Digital Business Africa https://www.digitalbusiness.africa Le Mag des décideurs consacré à l'actualité des TIC, des Télécoms et du Numérique en Afrique Thu, 21 Feb 2019 10:48:39 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.0.3 https://www.digitalbusiness.africa/wp-content/uploads/2018/09/cropped-favion-2-32x32.png Digital Business Africa https://www.digitalbusiness.africa 32 32 L’OIF lance la 4e édition du Prix Francophone de l’innovation dans les médias https://www.digitalbusiness.africa/loif-lance-la-4e-edition-du-prix-francophone-de-linnovation-dans-les-medias%ef%bb%bf/ https://www.digitalbusiness.africa/loif-lance-la-4e-edition-du-prix-francophone-de-linnovation-dans-les-medias%ef%bb%bf/#respond Thu, 21 Feb 2019 08:34:09 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=23846 [Digital Business Africa] – L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Radio France Internationale (RFI) et Reporters sans frontières (RSF) ont annoncé le 6 février 2019 le lancement de la quatrième édition du « Prix francophone de l’innovation dans les médias ». Un appel qui s’adresse à tous les médias (radio, télévision, presse écrite et nouveaux médias) des […]

L’article L’OIF lance la 4e édition du Prix Francophone de l’innovation dans les médias est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] – L’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Radio France Internationale (RFI) et Reporters sans frontières (RSF) ont annoncé le 6 février 2019 le lancement de la quatrième édition du « Prix francophone de l’innovation dans les médias ». Un appel qui s’adresse à tous les médias (radio, télévision, presse écrite et nouveaux médias) des 54 États et gouvernements membres de la Francophonie ayant développé des offres innovantes prenant en compte les nouveaux modes de consommation et d’accès à l’information.

Le prix sera remis le 20 mars 2019, à l’occasion de la Journée internationale de la Francophonie, lors d’une Cérémonie qui se tiendra au siège de l’Organisation internationale de la Francophonie, à Paris. Les lauréats seront désignés par un jury composé de représentants de l’OIF, de RFI et de RSF ainsi que d’autres personnalités du monde des médias francophones. Ils bénéficieront d’une dotation de 10 000 euros (1er Prix), 6 500 euros (2e Prix) et 3 500 euros (3e Prix) destinée à consolider le développement de leur entreprise.

Les candidatures sont ouvertes du 6er février au 1er mars 2019 sur les sites Internet de l’Organisation internationale de la Francophonie, de RFI et de Reporters sans frontières.

Ecrit par Jephté TCHEMEDIE

L’article L’OIF lance la 4e édition du Prix Francophone de l’innovation dans les médias est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/loif-lance-la-4e-edition-du-prix-francophone-de-linnovation-dans-les-medias%ef%bb%bf/feed/ 0
Côte d’Ivoire : L’augmentation des taxes sur les services mobile money suscite la colère des utilisateurs https://www.digitalbusiness.africa/cote-divoire-laugmentation-des-taxes-sur-les-services-mobile-money-suscite-la-colere-des-utilisateurs%ef%bb%bf/ https://www.digitalbusiness.africa/cote-divoire-laugmentation-des-taxes-sur-les-services-mobile-money-suscite-la-colere-des-utilisateurs%ef%bb%bf/#respond Thu, 21 Feb 2019 08:20:51 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=23842 [Digital Business Africa] – En Côte d’Ivoire, au lendemain de l’annonce de l’introduction depuis le 1er janvier 2019 d’une taxe de 7,2% sur les commissions de transferts mobile money, et de sa répercussion depuis le 1er février 2019 sur les tarifs du service à payer par les consommateurs, les voix s’élèvent de plus en plus […]

L’article Côte d’Ivoire : L’augmentation des taxes sur les services mobile money suscite la colère des utilisateurs est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] – En Côte d’Ivoire, au lendemain de l’annonce de l’introduction depuis le 1er janvier 2019 d’une taxe de 7,2% sur les commissions de transferts mobile money, et de sa répercussion depuis le 1er février 2019 sur les tarifs du service à payer par les consommateurs, les voix s’élèvent de plus en plus pour dénoncer cette hausse. Parmi celles-ci, celle de la Confédération des consommateurs de Côte d’Ivoire (COC-CI) qui regroupe 10 associations et fédérations. D’après son président Jean-Baptiste Koffi, cette décision du gouvernement constituera une entrave à l’inclusion financière et une action néfaste sur le pouvoir d’achat des ivoiriens. Ceci, au moment où les transactions par Mobile Money connaissent une expansion dans le pays.

« Les frais des transactions monétaires via la téléphonie mobile (paiements ou transferts d’argent) ont augmenté de 7,2% en 2019. Cela revient beaucoup plus cher aux consommateurs d’utiliser un service accessible qui a commencé à entrer dans nos habitudes. Le taux de bancarisation demeure encore faible dans le pays, avec moins de 20 personnes sur 100 titulaires d’un compte bancaire. Cette décision est un mauvais signal pour le coût de la vie en général et surtout un facteur limitant pour l’inclusion financière tant souhaitée par l’Etat lui-même », explique Jean-Baptiste Koffi.

Notons en rappel que depuis le 1er février 2019, les tarifs de transfert d’argent par téléphone mobile en Côte d’Ivoire ont augmenté de 7,2%. Selon l’Union nationale des télécommunications (Unetel), cette hausse est la résultante d’une nouvelle mesure du gouvernement visant à taxer ces transactions, justement à hauteur de 7,2% sur le montant des commissions payée. Selon l’Unetel, il s’agit d’une «hausse proportionnelle» que  les entreprises ont choisi d’appliquer aux transactions pour couvrir de nouvelles taxes spécifiques que l’Etat exige des sociétés de téléphone et des entreprises de transfert d’argent par téléphone mobile.

Déjà, en 2018, cette mesure avait été introduite dans le projet de loi de finance. Suite à une levée de bouclier du patronat et des associations de consommateurs, le gouvernement avait finalement fait machine arrière…en attendant de trouver la bonne formule pour finalement faire passer la pilule en 2019, sans trop de remous.

Ecrit par Jephté TCHEMEDIE

L’article Côte d’Ivoire : L’augmentation des taxes sur les services mobile money suscite la colère des utilisateurs est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/cote-divoire-laugmentation-des-taxes-sur-les-services-mobile-money-suscite-la-colere-des-utilisateurs%ef%bb%bf/feed/ 0
Côte d’Ivoire : Digital Afrique Telecom (DAT) lance un système de cartes à puce et de billetterie pour plus de 700 bus https://www.digitalbusiness.africa/cote-divoire-digital-afrique-telecom-dat-lance-un-systeme-de-cartes-a-puce-et-de-billetterie-pour-plus-de-700-bus/ https://www.digitalbusiness.africa/cote-divoire-digital-afrique-telecom-dat-lance-un-systeme-de-cartes-a-puce-et-de-billetterie-pour-plus-de-700-bus/#respond Thu, 21 Feb 2019 08:11:44 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=23839 [Digital Business Africa] –En Côte d’Ivoire, Digital Afrique Telecom (DAT) a annoncé le 11 février 2019 le lancement réussi d’un système de carte à puce et de billetterie permettant aux usagers des transports publics ivoiriens de monter à bord de plus de 700 bus par jour grâce aux cartes sans contact. Cette billetterie intelligente permet […]

L’article Côte d’Ivoire : Digital Afrique Telecom (DAT) lance un système de cartes à puce et de billetterie pour plus de 700 bus est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] –En Côte d’Ivoire, Digital Afrique Telecom (DAT) a annoncé le 11 février 2019 le lancement réussi d’un système de carte à puce et de billetterie permettant aux usagers des transports publics ivoiriens de monter à bord de plus de 700 bus par jour grâce aux cartes sans contact. Cette billetterie intelligente permet à chaque passager de la SOTRA, la compagnie locale de bus d’Abidjan, d’acheter et de recharger une carte à puce en ligne sur la plateforme DAT.

