Digital Business Africa https://www.digitalbusiness.africa Le Mag des décideurs consacré à l'actualité des TIC, des Télécoms et du Numérique en Afrique Sat, 17 Nov 2018 15:34:03 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.9.8 25,7 milliards de F.Cfa de budget pour l’économie numérique et de la communication en 2019  https://www.digitalbusiness.africa/257-milliards-de-f-cfa-de-budget-pour-leconomie-numerique-et-de-la-communication-en-2019/ https://www.digitalbusiness.africa/257-milliards-de-f-cfa-de-budget-pour-leconomie-numerique-et-de-la-communication-en-2019/#respond Sat, 17 Nov 2018 15:34:03 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=22925 [Digital Business Africa] – « 2019 va voir la réalisation de la télévision numérique terrestre. Et nous allons renforcer le réseau en fibre optique », a annoncé Aurélie Adam Soulé Zoumarou, ministre de l’Economie numérique et de la Communication, devant les députés le 15 novembre 2018. En effet, le ministre passait devant la commission budgétaire […]

L’article 25,7 milliards de F.Cfa de budget pour l’économie numérique et de la communication en 2019  est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] – « 2019 va voir la réalisation de la télévision numérique terrestre. Et nous allons renforcer le réseau en fibre optique », a annoncé Aurélie Adam Soulé Zoumarou, ministre de l’Economie numérique et de la Communication, devant les députés le 15 novembre 2018. En effet, le ministre passait devant la commission budgétaire du parlement pour défendre le projet de budget de son ministère au titre de 2019.

Les prévisions budgétaires mises à la disposition du ministère de l’Economie numérique et de la Communication au titre de l’année 2019 s’élèvent à 25,7 milliards de F.Cfa environ. Elles sont en hausse de 17% par rapport à l’année 2018. Elles sont réparties en termes de dépenses ordinaires à 5 milliards et de dépenses en capital autour de 20 milliards de F.Cfa.

Ce passage a été une occasion pour le ministre Aurélie Adam Soulé Zoumarou de démontrer sa bonne maîtrise de son portefeuille ministériel et la pertinence des actions projetées pour 2019 pour le compte de son ministère, aux députés. Elle a ainsi dévoilé à la commission budgétaire du parlement les grandes lignes du projet de budget.

Aurélie Adam Soulé Zoumarou envisage pour 2019, de renforcer, poursuivre et intensifier les efforts déjà commencés en 2018 sur la mise en œuvre des projets phares du ministère.  Selon elle, 2018 a connu la réhabilitation de la dorsale nationale en fibre optique couvrant déjà 67 communes du Bénin et la construction d’un certain nombre de boucles métropolitaines.

Il s’agira donc, en 2019, pour son ministère, de renforcer et de densifier ce réseau par la création de boucles complémentaires et l’augmentation des capacités. Ce qui permettra de prendre également en charge les 10 communes restantes et qui ne sont pas aujourd’hui interconnectées au réseau de la partie Ouest du pays, assure Aurélie Adam Soulé Zoumarou.

À sa sortie des travaux budgétaires à l’hémicycle le ministre a précisé à la presse que le budget défendu permettra à son département ministériel de mener les activités phares afin de gagner le pari de l’atteinte des objectifs du secteur de l’économie numérique et de la communication.

« L’administration intelligente va se mettre en œuvre, nous allons installer notre plateforme nationale de paiement électronique, nous allons également bâtir tous les socles pour la modernisation, l’introduction du numérique dans l’administration et mettre par-dessus tous les services numériques tels que ceux que nous expérimentons aujourd’hui pour la gestion des carrières des fonctionnaires en ligne et la consultation des fiches de paye en ligne », promet le ministre Aurélie Adam Soulé Zoumarou.

Par Laurent Adjovi

L’article 25,7 milliards de F.Cfa de budget pour l’économie numérique et de la communication en 2019  est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/257-milliards-de-f-cfa-de-budget-pour-leconomie-numerique-et-de-la-communication-en-2019/feed/ 0
Cameroun : Minette Libom Li Likeng sensibilise les jeunes à un usage responsable des réseaux sociaux https://www.digitalbusiness.africa/cameroun-minette-libom-li-likeng-sensibilise-les-jeunes-a-un-usage-responsable-des-reseaux-sociaux/ https://www.digitalbusiness.africa/cameroun-minette-libom-li-likeng-sensibilise-les-jeunes-a-un-usage-responsable-des-reseaux-sociaux/#respond Fri, 16 Nov 2018 13:35:34 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=22920 [Digital Business Africa] – Après le séminaire de formation des journalistes sur le thème : “Le journalisme face aux réseaux sociaux. Enjeux, défis et contraintes d’une profession à l’ère de la démocratie numérique “ qu’il a organisé le 9 novembre dernier en partenariat avec la section camerounaise de l’Union de la presse francophone (UPF), Le ministère des Postes […]

L’article Cameroun : Minette Libom Li Likeng sensibilise les jeunes à un usage responsable des réseaux sociaux est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] – Après le séminaire de formation des journalistes sur le thème : “Le journalisme face aux réseaux sociaux. Enjeux, défis et contraintes d’une profession à l’ère de la démocratie numérique “ qu’il a organisé le 9 novembre dernier en partenariat avec la section camerounaise de l’Union de la presse francophone (UPF), Le ministère des Postes et Télécommunications du Cameroun poursuit sa mission de renforcement des capacités du public en vue de la mise en place d’un écosystème favorable à un usage responsable des réseaux sociaux.

Après les journalistes, l’opération visait cette fois ci les jeunes des lycées et collèges, les jeunes des universités, les groupes divers et organisations jeunes présents ou actifs sur les réseaux sociaux, à travers une rencontre de sensibilisation en multiplex autour du thème « l’usage du smartphone et des réseaux sociaux chez les jeunes : risques et opportunités. »

« A l’ère de l’économie numérique, le rôle des réseaux sociaux dans la diffusion et la circulation de l’image dans l’espace public est devenu capital. C’est ainsi que l’utilisation des réseaux sociaux est devenue une activité courante chez les jeunes aujourd’hui », a expliqué Mme la minitre Libom Li Likeng lors de son allocution d’ouverture, ajoutant que « le Cameroun n’est pas épargné par cette vague déferlante que constitue les réseaux sociaux. Ils sont partout, presque tous les jeunes de notre pays utilisent au moins un réseau social par jour » Il demeure cependant essentiel pour le gouvernement que les jeunes doivent en faire une utilisation saine et appropriée, car bien qu’elle constitue une belle opportunité d’apprentissage, l’utilisation des réseaux sociaux peut toutefois comporter certains risques.

