.

Le développement des Télécentres Communautaires Polyvalents (TCP) au Cameroun, rentre dans le cadre des mesures engagées par le Gouvernement, dans la bataille pour la réduction de la fracture numérique entre les centres urbains et les zones rurales.

Ils s’inscrivent dans le prolongement des actions menées depuis quelques années par le Gouvernement à travers le Ministère des Postes et Télécommunications, afin d’assurer l’inclusion numérique, à travers la généralisation de l’usage des TIC pour toutes les composantes de la société.

Il s’agit dans ce cadre, de réduire la fracture numérique entre les zones urbaines et rurales et, d’appuyer le développement des zones rurales, par l’accès aux services de télécommunications, informatiques, audiovisuels et Internet à moindre coût.

L’atelier qui s’achève ce jour, trouve donc toute sa pertinence car, il aura permis de mobiliser divers acteurs, agissant selon leur rayon d’action et leur périmètre de compétences respectifs, en vue d’une synergie d’actions.

Les résultats des travaux, comme je l’ai dit tout à l’heure, auront également permis d’apporter des réponses concrètes aux principales préoccupations qui sous-tendent la relance de ce projet qui charrie d’importantes attentes pour nos populations.

Ainsi, la leçon inaugurale, les présentations des experts, les ateliers et les débats qui s’en sont suivis ont favorisé la formulation de recommandations, pour la mise en place de balises pertinentes de la marche vers l’émergence numérique au Cameroun.

A juste titre, en ce qui concerne la définition des stratégies de mise en œuvre et développement des capacités des acteurs des TCP, les échanges ont mis en exergue :

  • –  le schéma de structuration du modèle de mise en œuvre des TCP, en identifiant les agences de mise en œuvre, les agences de gestion, les missions de l’intégrateur, … ;
  • –  la représentation schématique de la pyramide de services, contenus et applications à fournir dans les TCP ;
  • –  les initiatives des entreprises camerounaises destinées aux populations rurales ;
  • –  le modèle de partenariat public privé impliquant tous les principaux leaders d’opinion et agences impliqués dans l’atteinte des objectifs de développement socio-économiques dans les marchés ruraux.

En ce qui concerne la définition du bouquet de services, contenus et applications à offrir dans les TCP, nous devons nous féliciter de l’accent mis, sur:

  • –  les éléments de contexte d’utilisation des TCP comme « guichet unique » des services gouvernementaux en zones rurales ;
  • –  la description des expériences actuelles des citoyens dans l’utilisation des services gouvernementaux par le biais TCP et Cyber cafés ;
  • –  la matrice des besoins éventuels des populations rurales assortie des services devant répondre à ces besoins ;
  • –  les interactions avec les fournisseurs de services (administration, privé, etc.) dans la perspective de répondre aux besoins du citoyen ;
  • –  l’état du niveau de préparation des populations à l’arrivée des services numériques, le cas échant, des mécanismes pour évaluer l’état de préparation de ces populations.

Pour ce qui est du cadre de pérennisation, de viabilisation et du modèle économique de gestion des TCP, les recommandations formulées soulignent l’urgence de l’alignement du panier de services à la configuration actuelle des TCP, ainsi que le choix du modèle économique final de gestion retenu.

S’agissant spécifiquement de l’atelier sur l’architecture technologique des TCP (intégrateur, réseau, connectivité…), thématique spéciale, qui a réuni autour de la table les opérateurs de communications électroniques et les équipementiers installés au Cameroun, celle-ci a permis d’évaluer les caractéristiques techniques des infrastructures TIC à déployer pour véhiculer les services numériques à fournir dans les TCP.

Honorables invités

Mesdames, Messieurs.

Le développement des technologies de l’information et de la communication sur l’ensemble du territoire national, et notamment dans l’espace rural, apparaît aujourd’hui comme une condition d’attractivité des populations et des activités. L’éloignement physique de grandes ou moyennes villes ou des villages n’est plus ressenti comme aussi problématique lorsqu’il n’empêche pas le maintien d’un lien avec leurs centres d’activités.

C’est ainsi que les entreprises de services, qui ne sont pas astreintes à la production et livraison de biens matériels, mais à la mise au point de contenus immatériels, s’affranchiront relativement facilement, d’une situation isolée, dès lors qu’ils pourront échanger avec leurs clientèles des données et documents par le biais du digital.

Les Télécentres, ont pour objectif de fournir un accès partagé aux services digitaux et, de développer les communautés rurales, en leur faisant bénéficier des avantages qu’offre l’usage des TIC et du Numérique.

La nouvelle vision les consacre ainsi comme de véritables guichets uniques de fourniture des services gouvernementaux, privés et sociaux, à destination des citoyens vivant dans les zones rurales.

L’idée ici est de développer une plateforme qui permette aux organisations gouvernementales, privées et sociales d’intégrer leurs objectifs sociaux et commerciaux dans l’intérêt des populations rurales des localités les plus reculées du pays, grâce à une combinaison de services informatiques et non informatiques.

Il s’agit en effet, pour les TCP, de jouer le rôle d’intégrateur et d’agrégateur des contenus et des services digitaux, afin qu’ils deviennent de véritables acteurs d’inclusion numérique et financière.