« Le système de billetterie intelligente est l’exemple vivant de la révolution numérique que nous allons déclencher chez Digital Afrique Telecom. Les Ivoiriens et les Africains méritent de bénéficier du pouvoir de la technologie grâce à des solutions innovantes qui peuvent améliorer leur vie quotidienne et l’industrie des transports en fait désormais partie », explique Simplice Anoh, CEO de DAT. On apprend également de lui que les cartes à puce peuvent être rechargées à l’aide de n’importe quel service de paiement mobile ainsi que des porte-monnaie électroniques bancaires disponibles en Côte d’Ivoire via une interface conviviale. Le système est interopérable et offre un accès USSD, App et Web, avec des options OTC aux points de vente SOTRA. DAT a également installé des validateurs compatibles NFC pour les applications sans contact.

Selon un communiqué de la DAT, cette solution permet à la SOTRA de contrôler les revenus générés par chacun des 700 bus qui utilisent actuellement le système. La SOTRA prévoit d’équiper 1 000 bus avec cette solution d’ici fin 2019. La plateforme de billetterie DAT comprend également une fonction événementielle permettant de gérer les billets pour les matchs de football ou les concerts. Les organisateurs disposent désormais d’un outil pour contrôler leurs revenus et garantir le retour sur investissement.

Ecrit par Jephté TCHEMEDIE

L’article Côte d’Ivoire : Digital Afrique Telecom (DAT) lance un système de cartes à puce et de billetterie pour plus de 700 bus est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/cote-divoire-digital-afrique-telecom-dat-lance-un-systeme-de-cartes-a-puce-et-de-billetterie-pour-plus-de-700-bus/feed/ 0
Visa étend son programme Fintech Fast-Track à l’Afrique, au Moyen-Orient et à l’Europe centrale et orientale https://www.digitalbusiness.africa/visa-etend-son-programme-fintech-fast-track-a-lafrique-au-moyen-orient-et-a-leurope-centrale-et-orientale%ef%bb%bf/ https://www.digitalbusiness.africa/visa-etend-son-programme-fintech-fast-track-a-lafrique-au-moyen-orient-et-a-leurope-centrale-et-orientale%ef%bb%bf/#respond Thu, 21 Feb 2019 08:07:02 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=23836 [Digital Business Africa] – Le groupe financier Visa a annoncé le 14 février 2019 le lancement de son programme Fintech Fast-Track en Europe centrale et orientale, au Moyen-Orient et en Afrique : « Dans le cadre des différents efforts qu’elle mène afin de développer une toute nouvelle génération de solutions numériques de paiement, vient d’étendre aujourd’hui son […]

L’article Visa étend son programme Fintech Fast-Track à l’Afrique, au Moyen-Orient et à l’Europe centrale et orientale est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] – Le groupe financier Visa a annoncé le 14 février 2019 le lancement de son programme Fintech Fast-Track en Europe centrale et orientale, au Moyen-Orient et en Afrique : « Dans le cadre des différents efforts qu’elle mène afin de développer une toute nouvelle génération de solutions numériques de paiement, vient d’étendre aujourd’hui son programme Fintech Fast-Track à toute la région Europe centrale et orientale, mais aussi au Moyen-Orient et en Afrique (CEMEA) », explique le groupe qui ajoute : « Dans moins de quatre semaines, toutes les fintech présentes au niveau régional, seront habilitées à se connecter au réseau de paiement de Visa en collaboration avec le partenaire régional GTP, fournisseur de services d’émission prépayés pour l’Afrique subsaharienne ».

Déjà déployé en Europe, en Amérique latine et en Asie-Pacifique, ce programme est capable de fournir aux fintech un processus d’intégration beaucoup plus rapide et nettement plus simple, et ce grâce à VisaNet, le réseau mondial de Visa, qui fait appel à toute une suite de solutions numériques et de capacités de croissance qui sont parfaitement adaptées. Grâce au programme Visa Fast-Track, les fintech installées au niveau de la région CEMEA pourront désormais intégrer le réseau mondial de Visa en l’espace d’à peine quatre semaines.

Selon Visa, ce programme a été conçu pour répondre aux besoins des fintechs, tout en s’adaptant à leurs réalités et tout en leur fournissant des processus beaucoup plus rapides, qui permettent de réduire le nombre des conditions liées à l’intégration. Le programme est également capable de relier les différents fintechs à des plates-formes déjà certifiées par Visa, mais aussi de les connecter aux banques commanditaires, leur offrant ainsi des possibilités d’extension réelles via le réseau mondial de Visa. Pour participer au Programme, les fintechs sont invitées à s’inscrire en ligne sur le site Web du programme  www.visa.com/fintechcemea.

Ecrit par Jephté TCHEMEDIE

L’article Visa étend son programme Fintech Fast-Track à l’Afrique, au Moyen-Orient et à l’Europe centrale et orientale est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/visa-etend-son-programme-fintech-fast-track-a-lafrique-au-moyen-orient-et-a-leurope-centrale-et-orientale%ef%bb%bf/feed/ 0
Égypte : Adel Hamed prend les commandes de Telecom Egypt https://www.digitalbusiness.africa/egypte-adel-hamed-prend-les-commandes-de-telecom-egypt/ https://www.digitalbusiness.africa/egypte-adel-hamed-prend-les-commandes-de-telecom-egypt/#respond Thu, 21 Feb 2019 07:49:19 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=23832 [Digital Business Africa] – En Égypte, le gouvernement a procédé à une vaste réorganisation  du Conseil d’administration de l’opérateur Egypt Telecom, qu’il détient à 80%. Il en ressort principalement la nomination de l’ingénieur Adel Hamed au poste de directeur général, en remplacement d’Ahmed El Beheiry. «Le conseil d’administration a choisi Adel Hamed au poste de […]

L’article Égypte : Adel Hamed prend les commandes de Telecom Egypt est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] – En Égypte, le gouvernement a procédé à une vaste réorganisation  du Conseil d’administration de l’opérateur Egypt Telecom, qu’il détient à 80%. Il en ressort principalement la nomination de l’ingénieur Adel Hamed au poste de directeur général, en remplacement d’Ahmed El Beheiry. «Le conseil d’administration a choisi Adel Hamed au poste de directeur général en raison de sa longue expérience et de ses antécédents éprouvés pour guider la société vers la transformation numérique. Les références de Hamed et son rôle clé dans les systèmes de gros et internationaux de câble de Telecom Egypt en tant que directeur des ventes internationales et de la vente en gros le positionnent comme le candidat idéal pour capitaliser sur les actifs de Telecom Egypt afin de mettre en œuvre la stratégie de transformation numérique. Je tiens à remercier les anciens membres du conseil d’administration de Telecom Egypt pour leurs efforts en vue d’apporter une valeur ajoutée à la société et M. Ahmed El Beheiry d’avoir dirigé avec succès la société dans sa transformation en opérateur de télécommunications total », déclare Magued Osman, le président de Telecom Egypt.