« Les dérives et déviances constatées constatés de nos jours sur les réseaux sociaux au Cameroun interpelle fortement le gouvernement, l’objectif de cette session de formation et d’éducation est donc de présenter les nombreuses opportunités offertes aux jeunes par les réseaux sociaux, d’attirer leur attention sur les dangers d’une mauvaise utilisation de ces outils et de vulgariser les pratiques d’un usage responsable » , a-t-elle ainsi précisé, car la capacité plus limitée de certains jeunes à s’auto réguler et de leur tendance à être influencé par leurs camarades et amis, conduisent certains adolescents à manquer de vigilance et à ne pas se questionner sur le type de messages, vidéos et photos qu’ils mettent en ligne.  Ces jeunes utilisateurs sont parfois loin de réaliser l’ampleur de leurs gestes et les répercussions possibles à plus ou moins long terme.

D’où les modules retenus pour cet échange, portant sur le rôle et l’importance des réseaux sociaux, mais aussi ls risques, dangers et sanctions auxquels on s’expose à travers ces outils, thèmes développés par Abega Moussa, directeur de l’incubateur de Sup’PTIC, et Nna Patrick, ingénieur polytechnicien. Le second module portait sur les fakes news et leur vérification, présenté par Joseph Nnemete, car les images et nouvelles qui circulent, vraies ou fausses, « se propagent à une vitesse effrénée et finissent par influencer l’opinion publique ou même écorner l’image de notre pays », selon la ministre. Le dernier module, présenté par Chedjou Kamdem portait sur les notions de Community management.

La session s’est déroulée en visioconférence sous formes de présentations suivi de débats interactifs, entre les modérateurs et les élèves des lycées et collèges réunis dans la salle de conférence du Minpostel et les jeunes réunis dans les jardins du club Camtel.

Par Gaëlle Massang

L’article Cameroun : Minette Libom Li Likeng sensibilise les jeunes à un usage responsable des réseaux sociaux est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/cameroun-minette-libom-li-likeng-sensibilise-les-jeunes-a-un-usage-responsable-des-reseaux-sociaux/feed/ 0
OVH ferme sa filiale à Dakar https://www.digitalbusiness.africa/ovh-ferme-sa-filiale-a-dakar/ https://www.digitalbusiness.africa/ovh-ferme-sa-filiale-a-dakar/#respond Fri, 16 Nov 2018 13:31:40 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=22917 [Digital Business Africa] – Le spécialiste européen de l’hébergement de sites internet et des services en ligne dans le cloud OVH qui avait annoncé le jeudi 11 octobre 2018, dans son blog, son intention de fermer cinq bureaux en Europe et Afrique de l’Ouest a fermé sa filiale à Dakar. Son annonce précisait que le groupe […]

L’article OVH ferme sa filiale à Dakar est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] – Le spécialiste européen de l’hébergement de sites internet et des services en ligne dans le cloud OVH qui avait annoncé le jeudi 11 octobre 2018, dans son blog, son intention de fermer cinq bureaux en Europe et Afrique de l’Ouest a fermé sa filiale à Dakar.

Son annonce précisait que le groupe allait fermer ses bureaux en Lituanie, en Finlande, en Irlande, en République Tchèque ainsi qu’au Sénégal, regrettant que ces “cinq pays n’aient pas atteint la taille critique en termes de nombre de clients.”Une trentaine de personnes seraient concernées par ces suppressions de postes“, ajoute le groupe dans son article, sur près de 2.200 salariés, selon les derniers chiffres communiqués par OVH.

Les activités commerciales assurées jusqu’ici par les bureaux fermés seront désormais gérées par les centres du groupe installés à Roubaix (Nord), Wroclaw (Pologne) et Montréal (Canada). OVH, fondée à Roubaix par Octave Klaba, est une des stars de l’économie numérique française.
Non cotée, elle ne publie pas ses résultats financiers, mais selon des informations de presse, elle a réalisé un chiffre d’affaires de 400 millions d’euros en 2017.

Au Sénégal, le site socialnetlink.net rapporte que la fermeture a été subite, brutale et sans fondement, laissant la clientèle locale, voire, ouest africains sur le carreau. « Un manque de respect envers une entreprise et ses clients ne pouvait pas être plus insolent que ce qui vient de se passer dans notre secteur », affirme nos confrères de SocialNetLink. Présent à Dakar depuis plusieurs années, la filiale française n’a ni publié un communiqué sur son départ, ni avisé ses clients. Une attitude jugée irrespectueuse pour les nombreux internautes et clients de la filiale, lit-on sur le site web.

Le départ brusque de OVH Sénégal n’a pas forcément un gros impact sur l’économie du Sénégal. C’est l’avis d’Alex Corenthin. Joint par Socialnetlink, le gestionnaire du .sn soutient que le départ de la filiale était presque prévisible parce que “ les clients n’auront plus accès à l’offre OVH directement, mais ils en auront via le site qui fonctionne toujours. C’est la présence physique de la filiale qui a disparu, mais le travail continue en ligne. Les noms de domaine seront certainement gérés par la maison mère. De toute façon, il n’y avait rien en local, ils n’ont jamais créé un Datacenter au Sénégal”, rappelle l’enseignant.

Le départ de OVH montre encore une fois le taux de laxisme très élevé de la promotion d’offre d’hébergement au Sénégal. Selon Alex Corentin, il n’existe pas encore une offre locale digne de ce nom qui pourrait satisfaire la demande.

Si nous n’avons pas un réel hébergeur au Sénégal, nous allons continuer à acheter et héberger nos sites à l’étranger.  Actuellement, nous n’avons qu’ARC informatique qui fait de l’hébergement local avec un segment de marché corporate. Il y a également la Sonatel, mais difficile d’accès car ils n’ont même pas de site de promotion de l’hébergement”, se désole-t-il.

Par Gaëlle Massang

L’article OVH ferme sa filiale à Dakar est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/ovh-ferme-sa-filiale-a-dakar/feed/ 0
Afrique du Sud : Microsoft lance Head Start, un accélérateur de startups technologiques https://www.digitalbusiness.africa/afrique-du-sud-microsoft-lance-head-start-un-accelerateur-de-startups-technologiques/ https://www.digitalbusiness.africa/afrique-du-sud-microsoft-lance-head-start-un-accelerateur-de-startups-technologiques/#respond Fri, 16 Nov 2018 13:26:15 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=22916 [Digital Business Africa] – À l’occasion de la Global Entrepreneurship Week, Microsoft a annoncé le lancement de Head Start, un accélérateur de startups destiné à aider les startups sud-africaines à développer leurs activités. L’objectif principal du programme est d’aider les startups à obtenir ce dont elles ont besoin pour développer leur activité et transformer leurs […]

L’article Afrique du Sud : Microsoft lance Head Start, un accélérateur de startups technologiques est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] À l’occasion de la Global Entrepreneurship Week, Microsoft a annoncé le lancement de Head Start, un accélérateur de startups destiné à aider les startups sud-africaines à développer leurs activités.

