Ghana : Le gouvernement veut doter chaque ghanéen d’un smartphone ‘‘made in Ghana’’ dès 2020

[Digital Business Africa] –Au Ghana, c’est un projet ambitieux, mais surtout rentable pour l’économie locale dans lequel s’investit la ministre de la communication. Ablekuma West a annoncé le 17 décembre 2018 que son bureau est actuellement en négociation avec le ministère des Finances pour mettre sur pied des mécanismes qui permettront à ce que chaque Ghanéen dispose d’un smartphone ‘‘made in Ghana’’. Comme échéance à cet objectif, la ministre évoque l’année 2020, particulièrement pour les populations évoluant en zone rurale.

« Je travaille avec le ministre des Finances pour m’assurer que d’ici 2020, nous pourrons mettre un smartphone entre les mains de tous les citoyens du pays, même de nos communautés rurales », explique la ministre citée par le site l-frii.com. Dans la foulée, la ministre Ablekuma West a fait savoir que les smartphones issus de ce projet seront fabriqués et assemblés localement dans le cadre de l’initiative ‘‘Un district une usine’’. Sur le long terme, la ministre prévoit de faire du Ghana un fournisseur de smartphones dans la sous-région.

Ecrit par Jephté TCHEMEDIE

Si vous avez aimé ce texte, vous aimerez bien bien d'autres. Rejoignez notre canal Telegram et notre chaîne WhatsApp pour ne rien manquer de nos infos stratégiques et de nos exclusivités. Aussi, merci de nous laisser votre commentaire au bas de cet article. Bonne navigation.

LAISSER UNE RÉPONSE

SVP, entrez votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici

spot_img

Plus d'infos

Beaugas de ICT Media

Cameroun : avec Media 4 Peace et l’UAR, ICT...

– Générer des images avec Meta.ai ; Utiliser Copilot ou Quillbot pour corriger, traduire et résumer les articles...

Côte d’Ivoire : Le Conseil de ministres adopte le...

Côte d’Ivoire : Le Conseil de ministres adopte le projet autorisant le traitement des données à caractère...

Economie numérique et environnement, l’Onu dénonce les méfaits d’une...

Economie numérique et environnement, l’Onu dénonce les méfaits d'une croissance rapide