En réaction à sa nomination, Adel Hamed a dit se réjouir « de consacrer toute mon énergie à conduire cette entreprise déjà prospère à son potentiel. C’est un moment important dans l’évolution du secteur des télécommunications et je compte sur une équipe formidable de Telecom Egypt pour veiller à saisir les opportunités et à renforcer notre force. Je tiens également à remercier la direction générale de Telecom Egypt et tous les anciens PDG, en particulier M. Ahmed El Beheiry, qui a déployé des efforts considérables pour développer la société dans ses unités commerciales. C’est pour moi une grande responsabilité de poursuivre les efforts des autres à la lumière de la stratégie de longue date de Telecom Egypt ».

Notons que pour le gouvernement Egyptien, cette décision est conforme au plan visant à accélérer l’initiative nationale de transformation numérique, dans laquelle Telecom Egypt a un rôle stratégique à jouer pour faciliter et accélérer cette transformation pour le pays. En outre, les nouvelles sources de revenus générées par le projet devraient renforcer le potentiel de croissance organique de la société.

Ecrit par Jephté TCHEMEDIE

L’article Égypte : Adel Hamed prend les commandes de Telecom Egypt est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/egypte-adel-hamed-prend-les-commandes-de-telecom-egypt/feed/ 0
Mauritanie : Le régulateur relance l’appel d’offres pour l’acquisition des licences 2G/3G/4G https://www.digitalbusiness.africa/mauritanie-le-regulateur-relance-lappel-doffres-pour-lacquisition-des-licences-2g-3g-4g%ef%bb%bf/ https://www.digitalbusiness.africa/mauritanie-le-regulateur-relance-lappel-doffres-pour-lacquisition-des-licences-2g-3g-4g%ef%bb%bf/#respond Thu, 21 Feb 2019 03:57:45 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=23829 En Mauritanie, les opérateurs télécoms en exercice sur le marché ou non sont invités une nouvelle fois à soumissionner à un appel d’offres de l’Art pour la 2G, 3G et 4G

L’article Mauritanie : Le régulateur relance l’appel d’offres pour l’acquisition des licences 2G/3G/4G est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] – En Mauritanie, les opérateurs télécoms en exercice sur le marché ou non sont invités une nouvelle fois à soumissionner à un appel d’offres de l’Autorité de régulation des télécommunications (Art) pour la fourniture de services de communications mobiles de deuxième, troisième et quatrième génération (2G/3G/4G).

Selon le régulateur, l’appel d’offres vise deux types de licences : « Des licences dites 4G, permettant d’utiliser les technologies 4G pour la fourniture de services de communications électroniques aux profits des opérateurs détenteurs de licences 2G/3G en Mauritanie (le Mauritano-marocain Mauritel, le Mauritano-tunisien Mattel et le Mauritano-soudanais Chinguitel); Une licence dite 2G/3G/4G à un nouvel opérateur lui permettant d’utiliser les technologies 2G/3G/4G, pour la fourniture de services de communications électroniques en Mauritanie ».

Notons en rappel qu’en octobre 2018, le régulateur mauritanien avait déjà lancé ce même appel d’offres. Seulement, l’appel n’avait pas suscité l’intérêt de la part des opérateurs. A l’époque, certains avançaient des coûts jugés trop élevés par les opérateurs. Certainement, quatre mois plus tard, cette réticence a certainement été prise en compte par les autorités de régulation. Si ce nouvel appel d’offres venait à être souscrit, ce serait la première fois que la 4G sera disponible en Mauritanie.

Ecrit par Jephté TCHEMEDIE

L’article Mauritanie : Le régulateur relance l’appel d’offres pour l’acquisition des licences 2G/3G/4G est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/mauritanie-le-regulateur-relance-lappel-doffres-pour-lacquisition-des-licences-2g-3g-4g%ef%bb%bf/feed/ 0
Le Bénin veut acquérir un progiciel de gestion des ressources humaines et de la paie https://www.digitalbusiness.africa/le-benin-veut-acquerir-un-progiciel-de-gestion-des-ressources-humaines-et-de-la-paie/ https://www.digitalbusiness.africa/le-benin-veut-acquerir-un-progiciel-de-gestion-des-ressources-humaines-et-de-la-paie/#respond Fri, 15 Feb 2019 07:33:30 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=23808 [Digital Business Africa] – Progressivement, le gouvernement du Nouveau Départ au Bénin prend des mesures pour gagner lepari d’une meilleure transparence dans la gestion du personnel et la carrière. Lors du conseil des ministres du 13 février 2019, il a été demandé aux ministres en charge de la Gestion des Ressources humaines et de la […]

L’article Le Bénin veut acquérir un progiciel de gestion des ressources humaines et de la paie est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] – Progressivement, le gouvernement du Nouveau Départ au Bénin prend des mesures pour gagner lepari d’une meilleure transparence dans la gestion du personnel et la carrière.

Lors du conseil des ministres du 13 février 2019, il a été demandé aux ministres en charge de la Gestion des Ressources humaines et de la Paie de poursuivre les négociations pour la mise en œuvre effective du Système intégré de Gestion des Ressources humaines et de la Paie (SIGRHP) dans le cadre du 11ème FED.

Il leur a été demandé, dans un souci d’optimisation, l’acquisition d’un progiciel avec une option de déconcentration de la gestion des ressources humaines au profit des services centraux des ministères sectoriels.

C’est en effet depuis Octobre 2017 que le Gouvernement du Nouveau départ a engagé, avec le soutien de l’Union européenne, l’étude de faisabilité pour la conception d’un système intégré de gestion des ressources humaines et de la paie en vue du renforcement du système des finances publiques.


COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 13 FÉVRIER 2019 AU BÉNIN

Cette étude, déclinée en cinq volets, vise à appréhender la gestion des ressources humaines de l’Etat et des finances publiques dans leur globalité. Il s’agit aussi de  proposer des options de mise en place d’un système intégré. Des résultats du volet 1 de cette étude relative à la gestion des ressources humaines et de la paie, il ressort que l’informatisation de ce système de gestion s’appuie sur des logiciels sans une coordination et une intégration des services concernés. D’où la recommandation du conseil des ministres d’acquérir un progiciel avec une option de déconcentration.

Il est important de mentionner que Patrice Talon qui s’était déjà engagé à la dématérialisation des services publics a déjà à son compteur la dématérialisation des actes administratifs d’avancement et de la fiche de paie. Avec cette décision du conseil des ministres, la mue de la gestion des personnels de l’Etat se poursuit et le gouvernement béninois reste déterminé à moderniser l’administration dans tous ses compartiments.