L’objectif principal du programme est d’aider les startups à obtenir ce dont elles ont besoin pour développer leur activité et transformer leurs idées en solutions concrètes et concrètes. Head Start permet aux jeunes entreprises d’accéder aux compétences, à la technologie, aux bons marchés, aux clients et aux canaux, et aide en définitive les entrepreneurs à peaufiner leur vision. Le programme offre une gamme de qualifications et de certifications reconnues internationalement.

En plus de fournir les bonnes ressources, Head Start fournit également du mentorat par le biais d’entraîneurs et de mentors axés sur le développement des compétences dans des domaines tels que le développement d’applications, les données et l’IA, DevOps, les plates-formes cloud, la sécurité, le support juridique et le développement commercial. Ceux-ci sont divisés en trois catégories principales, qui sont : Technologie, Business, Juridique.

En aidant les startups de cette manière, elles ont accès à une multitude de ressources pour les aider dans leur cheminement, mais elles ont également la possibilité de faire partie du réseau de partenaires Microsoft et, ce faisant, de faire instantanément partie d’une communauté mondiale. Lionel Moyal, responsable des partenaires commerciaux chez Microsoft Afrique du Sud, indique que les avantages commerciaux pour les startups technologiques sont multiples et immédiats. Il fournit aux candidats des informations, des outils, des ressources et des programmes qui les aideront à impressionner les clients et à stimuler la croissance d’une manière qui aurait autrement été inimaginable.

« En connectant les startups technologiques à un réseau mondial de clients, d’architectes cloud, d’experts en développement des affaires et aux technologies cloud les plus récentes », a déclaré Moyal. « Microsoft souhaite former et faire évoluer ces startups en partenaires Microsoft à part entière. » Le programme ne cherche pas seulement à créer des partenaires Microsoft, mais aussi à cultiver l’écosystème des start-up sud-africaines pour en faire quelque chose de plus dynamique et de plus diversifié et à combler les lacunes en compétences qui n’ont pas été contrôlées depuis trop longtemps.

Par Gaëlle Massang

L’article Afrique du Sud : Microsoft lance Head Start, un accélérateur de startups technologiques est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/afrique-du-sud-microsoft-lance-head-start-un-accelerateur-de-startups-technologiques/feed/ 0
Afrique australe : Angola Cables, en partenariat avec Broadband Infraco veut améliorer la connectivité Internet en Afrique https://www.digitalbusiness.africa/afrique-australe-angola-cables-en-partenariat-avec-broadband-infraco-veut-ameliorer-la-connectivite-internet-en-afrique/ https://www.digitalbusiness.africa/afrique-australe-angola-cables-en-partenariat-avec-broadband-infraco-veut-ameliorer-la-connectivite-internet-en-afrique/#respond Fri, 16 Nov 2018 13:18:19 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=22909 [Digital Business Africa] – Angola Cables, société multinationale de télécommunications, a annoncé la signature d’un protocole d’accord avec Broadband Infraco, société qui fournit une couverture étendue du réseau régional longue distance et la connectivité en SADC. En ce qui concerne la connectivité sud-africaine, Broadband Infraco dispose actuellement de plus de 14 960 km de réseaux […]

L’article Afrique australe : Angola Cables, en partenariat avec Broadband Infraco veut améliorer la connectivité Internet en Afrique est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] – Angola Cables, société multinationale de télécommunications, a annoncé la signature d’un protocole d’accord avec Broadband Infraco, société qui fournit une couverture étendue du réseau régional longue distance et la connectivité en SADC. En ce qui concerne la connectivité sud-africaine, Broadband Infraco dispose actuellement de plus de 14 960 km de réseaux de fibres optiques répartis sur l’ensemble de la géographie sud-africaine. Il dispose également de 156 points de présence fournissant un environnement de réseau national stable et de grande capacité.

António Nunes (photo), PDG de Angola Cables, a déclaré que ce partenariat facilitera la connectivité Internet en Afrique. « Grâce à notre connectivité internationale et à la portée de nos réseaux sous-marins et du vaste réseau terrestre large bande Infraco, nous avons une réelle opportunité d’accélérer collectivement la connectivité sur le continent », a ajouté Nunes.

« La possibilité très réelle existe désormais de connecter le Brésil et l’Afrique du Sud aux autres pays BRICS de Russie, d’Inde et de Chine par le biais d’une connexion haut débit et à faible temps de latence », a déclaré M. Nunes. “Une telle connexion, associée à notre réseau solide, accélérera la coopération internationale à plusieurs niveaux, favorisera le développement économique et accélérera les projets qui permettront de nouvelles opportunités pour l’échange de contenu numérique dans la région. »

Andrew Matseke, PDG de Broadband Infraco, a déclaré que ce partenariat était essentiel pour le développement de la connectivité numérique en Afrique du Sud et en Afrique. « Nous avons des options de connectivité fibre et POP pour tous les pays voisins de la SADC. Grâce aux réseaux sous-marins Angola Cables, SACS et Monet, Broadband Infraco sera en mesure de partager le trafic international et les contenus susceptibles de générer de nouvelles opportunités commerciales pour les pays de la SADC. »

Nunes a ajouté : « Angola Cables sera également en mesure de soutenir notre nouveau partenaire dans d’autres projets d’importance nationale qui nécessitent une connectivité au réseau mondial. Le projet « Kilomètre carré » («SKA»), qui est le plus grand télescope au monde, est un exemple de cette technologie. Broadband Infraco est le principal fournisseur de capacités internationales en Europe. Compte tenu des importants besoins en données, les informations scientifiques peuvent maintenant être partagées avec d’autres entités. »

La coopération entre les deux sociétés fera également progresser les synergies de canaux d’affaires. Cela offre aux consommateurs sud-africains une utilisation améliorée, une latence réduite ou une « expérience sans décalage” qui présente un avantage particulier pour la communauté des joueurs – ou d’autres utilisateurs nécessitant une plus grande bande passante via le routage SACS vers l’Amérique du Sud », a conclu Nunes.