Je voudrais le dire ici, le Cameroun dispose déjà au sein de la CAMPOST, d’une infrastructure de dernière génération, qui va permettre aux TCP, de jouer pleinement leur rôle d’agrégateur et d’intégrateur, à travers la facilitation de la dématérialisation des processus métiers issus des secteurs d’activités différents.

Aussi, je lance un appel à toutes les parties prenantes, afin qu’elles œuvrent avec détermination, pour la mise en application de toutes les recommandations formulées, en vue de l’opérationnalisation, dans les meilleurs délais de la nouvelle vision des TCP.

Ainsi, les citoyens de l’arrière-pays, ne continueront pas à assister en spectateurs désabusés, aux mutations en cours, mais deviendront des acteurs connectés aux révolutions que nous impose le développement du numérique.

Je lance un appel aux Collectivités Territoriales Décentralisées, afin qu’elles s’approprient les usages numériques pour le développement de nos localités. L’émergence de notre pays en dépend fortement.

Messieurs les Membres du Gouvernement

Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations Internationales

Honorables invités en vos rangs, grades et qualités Mesdames, Messieurs.

La nouvelle vision des TCP, est un marqueur des actions gouvernementales dans le vaste chantier de construction des infrastructures, en vue de relever le défi de l’inclusion numérique, en droite ligne de la Très Haute Vision du Président de la République, S.E M. Paul BIYA en la matière.

Les travaux qui s’achèvent qui auront constitué un cadre de partage des savoirs, marquent un tournant décisif. Ils auront profilé les contours opérationnels de ce que nous avons appelé les « TCP de nouvelle génération ».

Tirant les leçons des expériences précédentes, ce brainstorming, qui lui-même s’intègre dans un processus vieux de quelques années, s’est inscrit dans un triptyque évocateur à savoir : concertation avec toutes les parties prenantes, chacune agissant dans son périmètre de compétences ; coopération avec les Organisations Internationales, et les Collectivités Territoriales Décentralisées ; coaction enfin parce que c’est ensemble que tous les acteurs impliqués doivent conduire la réforme et en assurer l’implémentation.

Le rapport général et les recommandations formulées au terme de cet Atelier, mettent en évidence la volonté de tous, de contribuer à la réduction de la fracture numérique entre les zones urbaines et rurales et, d’appuyer le développement des zones rurales, par l’accès aux services de télécommunications, informatiques, audiovisuels et Internet à moindre coût.

Ils démontrent à suffisance, la place des Télécentres dans le processus de transformation numérique de chacun des secteurs à fort impact de développement social.

Je ne saurai donc clore mon propos, sans féliciter vivement toutes les parties impliquées dans l’organisation de ces assises.

Je remercie et félicite en même temps tous les experts et participants à cet Atelier, dont l’engagement et l’implication ont permis l’obtention de ces résultats que nous jugeons satisfaisants.

Merci une fois de plus à la GIZ pour l’accompagnement dans la mise en œuvre des Télécentres Communautaires Polyvalents.

A toutes les délégations venues des quatre coins du Cameroun, je dis tout simplement merci, et merci de votre engagement dans cette cause commune qui est la nôtre, à savoir la réduction de la fracture numérique, en vue de la transition digitale du Cameroun.

De manière particulière, à vous, Mesdames et Messieurs les Présidents des Conseils Régionaux ou représentants, Mesdames et Messieurs les Maires, Madame et Messieurs les gestionnaires des TCP, je dis encore merci, et vous souhaite un bon retour dans vos localités et structures respectives.

Je souhaite bon retour à ceux qui prendront la route, le train ou l’avion tout à l’heure.

Bon courage à tous !

Et c’est sur cette note de satisfaction que je déclare clos l’atelier sur la nouvelle vision des Télécentres Communautaires Polyvalents au Cameroun.

Pour que vive, le développement local

Vive l’économie numérique

Et que Vive le Cameroun et son illustre Chef, le Président Paul BIYA,

Je vous remercie de votre bienveillante attention./-

Lire aussi

Cameroun : Avec la GIZ, voici la nouvelle vision du gouvernement pour revigorer les Télécentres communautaires polyvalents

Cameroun : le gouvernement souhaite redonner un nouveau souffle au déploiement des Télécentres communautaires polyvalents

Minette Libom Li Likeng : « Le Switch national #237# garantit un accès équitable de tous les opérateurs au marché des transferts financiers électroniques »

LAISSER UNE RÉPONSE

SVP, entrez votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici

spot_img

Plus d'infos

Perfitcom

A Promote 2024, Perfitcom propose la sauvegarde et la...

  – Perfitcom ( Performance IT et conseil en management ) est une entreprise des services du...
Nokash Cameroun

Promote 2024 : La mission de Nokash, éradiquer les paiements...

  – Agrégateur de moyen de paiement, Nokash Cameroun, est une startup qui permet aux entreprises de...

Promote 2024 : Les encouragements du SGPR, Ferdinand Ngoh...

Promote 2024 : Les encouragements du SGPR, Ferdinand Ngoh Ngoh au DG de Camtel, Judith Yah Sunday

Sur votre mobile

Si vous avez aimé ce texte, vous aimerez bien bien d'autres. rejoignez notre canal Telegram et notre chaîne WhatsApp pour ne rien manquer de nos infos stratégiques et de nos exclusivités.

Chaine WhatsApp de Digital Business Africa