Par Laurent Adjovi

L’article Le Bénin veut acquérir un progiciel de gestion des ressources humaines et de la paie est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/le-benin-veut-acquerir-un-progiciel-de-gestion-des-ressources-humaines-et-de-la-paie/feed/ 0
Cameroun : En 2019, Philémon Zoo Zame songe au « recouvrement forcé » des amendes de MTN et d’Orange https://www.digitalbusiness.africa/cameroun-en-2019-philemon-zoo-zame-songe-au-recouvrement-force-des-amendes-de-mtn-et-dorange/ https://www.digitalbusiness.africa/cameroun-en-2019-philemon-zoo-zame-songe-au-recouvrement-force-des-amendes-de-mtn-et-dorange/#respond Thu, 14 Feb 2019 16:58:33 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=23782 [Digital Business Africa] – MTN Cameroon, la filiale du groupe télécoms sud-africain MTN International, avait écopé d’une amende d’un montant de 6,6 millions de dollars (environ 3,5 milliards de FCfa) en septembre 2017. En plus de cette amende infligée par l’Agence de régulation des télécommunications (ART), le régulateur télécoms avait réduit d’un an la concession de […]

L’article Cameroun : En 2019, Philémon Zoo Zame songe au « recouvrement forcé » des amendes de MTN et d’Orange est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] – MTN Cameroon, la filiale du groupe télécoms sud-africain MTN International, avait écopé d’une amende d’un montant de 6,6 millions de dollars (environ 3,5 milliards de FCfa) en septembre 2017. En plus de cette amende infligée par l’Agence de régulation des télécommunications (ART), le régulateur télécoms avait réduit d’un an la concession de MTN Cameroon de 15 ans accordée en mars 2015. Motif de ces sanctions, manquement aux obligations liées au processus d’identification des abonnés mobiles et à l’usage inapproprié des fréquences radioélectriques. 

Plus d’un an plus tard, MTN Cameroon n’a toujours pas payé cette amende d’environ 3,5 milliards de F.Cfa. En 2019, l’Agence de régulation des télécommunications, après plus d’un an de sensibilisation des dirigeants de MTN au Cameroun, envisage de procéder au recouvrement forcé de ces créances. C’est en effet ce qu’a proposé le directeur général de l’ART, Philémon Zoo Zame, à ses collaborateurs le 07 février 2019 alors qu’il recevait les vœux de bonne année de son personnel. « Notre défi est de veiller à ce que l’ensemble des engagements financiers pris en 2019 n’excèdent pas nos ressources propres. A cet égard, je vous invite à une gestion plus rigoureuse et à une exploitation effective de toutes les sources de gain possible,  notamment le recouvrement forcé de nos créances », a indiqué Philémon Zo’o Zame à ses collaborateurs.

Parmi les défis à relever en 2019 « le paiement des  redevances d’utilisation des fréquences par les opérateurs titulaires de concession et les représentions diplomatiques  ainsi que des pénalités infligés aux opérateurs  restent une préoccupation majeure », a noté le DG.

Le DG a néanmoins salué les efforts de son personnel pour l’amélioration du taux de recouvrement des autres créances dues au régulateur télécoms. « C’est le résultat des options prises dès mon arrivée à la tête de l’Agence pour l’assainissement de la situation financière qui devait se traduire notamment par une politique de l’Agence assise sur ses moyens propres et disponibles. Je saisis cette occasion pour féliciter une fois de plus chacun de vous pour son implication dans l’atteinte de ces résultats », a déclaré le DG.

L’exemple du Nigeria

Parmi ces options prise par le DG de l’ART, les fréquentes rencontres et rappels des opérateurs concernés par ces amendes et pénalités. Au sujet de MTN Cameroon par exemple, en février 2018, alors qu‘il recevait le directeur général par intérim de MTN Cameroon, Saim Yaksan, Philémon Zoo Zame lui avait rappelé la nécessité de payer ces amendes. Idem les 05 et 06 décembre 2018 lorsque le régulateur avait invité l’ensemble des opérateurs Camtel, Orange, MTN, et Viettel, eux aussi concernés par ces amendes,  à payer leurs amendes et régulariser leur situation vis-à-vis du régulateur télécoms. Orange, Camtel et Viettel sont également dans la même situation et n’ont toujours pas réglé leurs amendes et pénalités.

Au Nigeria, MTN qui avait été sanctionné pour les mêmes motifs et avait payé son amende après des négociations. Le 26 décembre 2016 le ministre nigérian des Communications, Adebayo Shittu, via l’agence d’informations officielle du Nigeria (NAN), avait annoncé que la filiale nigériane de l’opérateur de télécommunications sud-africain MTN avait été condamné à payer une amende de 330 milliards de nairas pour n’avoir pas avoir désactivé des cartes SIM anonymes sur injonction du régulateur avait déjà payé 80 milliards de nairas. Soit environ un quart du montant total de l’amende.

Cette amende avait été fixée initialement à environ 5,2 milliards de dollars par le régulateur. En décembre de la même année, ce montant a été revu à la baisse pour être fixé à 3,9 milliards de dollars. Finalement, après de nouvelles négociations, la NCC avait concédé à l’opérateur une nouvelle réduction, cette fois à 1,7 milliards de dollars, payable en six tranches étalées sur trois ans. Réductions intervenues grâce à une implication du chef de l’Etat, Muhammadu Buhari. Sur les 330 milliards de nairas (924 millions de dollars US) représentant l’amende que devait finalement régler l’opérateur de téléphonie mobile, 110 milliards de nairas (308 millions de dollars US) avaient déjà été versés au 13 février 2018. Umar Garba Danbatta, le vice-président exécutif de la Commission des communications du Nigeria (NCC) qui l’indiquait avait précisé que selon le calendrier de paiement, en décembre 2018, MTN Nigeria aurait déjà réglé toute sa dette.

Au Cameroun, çà traîne encore !

Si au Nigeria, MTN a réglé ses paiements, au Cameroun, cela traîne encore. Interrogé par Digital Business Africa à ce sujet le 31 janvier 2019, Henrik Kasteel, le DG de MTN Cameroon, s’était plutôt montré ouvert pour le règlement de ces pénalités, mais en concertations préalables avec le régulateur. « Si on doit quelque chose au régulateur, il faut régler cela. Une expression française dit : ’’les bons comptes font des bons amis’’. Mais, il faut être sûr que l’on se comprend sur quoi et sur comment. Si c’est avéré comme vous le dites qu’il y a des pénalités ou pas. Si on doit régler des choses, on les règle. C’est ce que font les entreprises citoyennes et transparentes », avait répondu le DG de MTN Cameroon.

D’autres sources font état des recours que MTN et Orange auraient introduit en septembre 2018 auprès des autorités publiques camerounaises. Les récentes déclarations du DG de l’ART donnent un aperçu de la réponse accordée à ces recours.

Par Digital Business Africa

L’article Cameroun : En 2019, Philémon Zoo Zame songe au « recouvrement forcé » des amendes de MTN et d’Orange est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/cameroun-en-2019-philemon-zoo-zame-songe-au-recouvrement-force-des-amendes-de-mtn-et-dorange/feed/ 0
Cameroun : Diamond Business Technologies de Georges Mpoudi Ngole lance Cowork Africa à Douala https://www.digitalbusiness.africa/cameroun-diamond-business-technologies-de-georges-mpoudi-ngole-lance-cowork-africa-a-douala/ https://www.digitalbusiness.africa/cameroun-diamond-business-technologies-de-georges-mpoudi-ngole-lance-cowork-africa-a-douala/#respond Thu, 14 Feb 2019 16:35:40 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=23781 [Digital Business Africa] – L’entreprise Diamond Business Technologies a procédé à l’ouverture officielle du centre « Cowork.Africa », le 13 février 2019 à Douala. Il s’agit d’un espace de co-working, doublé d’un tech hub, qui permet aux entreprises de toutes les tailles, notamment les Très petites entreprises (TPE), les Petites et moyennes entreprises (PME) et […]

L’article Cameroun : Diamond Business Technologies de Georges Mpoudi Ngole lance Cowork Africa à Douala est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] – L’entreprise Diamond Business Technologies a procédé à l’ouverture officielle du centre « Cowork.Africa », le 13 février 2019 à Douala. Il s’agit d’un espace de co-working, doublé d’un tech hub, qui permet aux entreprises de toutes les tailles, notamment les Très petites entreprises (TPE), les Petites et moyennes entreprises (PME) et les grandes entreprises, d’avoir un espace de rencontre et de productivité alignés aux standards des entreprises modernes.