Par Gaëlle Massang

L’article Afrique australe : Angola Cables, en partenariat avec Broadband Infraco veut améliorer la connectivité Internet en Afrique est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/afrique-australe-angola-cables-en-partenariat-avec-broadband-infraco-veut-ameliorer-la-connectivite-internet-en-afrique/feed/ 0
TechCrunch revient en Afrique avec Startup Battlefield https://www.digitalbusiness.africa/techcrunch-revient-en-afrique-avec-startup-battlefield/ https://www.digitalbusiness.africa/techcrunch-revient-en-afrique-avec-startup-battlefield/#respond Fri, 16 Nov 2018 13:12:22 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=22908 [Digital Business Africa] – Dans le cadre de ses efforts pour identifier les meilleurs innovateurs, décideurs et entrepreneurs techniques de la région Afrique subsaharienne, la TechCrunch Startup Battlefield, en partenariat avec Facebook, va se dérouler en Afrique. Omobola Johnson, partenaire principal de TLcom Capital, sera l’orateur principal ainsi que d’autres chefs de file du secteur, […]

L’article TechCrunch revient en Afrique avec Startup Battlefield est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] – Dans le cadre de ses efforts pour identifier les meilleurs innovateurs, décideurs et entrepreneurs techniques de la région Afrique subsaharienne, la TechCrunch Startup Battlefield, en partenariat avec Facebook, va se dérouler en Afrique. Omobola Johnson, partenaire principal de TLcom Capital, sera l’orateur principal ainsi que d’autres chefs de file du secteur, tels que partenaire principal de TLcom Capital et Lexi Novitske de Singularity Investments.

Après le succès du Startup Battlefield Africa de l’année dernière à Nairobi, au Kenya, le concours 2018 se déroulera à Lagos, au Nigéria. Des start-ups de toute l’Afrique subsaharienne se disputeront le 11 décembre. La meilleure performance sur le continent, à l’instar du vainqueur général 2017, Lori Systems, basée au Kenya, qui a construit une plate-forme logistique qui révolutionne la chaîne de valeur du transport de fret en Afrique.

TechCrunch Startup Battlefield cherche à identifier les meilleurs innovateurs, fabricants et entrepreneurs techniques de l’Afrique subsaharienne. L’année dernière, le concours a mis en lumière la manière dont la technologie optimise les chaînes d’approvisionnement, élargit l’accès à l’éducation, renforce les revenus des agriculteurs et bien plus encore.

Les juges devront choisir un gagnant qui portera le titre de « La start-up la plus prometteuse d’Afrique subsaharienne ». Les fondateurs de la startup gagnante se verront attribuer 25 000 USD en espèces ainsi qu’un voyage pour deux et participer au Startup Battlefield à l’événement phare de TechCrunch, Disrupt, en 2019.

Par Gaëlle Massang

L’article TechCrunch revient en Afrique avec Startup Battlefield est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/techcrunch-revient-en-afrique-avec-startup-battlefield/feed/ 0
Bénin : Axione et Bouygues sélectionnés pour l’exécution du projet « Boucle Ouest » https://www.digitalbusiness.africa/benin-axione-et-bouygues-selectionnes-pour-lexecution-du-projet-boucle-ouest/ https://www.digitalbusiness.africa/benin-axione-et-bouygues-selectionnes-pour-lexecution-du-projet-boucle-ouest/#respond Fri, 16 Nov 2018 13:05:16 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=22907 [Digital Business Africa] – Sous peu, l’Internet à haut débit sera disponible sur l’ensemble du territoire national. A terme, le numérique sera au cœur du monde socio économique béninois. C’est que le président Patrice Talon mise sur l’Internet à haut débit pour réussir l’exploit économique. On sait qu’il a promis dans son programme d’actions, de […]

L’article Bénin : Axione et Bouygues sélectionnés pour l’exécution du projet « Boucle Ouest » est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] – Sous peu, l’Internet à haut débit sera disponible sur l’ensemble du territoire national. A terme, le numérique sera au cœur du monde socio économique béninois. C’est que le président Patrice Talon mise sur l’Internet à haut débit pour réussir l’exploit économique. On sait qu’il a promis dans son programme d’actions, de faire du Bénin une plateforme de services numériques pour la sous-région ouest-africaine. De ce fait, il se donne visiblement les moyens de son ambition.

Le Programme d’actions du gouvernement de Patrice Talon, présenté le 16 décembre 2016, comprend 45 projets phares dont six sont relatifs au secteur du numérique. Mais, le socle de ces projets reste celui du déploiement du très haut débit sur tout le territoire national par fibre optique. L’agenda prévisionnel pour l’exécution des travaux a été modifié après des études plus poussées et s’étale actuellement sur deux phases.

C’est dans cette logique que s’inscrit la décision du Conseil des ministres du 14 novembre 2018 qui autorise la signature de contrats avec les sociétés devant exécuter les différents aspects du projet « Boucle Ouest ». Ledit projet prévoit la réalisation d’infrastructures de haut débit à fibre optique reliant Cotonou à Djougou par l’Ouest du Pays.

Le projet dénommé « Boucle Ouest » prévoit de sécuriser la partie Sud du réseau et de déployer la fibre optique dans la partie Ouest du pays. Elle va relier les communes de Cotonou et de Djougou. C’est dans le cadre de l’exécution de ce projet que le Gouvernement va signer très prochainement des contrats avec les entreprises qui vont conduire les travaux.

Il s’agit du groupement Axione et de Bouygues Energies & Services. Quant à la seconde phase du projet « Pdit phase 2 », elle s’articule autour de l’extension et de la densification dans une douzaine de communes du pays et de certaines agglomérations d’infrastructures de télécommunications.

Il convient de rappeler que le projet de développement des infrastructures de télécommunications et des TIC a été confié au chinois Huawei et le contrat commercial pour la réalisation est en cours de signature.

Par Laurent Ajovi

L’article Bénin : Axione et Bouygues sélectionnés pour l’exécution du projet « Boucle Ouest » est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/benin-axione-et-bouygues-selectionnes-pour-lexecution-du-projet-boucle-ouest/feed/ 0
Bénin : Le gouvernement veut plus d’investissements dans le secteur des communications électroniques https://www.digitalbusiness.africa/benin-le-gouvernement-veut-plus-dinvestissements-dans-le-secteur-des-communications-electroniques/ https://www.digitalbusiness.africa/benin-le-gouvernement-veut-plus-dinvestissements-dans-le-secteur-des-communications-electroniques/#respond Fri, 16 Nov 2018 12:58:32 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=22906 [Digital Business Africa] – A la faveur du conseil des ministres du 14 novembre 2018, le gouvernement a décidé de la mise en œuvre des orientations de la réforme du marché des communications électroniques. Cette réforme consiste à renforcer le cadre de vente des services des opérateurs et à l’adapter aux besoins des consommateurs de […]

L’article Bénin : Le gouvernement veut plus d’investissements dans le secteur des communications électroniques est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] – A la faveur du conseil des ministres du 14 novembre 2018, le gouvernement a décidé de la mise en œuvre des orientations de la réforme du marché des communications électroniques. Cette réforme consiste à renforcer le cadre de vente des services des opérateurs et à l’adapter aux besoins des consommateurs de revenus modestes ainsi qu’au nouveau contexte des OTT.

Ainsi, la vision phare du gouvernement du Nouveau départ qui est de faire du Bénin la plateforme de service numérique de l’Afrique de l’ouest pour l’accélération de la croissance et l’inclusion sociale, est en train de prendre corps avec la définition des mesures nécessaires à la revalorisation du secteur des communications électroniques en République du Bénin.

Convaincu de ce que l’absence d’investissements dans le secteur entraîne une mauvaise qualité des services et qu’un surcoût de la non qualité est plus important, le gouvernement de veut alors contrôler l’obligation d’investissement dans les réseaux et l’innovation par les opérateurs.

Cette politique qui vise à mieux faire profiter aux populations des services de communication mobile de façon durable est une réponse à la politique des prix tel que pratiquée par les opérateurs actuellement, avec des bonus fictifs qui pénalisent de surcroît le consommateur.

En effet, en relation avec l’Autorité de Régulation des Communications électroniques et de la Poste (ARCEP-Bénin), le gouvernement entend mettre en place un encadrement tarifaire, et gérer de manière efficiente les impacts des services de contournement (OTT) par les moyens propres de chaque opérateur.

Concrètement, cette réforme qui n’a pas pour but de prélever des taxes, mais d’utiliser les leviers de régulation admises au plan communautaire et international pour restructurer le marché des télécommunications, consiste à demander à l’ARCEP de mettre en œuvre les outils de régulation pour la sauvegarde de la pérennité du marché et le développement du numérique suivant la politique sectorielle.

L’opinion devrait donc savoir qu’aucune taxe ne sera appliquée sur les tarifs de consommation des services de télécommunications. Bien au contraire, cette décision permettra d’ouvrir l’accès à tous les réseaux et services, sans discrimination et fait donc droit aux plaidoyers de la jeunesse de disposer de l’internet.

Par Laurent Ajovi

L’article Bénin : Le gouvernement veut plus d’investissements dans le secteur des communications électroniques est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/benin-le-gouvernement-veut-plus-dinvestissements-dans-le-secteur-des-communications-electroniques/feed/ 0
Paris : Les Civic Tech proposent des solutions technologiques répondant à l’urgence démocratique https://www.digitalbusiness.africa/paris-les-civic-tech-proposent-des-solutions-technologiques-repondant-a-lurgence-democratique/ https://www.digitalbusiness.africa/paris-les-civic-tech-proposent-des-solutions-technologiques-repondant-a-lurgence-democratique/#respond Thu, 15 Nov 2018 16:52:13 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=22898 [Digital Business Africa] – Au cours du Forum de Paris sur la Paix qui s’est tenu du 11 au 13 novembre et à l’initiative de la Civic Tech française Make.org, une trentaine d’organisations de la Civic Tech, des Etats, des Villes et des personnalités politiques du monde entier se sont réunis et ont lancé « l’Initiative […]

L’article Paris : Les Civic Tech proposent des solutions technologiques répondant à l’urgence démocratique est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] – Au cours du Forum de Paris sur la Paix qui s’est tenu du 11 au 13 novembre et à l’initiative de la Civic Tech française Make.org, une trentaine d’organisations de la Civic Tech, des Etats, des Villes et des personnalités politiques du monde entier se sont réunis et ont lancé « l’Initiative pour une Démocratie Durable » qui est un large partenariat stratégique pour sauver et pérenniser le modèle démocratique.

D’après le communiqué des initiateurs de cette plateforme, cette démarche a été initiée par les Civic Tech pour engager les États et les Villes à permettre aux citoyens de collaborer au fonctionnement même de leurs institutions, au-delà du processus électoral. En contrepartie, les Civic Tech s’engagent à respecter des critères les rendant compatibles avec les exigences de la confiance citoyenne et de la souveraineté démocratique. L’objectif est de permettre une réappropriation citoyenne des institutions démocratiques qui les protègent, seule manière de pérenniser effectivement la démocratie.

Le 13 novembre, ces entreprises, associations, ONG signataires, ont appelé les gouvernements à démultiplier les modes de participation citoyenne. Tout au long de la journée, des États et Villes ont annoncé leurs soutiens. Des personnalités politiques de premier rang et des citoyens engagés ont manifesté leur soutien à la démarche : Anne Hidalgo, maire de Paris et présidente du C40, Mounir Mahjoubi, secrétaire d’Etat chargé du numérique en France, Audrey Tang, ministre du numérique à Taïwan ou encore Lex Paulson, ancien membre de la campagne de Barack Obama en 2008.

La démocratie est partout dans le monde aux prises avec de puissantes forces contraires : réactionnaires, autoritaires et populistes. C’est aujourd’hui la survie même du modèle démocratique qui est en question, avec un niveau de soutien des citoyens sans cesse plus faible, y compris dans les démocraties censées être les plus solides. Face à cela, les Civic Tech proposent des solutions technologiques et des innovations sociales capables de répondre à l’urgence démocratique du moment.

Selon Axel Dauchez, président de Make.org et à l’initiative de la Charte : « Les démocraties sont partout dans le monde en grand danger. Il faut une véritable rupture. Seul un nouveau pacte entre société civile et gouvernants peut permettre de ramener une majorité de citoyens vers les valeurs démocratiques. »

Selon Audrey Tang, ministre du Numérique de Taiwan et intervenante au sein de la « gOv community » : « L’initiative pour une démocratie durable s’efforce de promouvoir une action collective et un environnement politique et social ouvert, collaboratif et inclusif afin de relever certains des défis les plus redoutables posés par la société d’aujourd’hui. Les démocraties évoluent à la vitesse de la confiance et je suis heureuse de mettre en relation des partenaires internationaux et la communauté dynamique des Civic Tech Taïwanaises vers cet avenir partagé. »