Par cette initiative, la ville de Douala devient ainsi la première ville du Cameroun à se doter d’un centre de co-working numérique moderne aux standards internationaux. En créant cet espace, le Président et fondateur de la plateforme, Georges Mpoudi Ngole, répond aux besoins des petites entreprises, en particulier des startups. Notamment celui d’accroître leur potentiel et d’être plus performantes via le digital.

La salle de réunion de Cowork Africa
La confiance se construit par un cadre de travail ; nous avons pensé que créer un espace où les entreprises peuvent être valorisées et recevoir leurs clients dans les meilleures conditions, va favoriser plus de business et l’accélérationGeorges Mpoudi Ngolè

« On s’est rendu compte qu’il y a un double besoin aujourd’hui, la professionnalisation et la digitalisation. Nos entreprises sur la place camerounaise, n’utilisent pas encore suffisamment le digital pour améliorer leur productivité. Mais avant même d’arriver au digital, l’élément qui permet de faire des affaires c’est la confiance», indique-t-il avant de poursuivre : « La confiance se construit par un cadre de travail ; nous avons pensé que créer un espace où les entreprises peuvent être valorisées et recevoir leurs clients dans les meilleures conditions, va favoriser plus de business et l’accélération ».

La capacité totale de cet espace est de 82 places. Les espaces bureaux à louer se limitent à 30. La location d’un bureau est de  2.500Fcfa l’heure. Mais, sur la journée, les responsables de Cowork.Africa retiennent 10.000Fcfa pour le bureau partagé jusqu’à 35.000Fcfa la journée pour le bureau le plus cher (espace fermé à clé).

Présente au lancement de la plateforme, la secrétaire générale au Ministère des Petites et moyennes entreprises de l’Economie sociale et de l’Artisanat (Minpmeesa) du Cameroun a encouragé l’initiative. « L’ouverture d’un tel espace va favoriser la professionnalisation des jeunes porteurs de projets. De plus, sa spécificité c’est qu’il est dans le domaine du numérique et actuellement il est impossible de se passer du numérique », a alors affirmé Marthe Chantal Mbajon Ndjepang.

Par Digital Business Africa

L’article Cameroun : Diamond Business Technologies de Georges Mpoudi Ngole lance Cowork Africa à Douala est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/cameroun-diamond-business-technologies-de-georges-mpoudi-ngole-lance-cowork-africa-a-douala/feed/ 0
Cameroun : Les cinq principaux défis de Philémon Zoo Zame pour la performance de l’ART en 2019 https://www.digitalbusiness.africa/cameroun-les-cinq-principaux-defis-de-philemon-zoo-zame-pour-la-performance-de-lart-en-2019%ef%bb%bf/ https://www.digitalbusiness.africa/cameroun-les-cinq-principaux-defis-de-philemon-zoo-zame-pour-la-performance-de-lart-en-2019%ef%bb%bf/#respond Thu, 14 Feb 2019 15:23:13 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=23775 [Digital Business Africa] – Le directeur général de l’ART, Philémon Zoo Zame, a reçu les vœux de nouvel an de ses collaborateurs le 07 février 2019 au nouveau siège de l’agence à Bastos.  Occasion pour le Dg de fixer le cap de la nouvelle année, sans toutefois oublier de jeter un bref regard dans le […]

L’article Cameroun : Les cinq principaux défis de Philémon Zoo Zame pour la performance de l’ART en 2019 est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] – Le directeur général de l’ART, Philémon Zoo Zame, a reçu les vœux de nouvel an de ses collaborateurs le 07 février 2019 au nouveau siège de l’agence à Bastos.  Occasion pour le Dg de fixer le cap de la nouvelle année, sans toutefois oublier de jeter un bref regard dans le rétroviseur pour évaluer les évolutions et réformes engagées en 2018.

Pour le DG, le bilan des activités de l’année 2018 présenté par Silvestre Noubisse, porte-parole du personnel, est fort éloquent. « En réalité le mérite de ces réalisations revient à chacun de nous. Sans le travail et l’investissement au quotidien de l’ensemble du personnel, ces projets n’auraient pu être réalisés. Sachez que votre engagement est précieux et qu’il est apprécié à sa juste valeur. C’est le lieu pour moi d’exprimer ma gratitude à chacun de vous pour votre travail assidu, votre franche collaboration et votre implication effective à divers niveaux pour la réussite des missions qui nous sont assignées. Je vous exhorte à continuer dans la même lancée », a déclaré Philémon Zoo Zame à ses collaborateurs.

Toutefois, le DG leur a indiqué que des défis demeurent et qu’ils doivent les surmonter ensemble. Philémon Zoo Zame en énumère cinq principaux : L’ART n’a pas encore réussi à complètement corriger la perception que les consommateurs ont de la qualité de service des réseaux de communications électroniques dans notre pays ; le paiement des  redevances d’utilisation des fréquences par les opérateurs titulaires de concession et les représentions diplomatiques  ainsi que des pénalités infligés aux opérateurs  restent une préoccupation majeure ; le respect des obligations en matière d’identification des abonnés  par les opérateurs est loin d’être optimal; l’évaluation de l’exploitation des équipements de contrôle montre qu’ils n’ont pas encore atteint leur niveau de plein emploi. Enfin, les stratégies et outils de régulation de l’ART doivent connaître une adaptation eu égard au développement rapide de nouveaux services, ce qui est n’est pas sans contrainte.

Philémon Zoo Zame reconnaît en effet que les populations attendent beaucoup du secteur des télécoms. « Elles attendent de voir les signaux positifs de la bonne santé de notre économie notamment à travers l’amélioration de la qualité de service offerte et du taux de couverture du réseau. Elles attendent recevoir des services innovants qui répondent à leurs besoins. L’Agence doit par conséquent être à l’écoute  des consommateurs et s’assurer que le marché répond à leurs  aspirations légitimes. L’Agence doit  veiller à ce que toutes les barrières à l’entrée du marché soient levées », indique le DG.

Il ne manque pas de rappeler que « les communications électroniques constituent une porte ouverte sur le monde, un outil de productivité pour les entreprises et les administrations, un facteur de croissance pour notre pays ». Tout en citant le discours de fin d’année du président de la République, Paul Biya. Le président déclarait alors qu’«il est indispensable que nous fassions davantage pour intégrer le numérique dans le fonctionnement de nos services publics et de notre économie. La société digitale qui s’annonce n’attendra pas les retardataires ». Et le DG d’inviter ses collaborateurs à œuvrer pour que le vœu du président soit une réalité.

Des contrats de performance

Pour cela et dans une optique de pilotage par la performance, Philémon Zoo Zame a innové cette année 2019. Après le vaste redéploiement des effectifs décidé par le conseil d’administration en décembre 2018, il a assigné des objectifs et des résultats à atteindre à chaque structure de l’ART. Cela s’est matérialisé par la signature des contrats de performance entre le directeur général  et chaque chef de structure. « Ce contrat engage chaque personnel de la structure corrélativement à son niveau de responsabilité  et servira de base à l’évaluation des performances du personnel et des services. Je saisis cette occasion pour réitérer les prescriptions qui servent de socle aux valeurs essentielles pour l’atteinte de nos objectifs: la présence effective au poste, la discipline et l’engagement total au travail. Afin de renforcer des mesures visant à s’assurer du respect des règles de discipline, un nouveau dispositif de contrôle d’accès sera mis en place », a prescrit Philémon Zoo Zame.