Par Digital Business Africa

L’article Paris : Les Civic Tech proposent des solutions technologiques répondant à l’urgence démocratique est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/paris-les-civic-tech-proposent-des-solutions-technologiques-repondant-a-lurgence-democratique/feed/ 0
Bénin : Les trois finalistes du prix Rfi Challenge App Afrique félicités par Aurélie Adam Soulé https://www.digitalbusiness.africa/benin-les-trois-finalistes-du-prix-rfi-challenge-app-afrique-felicites-par-aurelie-adam-soule/ https://www.digitalbusiness.africa/benin-les-trois-finalistes-du-prix-rfi-challenge-app-afrique-felicites-par-aurelie-adam-soule/#respond Thu, 15 Nov 2018 16:33:47 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=22897 [Digital Business Africa] – Aurélie Adam Soulé Zoumarou, ministre de l’Economie numérique et de la Communication, a reçu à son cabinet, les trois finalistes du prix Rfi Challenge App Afrique, accompagnés du staff du concours. C’était le 13 novembre 2018. Impressionnée par la qualité des projets présentés, le ministre Adam Soulé Zoumarou s’est dite prête à […]

L’article Bénin : Les trois finalistes du prix Rfi Challenge App Afrique félicités par Aurélie Adam Soulé est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] – Aurélie Adam Soulé Zoumarou, ministre de l’Economie numérique et de la Communication, a reçu à son cabinet, les trois finalistes du prix Rfi Challenge App Afrique, accompagnés du staff du concours. C’était le 13 novembre 2018. Impressionnée par la qualité des projets présentés, le ministre Adam Soulé Zoumarou s’est dite prête à les accompagner.

Le ministre se réjouit que ces jeunes se mettent déjà dans une dynamique complémentaire pour initier d’autres types de projets pour le développement et l’intégration africaine. Elle s’engage à mettre en lumière ces projets et leur a d’ailleurs proposé, de se rendre au forum Afritech sur l’agriculture numérique prévu dans les tous prochains jours à Cotonou.

Selon Responsable des magazines de Rfi, Claire Hédon, l’objectif est de soutenir les projets dans le domaine du numérique à travers l’Afrique et que cela fait trois ans que le périple a commencé.

Le concours Prix Rfi Challenge App Afrique qui est à sa 3e édition vise à développer l’internet citoyen en encourageant des projets au service de l’intérêt général. Ce que Claire Hédon et Anne-Cécile Bras de Radio France Internationale (Rfi) ont expliqué au ministre Adam Soulé Zoumarou, lors de cette rencontre. « La première édition s’est penchée sur les questions de santé et la deuxième sur les questions d’éducation », précise-t-elle.

Pour Anne-Cécile Bras, l’intention est de montrer cette Afrique qui innove et qui bouge malgré les difficultés de développement auxquelles elle est confrontée. Elle expose aussi la quintessence des trois projets finalistes qui, à ses dires, ont d’ailleurs tous mérité le prix.

Au regard de l’engagement pris par Aurélie Adam Soulé Zoumarou, on peut conclure que pour la promotion de leurs projets, ces challengers, finalistes du concours, peuvent désormais compter sur le soutien du ministre de l’Economie numérique et de la Communication, séduite par leurs projets. En tout cas, elle ne leur a pas marchandé son soutien.


Par Laurent Adjovi

L’article Bénin : Les trois finalistes du prix Rfi Challenge App Afrique félicités par Aurélie Adam Soulé est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/benin-les-trois-finalistes-du-prix-rfi-challenge-app-afrique-felicites-par-aurelie-adam-soule/feed/ 0
Afrique : Orange opte pour l’accélération de sa stratégie d’opérateur multi-service https://www.digitalbusiness.africa/afrique-orange-opte-pour-lacceleration-de-sa-strategie-doperateur-multi-service/ https://www.digitalbusiness.africa/afrique-orange-opte-pour-lacceleration-de-sa-strategie-doperateur-multi-service/#respond Thu, 15 Nov 2018 16:15:36 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=22891 [Digital Business Africa] –  En marge de l’AfricaCom qui se tient à Cape Town en Afrique du Sud depuis le 13 jusqu’au 15 Novembre 2018, le groupe Orange a présenté ses dernières innovations pour démocratiser l’accès aux smartphones, favoriser l’e-éducation et soutenir l’écosystème des start-up Voici l’intégralité du communiqué d’Orange : Démocratiser l’accès au numérique « Dans […]

L’article Afrique : Orange opte pour l’accélération de sa stratégie d’opérateur multi-service est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] –  En marge de l’AfricaCom qui se tient à Cape Town en Afrique du Sud depuis le 13 jusqu’au 15 Novembre 2018, le groupe Orange a présenté ses dernières innovations pour démocratiser l’accès aux smartphones, favoriser l’e-éducation et soutenir l’écosystème des start-up

Voici l’intégralité du communiqué d’Orange :

Démocratiser l’accès au numérique

« Dans le domaine de la téléphonie comme dans bien d’autres, l’Afrique a sauté une étape
technologique en passant directement au mobile. Les perspectives du marché des
smartphones est exponentielle. On estime qu’au moins 660 millions d’Africains (contre 336
millions en 2016) devraient être équipés d’un smartphone d’ici 20201.
Cette percée s’explique par plusieurs facteurs, dans lesquels Orange est pleinement
mobilisé : le développement du paiement mobile (via le service Orange Money), la
couverture en internet mobile qui se développe fortement (14 pays Orange en 4G) et des
prix plus abordables pour assurer l’accessibilité au plus grand nombre.

Sur ce dernier point Orange innove encore aujourd’hui en s’associant à KaiOS Technologies
pour démocratiser l’accès au digital en Afrique.
Début 2019, les clients africains d’Orange auront accès à une nouvelle catégorie de
téléphones intelligents fonctionnant sous KaiOS, le système d’exploitation de KaiOS
Technologies, qui crée un écosystème émergent de produits et de services numériques à
un prix très attractif.

De plus, les clients pourront utiliser l’assistant digital Google – L’Assistant Google – en
français, en anglais et en arabe pour les aider à surmonter les obstacles en matière de
langue et d’alphabétisation.

Le premier produit qui sera lancé sera un « Smart Feature Phone » 3G, puis suivra une
version 4G plus tard dans l’année. Ces nouveaux téléphones permettront d’accéder aux
applications telles que Twitter, Facebook, You Tube, Google Search, Google Maps et
Google Assistant. Ces téléphones intelligents seront dotés de fonctionnalités avancées
similaires à celles d’un smartphone à un prix abordable.
Cette offre sera disponible dans quasiment tous les pays où le Groupe est présent.

Des cours en ligne de qualité accessibles pour tous et partout

De toutes les révolutions numériques, celle du e-learning est sans doute l’une des plus
structurantes pour l’Afrique. L’enseignement en ligne permettra de former les millions de
professionnels dont le continent a besoin pour prendre en main son développement.
Orange, à travers son programme « Grande école numérique africaine », vise à mobiliser ses infrastructures, ses accès et son expertise pour aider l’Afrique à relever le défi de la
formation des jeunes, notamment dans les métiers porteurs du numérique.
Les premiers partenaires de ce programme sont de grandes institutions françaises, comme
le CNED et les Instituts Universitaires Technologiques, et la start-up OpenClassrooms pour
les cours d’informatique.

Aujourd’hui, Orange annonce un nouveau partenariat avec l’Université Virtuelle de Tunis,
pionnière mondiale de l’enseignement en ligne qui propose des cours numériques à tous les
étudiants tunisiens depuis plus de 10 ans. Ce partenariat vise à favoriser l’accès à leurs cours et formations dans les pays d’Afrique où Orange est présent. Un partenariat analogue sera signé en décembre avec l’Université Virtuelle du Sénégal, autre référence africaine de la formation en ligne.

Repérer, soutenir et accompagner les start-up africaines
Pour la 8ème année consécutive Orange remettra lors de la soirée AfricaCom Awards, son
« Prix Orange de l’Entrepreneur Social en Afrique et au Moyen-Orient ». Ce concours a pour
objectif de récompenser les meilleurs projets de start-up africaines qui permettent
d’améliorer les conditions de vie des populations locales grâce au numérique dans des
domaines tels que l’éducation, la santé, l’agriculture, le paiement mobile ou encore le
développement durable.

La compétition, qui se déroule en deux étapes, s’est tenue dans 17 pays où Orange est
présent. Dans un premier temps, sur 1 304 dossiers reçus, 49 projets innovants sont sortis
gagnants et récompensés dans le pays concerné. Puis 10 projets ont été sélectionnés et
présentés auprès d’un jury international composé de professionnels, investisseurs et
institutions.

C’est mercredi 14 novembre que seront annoncés les 3 lauréats de cette édition 2018. Les
lauréats auront droits à des dotations ainsi qu’un accompagnement pour développer leur
projets. Le Prix spécial contenu, 4e lauréat international, sera dévoilé au même moment.
Pour découvrir les projets récompensés cette année : entrepreneur social 2018
Orange est présent dans 20 pays en Afrique et au Moyen-Orient et compte 119 millions de
clients (au T3 2018). Avec 5 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2017, cette zone est
une priorité stratégique pour le Groupe. Orange Money, son offre de transfert d’argent et de service financiers sur mobile disponible dans 17 pays compte 40,2 millions de clients.
Orange, opérateur multi services, partenaire de référence de la transformation numérique
apporte son savoir-faire pour accompagner le développement de nouveaux services
digitaux en Afrique et au Moyen-Orient.Orange est présent sur le salon AfricaCom sur le stand – Connectivity Hall – stands D1A – D1B – D2A. »

L’article Afrique : Orange opte pour l’accélération de sa stratégie d’opérateur multi-service est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/afrique-orange-opte-pour-lacceleration-de-sa-strategie-doperateur-multi-service/feed/ 0
Algérie : L’Etat veut réglementer la commercialisation des drones https://www.digitalbusiness.africa/algerie-letat-veut-reglementer-la-commercialisation-des-drones/ https://www.digitalbusiness.africa/algerie-letat-veut-reglementer-la-commercialisation-des-drones/#respond Thu, 15 Nov 2018 15:58:53 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=22890 [Digital Business Africa] –  Algérie, les autorités sont actuellement en train d’étudier un projet de loi qui devrait baliser la commercialisation des drones de loisir. D’après Ahmed Kechida, le directeur de la plate-forme technologique du centre de recherche en technologies industrielles (CRTI), qui révèle l’information, « Un projet de loi pour encadrer la mise en […]

L’article Algérie : L’Etat veut réglementer la commercialisation des drones est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] –  Algérie, les autorités sont actuellement en train d’étudier un projet de loi qui devrait baliser la commercialisation des drones de loisir. D’après Ahmed Kechida, le directeur de la plate-forme technologique du centre de recherche en technologies industrielles (CRTI), qui révèle l’information, « Un projet de loi pour encadrer la mise en vente des drones est, actuellement, en cours d’étude. Il est question par ce projet de texte de mettre une cadre juridique à l’activité des drones et à son utilisation. Le projet de loi sur l’utilisation de drones qui suscite l’intérêt de nombreux secteurs notamment ceux de l’audiovisuel et la recherche, constituera une base définissant les mesures réglementaires qui assureront le contrôle de l’usage de cet engin ».

Ce projet de loi intervient dans un contexte sécuritaire de plus en plus tendu, avec la menace terroriste qui s’est de plus en plus précisée ces dernières années. Par le passé, les terroristes ont déjà eu recours à ces outils pour étudier les zones et les mouvements sur les lieux pris pour cible. Ainsi le gouvernement souhaite réguler la commercialisation de ces outils, de manière à définir avec précision quel profil de personnes pourraient se voir autorisés à manipuler un outil aussi sensible.

Ecrit par Jephté TCHEMEDIE

L’article Algérie : L’Etat veut réglementer la commercialisation des drones est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/algerie-letat-veut-reglementer-la-commercialisation-des-drones/feed/ 0
Maroc : La Banque centrale et l’ARNT lancent officiellement des solutions de paiement mobile https://www.digitalbusiness.africa/maroc-la-banque-centrale-et-larnt-lancent-officiellement-des-solutions-de-paiement-mobile/ https://www.digitalbusiness.africa/maroc-la-banque-centrale-et-larnt-lancent-officiellement-des-solutions-de-paiement-mobile/#respond Thu, 15 Nov 2018 15:53:55 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=22889 [Digital Business Africa] – Au Maroc, la Banque centrale Bank Al-Maghrib et l’Agence nationale de régulation des télécommunications (Anrt) ont annoncé le 14 novembre 2018 le lancement officiel des solutions de paiement mobile dans le pays. Le nouveau système baptisé «m-wallet», sera mis en œuvre dès la fin novembre 2018 avec la coordination des banques, […]

L’article Maroc : La Banque centrale et l’ARNT lancent officiellement des solutions de paiement mobile est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] – Au Maroc, la Banque centrale Bank Al-Maghrib et l’Agence nationale de régulation des télécommunications (Anrt) ont annoncé le 14 novembre 2018 le lancement officiel des solutions de paiement mobile dans le pays. Le nouveau système baptisé «m-wallet», sera mis en œuvre dès la fin novembre 2018 avec la coordination des banques, des établissements de paiement, des opérateurs télécoms et HPS Switch.