Toujours dans l’optique de parvenir à des résultats probants et en répondant aux doléances du personnel de l’ART, le DG s’est engagé à poursuivre les actions déjà initiées en vue d’améliorer les conditions de travail de l’ensemble du personnel. « Ensemble, nous allons les analyser pour y apporter des solutions appropriées.  Déjà, s’agissant des primes j’ai instruis une mission de benchmark dans certains établissements comparables au nôtre (CNPS, FEICOM, l’ANTIC, etc) dont les résultats nous donneront des indications utiles à l’élaboration de propositions à soumettre au Conseil d’Administration. Avec la mise en œuvre des résolutions du Conseil d’administration relative à l’assainissement du fichier du personnel, les questions relatives aux avancements et reclassements connaîtront des avancées », a annoncé Philémon Zoo Zame.

Par Digital Business Africa

Libres propos de Philémon Zoo Zame : comment seront adressés les défis identifiés à l’ART

Philémon Zoo Zame, directeur général de l’Agence de régulation des télécommunications (ART) du Cameroun.

« En premier lieu, l’Agence ambitionne de poursuivre et d’intensifier les concertations engagées avec les acteurs du secteur. A mon sens, le dialogue est un facteur essentiel à la résolution rapide des problèmes auxquels le secteur est confronté.

En second lieu, dans le souci d’optimiser l’utilisation des équipements de contrôle de la qualité de service et de contrôle de l’utilisation des fréquences, nous allons poursuivre et renforcer la mise en œuvre des mesures visant à accroître leur exploitation. 

Dans la même veine, les activités de pose de la fibre optique feront l’objet d’une attention particulière pour s’assurer qu’elles sont conformes aux bonnes pratiques et aux normes en la matière.

En troisième lieu, l’étude sur la valeur numérique de la fréquence radioélectrique sera réalisée à l’effet de valider, définitivement je l’espère, la méthode de calcul de redevances d’utilisation de fréquences dans notre pays et de permettre à l’Agence d’avoir une meilleure maitrise de ses recettes.

En quatrième lieu, les conclusions et recommandations  sur l’assainissement du personnel seront mises en œuvre. La fiabilisation du fichier du personnel permettra à l’Agence d’avoir une meilleure visibilité sur les qualifications et les compétences de chaque agent en vue d’une juste reclassification et, le cas échéant, la reconversion de certains employés au métier de régulation ou aux métiers support pour accroître la productivité de l’Agence. L’enjeu est de taille : l’Agence doit constamment avoir les moyens humains adéquats pour efficacement remplir ses missions.

En cinquième lieu, nous entendons finaliser la mise en conformité de nos textes notamment les textes organiques (Statuts du personnel, Règlement intérieur, organigramme et cadre organique, résolutions diverses) avec la loi de 2017 sur le Statut des Etablissements publics et la loi de 2018 portant régime financier de l’Etat.

Dans le même chapitre, nous comptons adopter notre  plan stratégique 2020-2022  pour impulser une nouvelle vision à l’ART.  Le secteur des télécommunications étant en constante mutation, l’Agence  ne peut mieux se réinventer que si elle anticipe sur les besoins futurs.

En sixième lieu, notre défi est de veiller à ce que l’ensemble des engagements financiers pris en 2019 n’excèdent pas nos ressources propres. A cet égard, je vous invite à une gestion plus rigoureuse et à une exploitation effective de toutes les sources de gain possible,  notamment le recouvrement forcé de nos créances.

En septième lieu, pour assurer la cohérence entre les besoins actuels et futurs de l’Agence d’une part, et garantir la robustesse et la résilience du système d’information qui sera mis en place, d’autre part, l’Agence entend finaliser le projet de schéma directeur en cours et amorcer, le cas échéant,  sa mise en œuvre effective.

En huitième lieu, l’acquisition et la maîtrise des outils nécessaires à l’encadrement des activités de régulation feront l’objet d’une attention particulière.  En effet, l’Agence a, jusque-là, du mal à évaluer avec précision les coûts des différentes prestations des opérateurs de même que les chiffres d’affaires générés sur lesquels sont assis les frais de régulation. Cette situation est préjudiciable non seulement à la concurrence, notamment aux fournisseurs des services internet et des fournisseurs d’accès internet, mais aussi aux consommateurs, au regard de la faible baisse des tarifs d’interconnexion observée.

En neuvième lieu, nous envisageons de renforcer et diversifier nos relations de coopération et de partenariat. Comme vous le savez, la coopération et le partenariat constituent un important levier non seulement de renforcement de capacités et d’échanges d’expériences mais aussi d’affirmation du leadership de notre Agence et de notre pays. »

L’article Cameroun : Les cinq principaux défis de Philémon Zoo Zame pour la performance de l’ART en 2019 est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/cameroun-les-cinq-principaux-defis-de-philemon-zoo-zame-pour-la-performance-de-lart-en-2019%ef%bb%bf/feed/ 0
Les défis qui attendent Lacina Koné, remplaçant d’Hamadoun Touré, à l’Alliance Smart Africa https://www.digitalbusiness.africa/les-defis-qui-attendent-lacina-kone-remplacant-dhamadoun-toure-a-lalliance-smart-africa%ef%bb%bf/ https://www.digitalbusiness.africa/les-defis-qui-attendent-lacina-kone-remplacant-dhamadoun-toure-a-lalliance-smart-africa%ef%bb%bf/#respond Tue, 12 Feb 2019 21:09:18 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=23758 [Digital Business Africa] – L’Ivoirien Lacina Koné, l’actuel conseiller en charge de l’Economie numérique et de la Réforme informatique du Premier ministre ivoirien, a été désigné directeur général de l’Alliance Smart Africa, hier 11 février 2019, à Addis-Abeba, en Ethiopie. C’était lors du Comité exécutif de cette structure qui s’est tenue en marge de la 32ème assemblée […]

L’article Les défis qui attendent Lacina Koné, remplaçant d’Hamadoun Touré, à l’Alliance Smart Africa est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] – L’Ivoirien Lacina Koné, l’actuel conseiller en charge de l’Economie numérique et de la Réforme informatique du Premier ministre ivoirien, a été désigné directeur général de l’Alliance Smart Africa, hier 11 février 2019, à Addis-Abeba, en Ethiopie. C’était lors du Comité exécutif de cette structure qui s’est tenue en marge de la 32ème assemblée ordinaire de l’Union africaine (UA) qui s’est tenue le 10 février à Addis-Abeba.

Lacina Koné remplace le Malien Hamadoun Touré, titulaire de ce poste depuis octobre 2015, mais au titre de directeur exécutif. Cette appellation change et devient une direction générale. En effet, le Dr Hamadoun Touré a présenté au cours de cette rencontre le plan d’action de Smart Africa, le budget de l’exercice 2019 et les innovations envisagées. C’est ainsi que parmi ces innovations il a annoncé le changement d’appellation. L’on passe du titre de directeur exécutif à celui de directeur général. Par ailleurs, il a annoncé la création d’un poste d’adjoint au directeur et d’autres postes à durée déterminée. Par exemple de 6 mois.