De manière pratique, les utilisateurs de ce nouveau moyen de paiement pourront émettre des mandats depuis un établissement de paiement, ou encore depuis une banque. Ces opérations électroniques et décentralisées concernent les transferts d’argent de personne à personne (P2P), les opérations de paiement commerçant, ou encore le retrait (Cash out) et dépôt d’espèces (Cash in).

Pour effectuer ces opérations, les utilisateurs de «m-wallet» n’auront tout simplement qu’à renseigner le numéro de téléphone du bénéficiaire, qui doit être forcément détenteur d’un m-wallet. Ce dernier pourra entrer en possession de son mandat dans n’importe quel établissement qui tient le compte de ce bénéficiaire. Pour ce qui est des prévisions de croissance du nouveau service, Bank Al-Maghrib  estime que «m-wallet» devrait, d’ici à 2024, capter 6 millions d’utilisateurs, 51.000 commerçants et un nombre de transactions aux alentours de 1,3 milliard.

Ecrit par Jephté TCHEMEDIE

L’article Maroc : La Banque centrale et l’ARNT lancent officiellement des solutions de paiement mobile est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/maroc-la-banque-centrale-et-larnt-lancent-officiellement-des-solutions-de-paiement-mobile/feed/ 0
Fintech Challenge : Le marocain BCP recherche des startups pour créer ses solutions numériques innovantes https://www.digitalbusiness.africa/fintech-challenge-le-marocain-bcp-recherche-des-startups-pour-creer-ses-solutions-numeriques-innovantes/ https://www.digitalbusiness.africa/fintech-challenge-le-marocain-bcp-recherche-des-startups-pour-creer-ses-solutions-numeriques-innovantes/#respond Thu, 15 Nov 2018 15:39:24 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=22888 [Digital Business Africa] – Le groupe Banque Centrale Populaire (BCP) a annoncé le 14 novembre 2018 le lancement de la première édition de son programme d’innovation baptisé « Fintech Challenge ». « Concrètement, il s’agit de proposer à ces start-up un partenariat mutuellement bénéfique qui repose sur la co-construction et le déploiement de solutions innovantes, en […]

L’article Fintech Challenge : Le marocain BCP recherche des startups pour créer ses solutions numériques innovantes est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] – Le groupe Banque Centrale Populaire (BCP) a annoncé le 14 novembre 2018 le lancement de la première édition de son programme d’innovation baptisé « Fintech Challenge ». « Concrètement, il s’agit de proposer à ces start-up un partenariat mutuellement bénéfique qui repose sur la co-construction et le déploiement de solutions innovantes, en réponse à des problématiques métiers clairement identifiées à l’échelle de la BCP et de ses filiales Banque Atlantique », renseigne le groupe dans un communiqué.

A l’issue de ce programme d’innovation inédit, les start-up sélectionnées auront la possibilité́ de signer un contrat de collaboration avec la BCP. Ces jeunes entreprises bénéficieront, dès lors, de l’accès à de nouveaux marchés, de l’expertise métier d’un groupe financier universel, du potentiel significatif de son écosystème en Afrique ainsi que d’un programme d’accélération dédié. Autant de leviers qui constituent un véritable tremplin pour le développement de leurs activités.

A cet effet, un appel à candidatures est ouvert jusqu’au 23 décembre 2018 sur la plateforme dédiée www.bcpfintech.com, afin d’identifier les start-up les plus prometteuses – d’Afrique et d’ailleurs – qui deviendront des partenaires à part entière du groupe BCP. Cet appel à candidatures du « Fintech Challenge » sera par ailleurs suivi d’un évènement inaugural co- organisé avec Banque Atlantique, le 23 novembre 2018 à Abidjan, sur le thème : « Banque – Start Up : quels modèles de collaboration, pour quels impacts ? ». Les candidats intéressés peuvent obtenir plus de détails sur le site : www.bcpfintech.com

Ecrit par Jephté TCHEMEDIE

L’article Fintech Challenge : Le marocain BCP recherche des startups pour créer ses solutions numériques innovantes est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/fintech-challenge-le-marocain-bcp-recherche-des-startups-pour-creer-ses-solutions-numeriques-innovantes/feed/ 0
L’Ouganda signe un protocole d’accord technologique avec Microsoft https://www.digitalbusiness.africa/louganda-signe-un-protocole-daccord-technologique-avec-microsoft/ https://www.digitalbusiness.africa/louganda-signe-un-protocole-daccord-technologique-avec-microsoft/#respond Wed, 14 Nov 2018 18:33:29 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=22877 [Digital Business Africa] – Le protocole d’accord, signé le 12 novembre 2018 à Kampala, vise à créer un cadre de collaboration fructueuse visant à créer des projets et des initiatives durables et évolutifs qui tireront parti de l’utilisation des technologies et de l’expertise de Microsoft pour transformer le paysage de l’innovation des TIC en Ouganda […]

L’article L’Ouganda signe un protocole d’accord technologique avec Microsoft est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] – Le protocole d’accord, signé le 12 novembre 2018 à Kampala, vise à créer un cadre de collaboration fructueuse visant à créer des projets et des initiatives durables et évolutifs qui tireront parti de l’utilisation des technologies et de l’expertise de Microsoft pour transformer le paysage de l’innovation des TIC en Ouganda pour le développement socio-économique.

Grâce à une approche holistique et durable, les contributions des deux parties répondront à des besoins étroitement liés aux priorités du gouvernement. Il s’agit notamment de soutenir le développement d’applications de la prochaine génération, de développer l’expertise technique pour stimuler l’innovation par le biais du programme Microsoft AppFactory, de soutenir la croissance de l’esprit d’entreprise par l’accès aux outils nécessaires et de soutenir la commercialisation de la propriété intellectuelle en développant un prototype de protocole Internet (IP) en ligne pour la région.

« Nous nous sommes engagés à fournir un soutien technique au ministère des TIC et une orientation nationale en dotant les centres d’innovation du gouvernement d’outils et des compétences nécessaires pour exploiter un écosystème de développeurs du XXIe siècle dans la région », a déclaré Sebuh Haileleul, Directeur national de Microsoft East Africa.

« Il est logique de s’associer à Microsoft, leader dans le domaine de la productivité et des plateformes technologiques car, nous partageons les mêmes objectifs en matière d’autonomisation des organisations et des individus en Ouganda grâce à l’accès à la technologie, ce qui fait finalement de la « Vision 2040 » de l’Ouganda une réalité », a dit pour sa part, Frank Tumwebaze, ministre ougandais des TIC.

Par Gaëlle Massang

L’article L’Ouganda signe un protocole d’accord technologique avec Microsoft est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/louganda-signe-un-protocole-daccord-technologique-avec-microsoft/feed/ 0