Le Dr Hamadoun Touré, ancien SG de l’UIT, a témoigné de sa reconnaissance aux chefs d’Etat africains qui l’ont soutenu durant son mandat de trois ans à la tête de l’alliance Smart Africa. Particulièrement les présidents Paul Kagamé du Rwanda, Ibrahim Boubacar Keita du Mali et Uhuru Kenyatta du Kenya.

Les quatre défis majeurs

Selon le Dr Hamadoun Touré les quatre défis majeurs à relever par Smart Africa et par  Lacina Koné sont la mise en place des infrastructures numériques en Afrique, le développement des contenus, le développement des applications et celui des capacités. Le Dr Hamadoun Touré et Lacina Koné se connaissent bien (voir photo), le second ayant travaillé sous les ailes du premier dans une structure privée aux Etats-Unis.

Pour l’année 2019, apprend-on, le budget de Smart Africa est estimé à un peu plus de 3,561 millions de dollars contre un peu plus de 2,515 en 2018.

Pour ce qui est des acquis de l’Alliance, le président Paul Kagamé, PCA de cette initiative qu’il a lancée en 2015, salue les évolutions enregistrées au cours des trois précédentes années. « L’alliance Smart Africa compte désormais 24 pays membres et représente un marché de plus de 600 millions de personnes », se réjouit-il.

Lacina Koné et Smart Africa

D’après l’agence ivoirienne de presse, Lacina Koné qui a également servi auprès du président de la République en tant que conseiller chargé des TIC de 2011 à 2017 est  un professionnel  de l’industrie des TIC, avec plus de 25 ans d’expérience dans les secteurs des télécommunications, satellites et de systèmes de transport intelligent.

Avant ce poste, M. Koné a occupé plusieurs postes techniques et de gestion de haut niveau avec des entreprises prestigieuse tel que Booz Allen Hamilton et Intelsat, aux États-Unis.

Concernant son cursus, « aux Emirats Arabes Unis, il a acquis un Bachelor en Génie électronique, à l’Université Ajman. En Grande-Bretagne, il a validé son grade de polytechnicien Master en Data Communication à l’Université de Brunel et aux Etats-Unis, son MBA à l’Université de George Washington », écrit l’AIP.

Le ministre ivoirien de l’Economie numérique et de
la Poste , Claude Isaac DE, présent à Addis-Abeba a salué la désignation de son compatriote

Rappellons que la Smart Africa Alliance a été créée en 2013 à l’occasion du Transform Africa Summit tenue cette année-là à Kigali au Rwanda. Il naît du constat selon lequel les pays d’Afrique du Nord avaient pris un train d’avance considérable sur ceux d’Afrique subsaharienne en matière de développement des TIC. C’est ainsi que le Burkina Faso, le Gabon, le Kenya, le Mali, le Rwanda, le Sénégal, le Soudan du Sud, le Tchad et l’Ouganda avaient alors décidé d’unir leurs efforts autour d’un projet commun de réduction de leur fracture numérique. Aujourd’hui, 24 pays en sont membres y compris le Cameroun.

L’objectif de l’Alliance, vulgariser les TIC pour contribuer au développement socio-économique des Etats. Le projet décline sa vision en cinq objectifs, placer les TIC au cœur des programmes de développement socio-économique, améliorer leur accès et particulièrement celui à la large bande, améliorer la responsabilisation, l’efficacité et la transparence grâce aux TIC, accorder la priorité au développement du secteur privé, et impulser le développement durable via les TIC.

Par Digital Business Africa

L’article Les défis qui attendent Lacina Koné, remplaçant d’Hamadoun Touré, à l’Alliance Smart Africa est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/les-defis-qui-attendent-lacina-kone-remplacant-dhamadoun-toure-a-lalliance-smart-africa%ef%bb%bf/feed/ 0
e-tourisme : myGO choisit Abidjan pour ouvrir son bureau Afrique https://www.digitalbusiness.africa/e-tourisme-mygo-choisit-abidjan-pour-ouvrir-son-bureau-afrique%ef%bb%bf/ https://www.digitalbusiness.africa/e-tourisme-mygo-choisit-abidjan-pour-ouvrir-son-bureau-afrique%ef%bb%bf/#respond Mon, 11 Feb 2019 16:21:17 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=23740 [Digital Business Africa] – En Côte d’Ivoire, c’est un pas supplémentaire dans le développement de l’e-tourisme qui a été franchi le 8 février 2019. La plate-forme technologique mondiale, myGO, dotée d’une centrale de réservation et de promotion des destinations touristiques, a annoncé l’ouverture à Abidjan en Côte d’Ivoire de son bureau Afrique. Un bureau sur […]

L’article e-tourisme : myGO choisit Abidjan pour ouvrir son bureau Afrique est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] – En Côte d’Ivoire, c’est un pas supplémentaire dans le développement de l’e-tourisme qui a été franchi le 8 février 2019. La plate-forme technologique mondiale, myGO, dotée d’une centrale de réservation et de promotion des destinations touristiques, a annoncé l’ouverture à Abidjan en Côte d’Ivoire de son bureau Afrique. Un bureau sur lequel s’appuiera la plateforme pour étendre ses activités sur le continent.

Pour justifier le choix d’Abidjan pour abriter ce bureau, Donald Djobo, le Directeur général de myGO Africa évoque le bond économique qu’a enregistré ce pays au cours des dernières années. « Aujourd’hui, nous sommes dans un axe de développement du tourisme. Ce que nous avons constaté contrairement à ce qui se passe dans les autres pays du monde, européens, américains et caribéens, l’Afrique est très en retard en ce qui concerne le e-tourisme. En 2019, nous souhaitons être des leaders des réservations B to B en Côte d’Ivoire et prôner pour que chaque ivoirien ait dans ses mœurs la culture de la réservation des hôtels en ligne», explique Donald Djobo, cité par l’agence APA.

Avec l’arrivée de cette plateforme en Côte d’Ivoire, c’est de nouvelles opportunités d’affaires qui s’ouvrent pour les agences de voyages, mais également les établissements hôteliers « faire la promotion de la destination du pays et réduire considérablement leurs prix», ajoute Donald Djobo, qui souligne toutefois que « les outils technologiques ne sont pas assez utilisés» en Afrique.

Ecrit par Jephté TCHEMEDIE

L’article e-tourisme : myGO choisit Abidjan pour ouvrir son bureau Afrique est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/e-tourisme-mygo-choisit-abidjan-pour-ouvrir-son-bureau-afrique%ef%bb%bf/feed/ 0
La Corée s’allie à la BAD pour intensifier les transferts technologiques sur les drones en Afrique https://www.digitalbusiness.africa/la-coree-sallie-a-la-bad-pour-intensifier-les-transferts-technologiques-sur-les-drones-en-afrique%ef%bb%bf/ https://www.digitalbusiness.africa/la-coree-sallie-a-la-bad-pour-intensifier-les-transferts-technologiques-sur-les-drones-en-afrique%ef%bb%bf/#respond Mon, 11 Feb 2019 16:12:09 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=23732 [Digital Business Africa] – La Corée du Sud a annoncé le 7 février 2019 lors d’une rencontre sur de possibles partenariats technologiques entre la Corée et l’Afrique sa volonté d’intensifier ses transferts de technologies vers l’Afrique, dans le cadre d’un partenariat avec la Banque africaine de développement (BAD). Selon Akinwumi Adesina, le président de la […]

L’article La Corée s’allie à la BAD pour intensifier les transferts technologiques sur les drones en Afrique est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] – La Corée du Sud a annoncé le 7 février 2019 lors d’une rencontre sur de possibles partenariats technologiques entre la Corée et l’Afrique sa volonté d’intensifier ses transferts de technologies vers l’Afrique, dans le cadre d’un partenariat avec la Banque africaine de développement (BAD). Selon Akinwumi Adesina, le président de la BAD, son institution travaille actuellement à « étudier la mise en place d’un partenariat stratégique avec la Corée qui puisse déboucher sur la création d’un centre de recherche et de formation africano-coréen sur les drones, ouvrant la voie à la quatrième révolution industrielle de l’Afrique ».

Dans le même sillage, Hyung-Ju Kim, qui dirige la division Stratégie mondiale au sein du Green Technology Center explique que « l’expertise coréenne peut apporter une solution concrète, pragmatique, à toute une série de besoins technologiques criants de l’Afrique… La Banque africaine de développement pourrait jouer ici un rôle majeur : si nous pouvons apporter la technologie, la Banque peut, de son côté, identifier et faciliter des projets viables, à même de décupler la coopération technologique entre l’Afrique et la Corée. »

Dans ce sillage, la Banque africaine de développement a lancé, en coopération avec la ville de Busan et le Busan Techno Park, et grâce à un financement du fonds de coopération Corée-Afrique (KOAFEC), un projet pilote d’utilisation des drones pour la collecte et l’analyse de données au service du développement de l’agriculture en Tunisie. Cela impliquera : pilotage et suivi des périmètres irrigués, suivi des nappes, des effets des changements climatiques, de la dégradation des terres, de la biodiversité, taux de remplissage et/ou envasement des barrages, suivi des saisons et de la production agricoles… La Corée et la Banque africaine de développement envisagent d’étendre ce programme à d’autres régions en Tunisie et à d’autres pays en Afrique et d’explorer l’énorme potentiel de zones industrielles dans d’autres secteurs.

Ecrit par Jephté TCHEMEDIE

L’article La Corée s’allie à la BAD pour intensifier les transferts technologiques sur les drones en Afrique est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/la-coree-sallie-a-la-bad-pour-intensifier-les-transferts-technologiques-sur-les-drones-en-afrique%ef%bb%bf/feed/ 0
Nigeria : L’opérateur Globacom (Glo) va lancer son service mobile money https://www.digitalbusiness.africa/nigeria-loperateur-globacom-glo-va-lancer-son-service-mobile-money/ https://www.digitalbusiness.africa/nigeria-loperateur-globacom-glo-va-lancer-son-service-mobile-money/#respond Mon, 11 Feb 2019 16:06:37 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=23731 [Digital Business Africa] – Au moment où le marché africain du mobile money est en nette croissance, le groupe nigérian de télécommunications Globacom (Glo) a fait savoir le 8 février 2019 qu’il allait lancer « dans quelques semaines » un service de transfert d’argent mobile au Nigéria. D’après la directrice marketing de Globacom, Sola Mogaji qui révèle […]

L’article Nigeria : L’opérateur Globacom (Glo) va lancer son service mobile money est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] – Au moment où le marché africain du mobile money est en nette croissance, le groupe nigérian de télécommunications Globacom (Glo) a fait savoir le 8 février 2019 qu’il allait lancer « dans quelques semaines » un service de transfert d’argent mobile au Nigéria. D’après la directrice marketing de Globacom, Sola Mogaji qui révèle l’information, le service mobile money de Glo sera « un pas supplémentaire pour renforcer l’inclusion numérique au Nigéria ». A cet effet, elle décrit le prochain service mobile money de Glo comme étant « plus facile d’utilisation que les comptes bancaires traditionnels, compatible avec les smartphones et les combinés de base ».

A côté du lancement prochain de son service mobile money, Globacom annonce également le lancement d’autres services numériques, à l’instar de Glo Health, une application de santé mobile ; Glo Drive, un système de stockage cloud ; Glo, un portail de divertissement et Glo Titi, une plateforme d’intelligence artificielle.

Ecrit par Jephté TCHEMEDIE

L’article Nigeria : L’opérateur Globacom (Glo) va lancer son service mobile money est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/nigeria-loperateur-globacom-glo-va-lancer-son-service-mobile-money/feed/ 0
Promote 2019 : Ne manquez pas les conférences d’Innovation 4 Human au Pavillon du numérique https://www.digitalbusiness.africa/promote-2019-ne-manquez-pas-les-conferences-dinnovation-4-human-au-pavillon-du-numerique/ https://www.digitalbusiness.africa/promote-2019-ne-manquez-pas-les-conferences-dinnovation-4-human-au-pavillon-du-numerique/#respond Mon, 11 Feb 2019 08:55:05 +0000 https://www.digitalbusiness.africa/?p=23719 [Digital Business Africa] – Votre plateforme web d’informations stratégiques sur les TIC, les Télécoms et le Numérique, Digital Business Africa, organise en collaboration avec le Boukarou et la Fondation Inter-Progress la première édition d’Innovation 4 Human. L’événement se tiendra du 18 au 22 février 2019 au Palais des Congrès de Yaoundé dans le pavillon numérique […]

L’article Promote 2019 : Ne manquez pas les conférences d’Innovation 4 Human au Pavillon du numérique est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
[Digital Business Africa] – Votre plateforme web d’informations stratégiques sur les TIC, les Télécoms et le Numérique, Digital Business Africa, organise en collaboration avec le Boukarou et la Fondation Inter-Progress la première édition d’Innovation 4 Human. L’événement se tiendra du 18 au 22 février 2019 au Palais des Congrès de Yaoundé dans le pavillon numérique de Promote 2019, le salon international de l’investissement. Plusieurs experts et entreprises sont conviés à ces rencontres. Ils débattront des thématiques diverses. 

Les conférences prévues

Cameroun : Digital Business Africa et le Boukarou vous propose « Innovation for Human » à Promote 2018
Maquette de l’espace de conférences et speechs du concept Innovation for Human à Promote 2019.

Date : 18 février 2019

Thème : Digitalisation des services publics : comment parvenir à un « cashless and paperless governement » ?                                                                           

Date : 19 février 2019

Thème : All Mobile : comment les offres mobiles innovantes bouleversent les habitudes. Ce que proposent les opérateurs licenciés au Cameroun                

Date : 20 février 2019

Thème : Monnaie électronique et régulation en Afrique centrale : quels défis ?

Date : 21 février 2019

Thème : Innovation 4 Good: logement, santé, alimentation, loisir ou comment l’innovation répond aux besoins de l’Homme.                                                                    

Date : 22 février 2019

Thème : Cameroon Entrepreneurship Act: Quels  engagements, quelles actions à prendre par les parties prenantes pour libérer le potentiel entrepreneurial?        

Aussi, des ateliers de formations et coaching sont prévus à Innovation 4 Human.

Digital Business Africa, le Boukarou et la Fondation Inter-Progress vous souhaitent déjà la bienvenue Innovation 4 Human !

Par Digital Business Africa

L’article Promote 2019 : Ne manquez pas les conférences d’Innovation 4 Human au Pavillon du numérique est apparu en premier sur Digital Business Africa.

]]>
https://www.digitalbusiness.africa/promote-2019-ne-manquez-pas-les-conferences-dinnovation-4-human-au-pavillon-du-numerique/feed/ 0